France Dimanche > Actualités > Le prince George : Séparé de son père !

Actualités

Le prince George : Séparé de son père !

Publié le 23 février 2019

Le prince George devrait être bientôt éloigné de son papa chéri. Une épreuve qui s’annonce terrible pour le petit ange de 5 ans.

Tous les psychologues sont unanimes sur ce point : pour se construire et devenir un homme – un vrai –, un petit garçon a besoin d’une figure paternelle rassurante à ses côtés. Un papa aimant est même le pilier indispensable à son équilibre psychique. Un rôle crucial et une sacrée responsabilité pour le géniteur !

Le père, c’est aussi celui qui va aider son fiston à grandir en le « sortant des jupes de sa mère ». En le poussant, par exemple, à acquérir une autonomie, à se débrouiller seul pour se laver ou s’habiller… C’est aussi ce héros que le garçonnet va admirer pour sa force et son courage. Ce repère qui va lui permettre de comprendre d’où il vient, à savoir qu’il a une origine, des racines et une place. Et quelle place !

Le prince George de Cambridge, futur roi d’Angleterre, du haut de ses 5 ans, n’a sans doute pas encore tout à fait conscience de sa destinée hors norme. Jusqu’à maintenant, ce garçonnet volontiers facétieux était élevé comme les autres petits de son âge, ses parents se refusant à lui infliger l’éducation à l’ancienne qui a encore cours dans la bonne société britannique. Ses grimaces du haut du balcon de Buckingham Palace en disent long sur la permissivité dont il jouit. Pas question, sous prétexte que l’on est promis au trône, de grandir dans un carcan !


William est catégorique là-dessus. Qu’importe la lignée : faire des bêtises est l’apanage de l’enfance ! Le père et le fils, plus que jamais complices pour bousculer les conventions, et par la même occasion donner un souffle nouveau à la monarchie, affichent une belle entente qui fait plaisir à voir. Une relation fusionnelle qui ravit tous les Britanniques qui connaissent le manque de proximité avec le prince Charles dont William a souffert dans sa jeunesse.

Hélas, George va d’ici peu être privé de ce papa si tendre. C’est bien un véritable cataclysme qui va s’abattre sur le petit ange. Comment va-t-il encaisser le choc ? En effet, quoi de plus terrible que d’être séparé d’un de ses parents ? La déchirure risque de laisser des traces à jamais indélébiles. Et c’est le protocole qui l’exige bel et bien : l’héritier ne pourra bientôt plus profiter de la présence de son papa comme il l’entend !

Cet éloignement brise déjà le cœur du duc de Cambridge. Mais la vie royale est ainsi faite. L’aîné du prince Charles est le bon élève de la Couronne britannique, et même s’il vit cette épreuve comme un déchirement, il doit s’y résoudre. Contrairement à son petit frère Harry, il a toujours méticuleusement respecté les obligations liées à son statut. Et cette fois encore, même au prix d’une immense tristesse, il s’y soumettra.

Fort heureusement, il lui reste un peu de temps pour préparer son aîné à cette séparation forcée. Plusieurs années même, puisque lorsque le prince George soufflera sa douzième bougie, son père n’aura malheureusement plus l’autorisation de voyager avec lui ! La raison de cette règle cruelle est d’ordre purement sécuritaire : la Couronne ne peut tout simplement pas prendre le risque qu’ils soient tous deux victimes d’un accident.

Respectivement deuxième et troisième dans l’ordre de succession au trône, le prince William et son fils George seront tenus, dans exactement sept ans, de ­voyager séparément. Une obligation qui remet donc en question toutes ces escapades officielles en famille qu’ils apprécient tant. Et qui risque de pas mal chambouler le préadolescent que sera alors George, qui abordera une période charnière. William ne le sait sans doute que trop bien, lui qui n’avait que 15 ans quand il a perdu sa maman, lady Diana… Surmonter la disparition soudaine de sa maman chérie lui avait demandé beaucoup de force intérieure.

Mais comment oublier ces moments de bonheur passés en famille aux quatre coins du monde ? Comme cette virée au Canada en 2016, ou encore ce périple en Pologne effectué l’année suivante ?

Main dans la main, le prince George et son père avaient alors foulé le tarmac de l’aéroport de Varsovie, non sans panache. « Tu seras un homme, mon fils ! » semblait penser William, pas peu fier de l’audace de sa progéniture en culottes courtes face au parterre de fans et de journalistes.

Ne resteront, en guise de consolation, que ces albums photos dont on tourne les pages avec nostalgie, entre rires et larmes. Ah, qu’il est parfois difficile de tenir son rang chez les Windsor !

Sophie MARION

À découvrir