France Dimanche > Actualités > Leonardo DiCaprio : Au cœur d’un énorme scandale !

Actualités

Leonardo DiCaprio : Au cœur d’un énorme scandale !

Publié le 22 septembre 2016

  L’acteur est impliqué dans une sordide affaire de � détournement de fonds publics. S’il n’a pas encore été ouvertement accusé par la justice américaine, celle-ci tient Leonardo DiCaprio à l’œil.    L’acteur est impliqué dans une sordide affaire de � détournement de fonds publics. S’il n’a pas encore été ouvertement accusé par la justice américaine, celle-ci tient Leonardo DiCaprio à l’œil.    L’acteur est impliqué dans une sordide affaire de � détournement de fonds publics. S’il n’a pas encore été ouvertement accusé par la justice américaine, celle-ci tient Leonardo DiCaprio à l’œil.L’acteur est impliqué dans une sordide affaire de � détournement de fonds publics. S’il n’a pas encore été ouvertement accusé par la justice américaine, celle-ci tient Leonardo DiCaprio à l’œil.

Il est de ceux à qui tout semble réussir. Doté d’un physique à tomber et d’un talent fou qui lui a valu un Oscar pour son rôle dans le film Le revenant, d’Alejandro Gonzalez Iñarritu, et plusieurs Golden Globes, Leonardo DiCaprio est aussi un ardent défenseur de la cause écologique. Mettant son immense notoriété au service de la planète, il a créé sa fondation en 1998, dont les nombreuses actions lui ont valu d’être nommé « messager de la paix » par l’Onu, en 2014. Voilà pour le côté doré de la médaille…

Car il existe un revers, bien peu glorieux, qui pourrait faire voler en éclats la carrière et la vie de l’un des plus grands acteurs américains, si les soupçons qui pèsent actuellement sur lui étaient avérés.

->Voir aussi - Leonardo DiCaprio : "J'aimerais que la Terre tourne rond !"

Qu’a donc bien pu faire de si condamnable le superbe héros de Titanic ? C’est à un autre film, beaucoup moins romantique, mais où, comme à l’accoutumée, il s’est montré magistral, qu’il faut revenir pour comprendre cette affaire. En 2013, sous la direction de Martin Scorsese, Leo se glisse dans la peau de Jordan Belfort, surnommé « le loup de Wall Street ».

L’histoire, vraie, de ce jeune ambitieux reconverti dans la finance après que sa société de surgelés a fait faillite, est juste hallucinante : c’est celle d’un homme qui, ivre de pouvoir et d’argent, pète littéralement les plombs. Orgies d’alcool, de cocaïne, de filles, débauche de luxe et de provocations, Jordan n’a aucune limite. Il organise des lancers de nains pour amuser la galerie, humilie des prostituées en les obligeant à se vêtir de billets de banque en guise de robes, crashe son hélicoptère et coule son yacht sous l’emprise de substances hallucinogènes…

Jusqu’à ce qu’en 1998, le FBI ayant mis son nez dans le business pas très net de notre escroc, ce dernier, inculpé pour fraude et blanchiment, se retrouve en prison, où il rédige ses mémoires…

Avec le réalisateur Martin Scorsese sur le tournage du
Avec le réalisateur Martin Scorsese sur le tournage du "Loup de Wall Street", où l'acteur incarne l'escroc Jordan Belfort

Mémoires dont Leonardo DiCaprio achète les droits, avant même leur parution, en vue d’en faire un film. L’idée était bonne, sauf que personne, à l’époque, ne voulait se risquer à produire un tel brûlot… Personne, sauf Riza Aziz, fondateur de la Red Granite Pictures. Grâce à lui, le film a pu voir le jour. Sauf qu’aujourd’hui, ce même Riza Aziz est suspecté par la justice américaine d’avoir détourné entre 2009 et 2015 des milliards de dollars du fonds public malaisien 1 Malaysia Development Berhad, destiné au développement économique du pays !

Qu’est-ce que Leonardo a à voir là-dedans, direz-vous ? Eh bien, selon le fonds suisse Bruno Manser pour la défense de la forêt tropicale, une partie de cette somme aurait servi à financer le film et à payer le cachet faramineux de l’acteur pour son ébouriffante prestation, soit 25 millions de dollars ! Et ce n’est pas tout ! En effet, deux proches de Riza Aziz sont également suspectés. Son beau-père, le Premier ministre malaisien Najib Razak, et l’un de ses amis, l’homme d’affaires Jho Low.

Or, toujours selon les Suisses, ce dernier aurait fait une importante donation à la fondation Leonardo DiCaprio, laquelle, en tant qu’organisation caritative, n’a pas à révéler l’origine des fonds qu’elle reçoit. En d’autres termes, le businessman se serait servi de la cause verte défendue par son ami comédien pour blanchir de l’argent. Car, comme le révèle l’enquête, l’acteur entretiendrait des liens plus que professionnels avec le producteur Riza Aziz et Jho Low.

En 2010, ils ont assisté ensemble à des matchs de la coupe du Monde de football en Afrique du Sud. Ce joyeux trio a également souvent été aperçu en boîte de nuit, notamment au club Hakkasan, à Las Vegas, où l’acteur a fêté ses 40 ans en 2014. Une soirée mémorable au cours de laquelle, selon le rappeur OT Genasis, les trois amis « ont arrosé les murs avec du champagne pour au moins 1 million de dollars, dont des bouteilles d’As de Pique à 50 000 dollars l’unité. »

Et ce ne serait que la partie visible de l’iceberg : avec cet argent destiné à aider une population en détresse, nos trois larrons auraient organisé de nombreuses parties fines, investi dans l’achat d’œuvres d’art et claqué quelque 11 millions de dollars au casino. On n’est pas loin du cynisme et des débordements de Jordan Belfort…

Si, pour l’heure, Leonardo ne fait l’objet d’aucune accusation de la part de la justice américaine, il n’en reste pas moins dans son collimateur. Étrangement, alors que cette histoire fait un énorme scandale outre-Atlantique, l’acteur s’est, la semaine dernière, retiré de la collecte de fonds pour la campagne d’Hillary Clinton, qu’il soutenait activement.

Est-ce vraiment pour une « question d’agenda », comme l’ont annoncé ses chargés de communication ? Il semble en tout cas résolu à se montrer le moins possible : invité mercredi dernier à une soirée caritative, Leonardo DiCaprio s’est fait remplacer à la dernière minute par le couple d’acteurs Justin Timberlake et Jessica Biel. En attendant que l’orage passe ?
Lili Chablis

À découvrir