France Dimanche > Actualités > Les Gendarmes de Saint-Tropez : Les dix secrets de la plus célèbre des brigades !

Actualités

Les Gendarmes de Saint-Tropez : Les dix secrets de la plus célèbre des brigades !

Publié le 8 septembre 2020

.photos:bestimage
© BESTIMAGE -

Alors que les chaînes de télé ont rediffusé au cours de l'été, pour notre plus grand plaisir, les six films mettant en scène le duo de choc Louis de Funès et Michel Galabru, alias Cruchot et Gerber, voici quelques anecdotes sur cette saga culte…

À CAUSE DU VOL D'UNE CAMÉRA

Il n'y aurait pas eu de Gendarmes si le scénariste Richard Balducci ne s'était pas fait voler sa caméra dans sa décapotable, à Saint-Tropez. « Je suis allé déposer plainte à la gendarmerie. Il était midi. En arrivant, j'ai trouvé un gendarme assis à califourchon. Avec beaucoup de diffi culté, il s'est levé pour prendre ma plainte et m'a expliqué qu'il connaissait mon voleur et l'avait raté de 5 mètres, quelques jours plus tôt », avait-il raconté. Le Gendarme de Saint-Tropez, sorti en 1964, était né…


DE FUNÈS REFUSÉ !

Le réalisateur de la saga, Jean Girault, voulait de Funès dans son casting. Mais les producteurs lui préféraient Darry Cowl ou Francis Blanche, car ils jugeaient que l'acteur n'était pas assez connu… Mais comme les deux comédiens avaient fi nalement refusé de se lancer dans l'aventure, le rôle de Ludovic Cruchot lui avait été confi é ! Et Louis de Funès avait, pour la première fois, occupé le haut de l'affi che !

MICHEL GALABRU, LE “RINGARD”

Pour composer un duo explosif, il fallait à de Funès un partenaire à sa hauteur. Pierre Mondy est d'abord pressenti. Mais alors que Galabru est en vacances dans un hôtel de Saint-Tropez, il entend la conversation de producteurs sous son balcon : « Vous mettez de Funès, et après, je veux des ringards, je ne veux pas les payer »… Revenu à Paris, le comédien apprend qu'on lui propose le rôle ! Il l'accepte pour raisons « alimentaires », et aime raconter à tous à quel point il est « ringard ».

UN CERVEAU EN ÉBULLITION

Louis de Funès avait une imagination débordante. Durant les tournages, il inventait beaucoup. Comme dans Le Gendarme en balade, où il avait entièrement créé la scène durant laquelle il doit désamorcer une bombe nucléaire avec… une « petite fourchette à huître » qui s'avère être une pelle à tarte ! C'est aussi lui qui avait imposé la présence de la religieuse folle du volant tout au long des épisodes…

MA BICHE…

C'est la vraie épouse de Louis de Funès, Jeanne, qui avait suggéré à son mari de choisir la comédienne Claude Gensac pour incarner sa conjointe à l'écran. Un couple de cinéma magnifi que, qui durera même après les Gendarmes. Ils tourneront neuf fi lms côte à côte.

UNE ÉNORME BROUILLE !

Au fi l des épisodes, une terrible animosité s'était développée entre Louis de Funès et Jean Lefebvre. Le second reprochait au premier d'être jaloux de sa notoriété (il avait joué dans Les Tontons fl ingueurs quelques mois plus tôt) et d'avoir coupé certaines de ses scènes du Gendarme se marie. La brouille continuera d'enfl er au fi l des tournages, au point que Le Gendarme en balade, en 1970, sera le dernier auquel Jean Lefebvre participera. Il sera remplacé par Maurice Risch. De Funès et Lefebvre se croiseront ensuite une seule fois, lors d'un cocktail. L'occasion pour eux de s'expliquer et de régler enfi n cette mésentente.

UNE VRAIE AMITIÉ

Michel Galabru a souvent répété son attachement à Louis de Funès. « C'était un type charmant, avait-il expliqué. Il fallait se pincer pour savoir que c'était la vedette. Du moment où on était comédien, on était copain avec lui, très simplement. […] Il a fait des gestes formidables pour moi. C'était la vedette, c'était lui qui attirait le monde. C'est lui qui a demandé à ce que mon nom soit au-dessus du titre avec lui. C'est très rare. » En 1968, son comparse l'avait fait jouer dans Le Petit Baigneur, un immense succès. Et c'est Galabru qu'il avait voulu dans le rôle de Maître Jacques, quand il avait tourné L'Avare, en 1980.

UNE GENDARMERIE DEVENUE MUSÉE

L'édifi ce qui accueillait la brigade dans les fi lms, place Blanqui, a bien été une vraie gendarmerie entre 1879 et 2003. Depuis 2016, il abrite un musée du cinéma, qui fait bien sûr la part belle aux six films de la saga !

1968 : RIEN NE VA PLUS !

En 1968, alors que l'on tourne Le Gendarme se marie, un drame survient : un cascadeur se tue, après avoir perdu le contrôle de la voiture qu'il conduisait ! Parallèlement, les événements de Mai 68 échauffant les esprits, les techniciens se mettent en grève… C'est l'adjudant Gerber, alias Michel Galabru, qui persuadera l'équipe de reprendre le travail. Un travail récompensé cette année-là par les six millions de spectateurs qui se ruent dans les salles de cinéma pour voir le troisième Gendarme de la série.

DER DES DERS

Six épisodes des Gendarmes ont été tournés entre 1964 et 1982. Mais un septième opus était prévu, dont le scénario, écrit par Richard Balducci, était prêt ! Le projet s'appelait Le Gendarme et l'Empereur. Toute l'équipe de Cruchot devait voyager dans le temps et fi nissait même par devenir des conseillers de Napoléon Ier . Le thème des Visiteurs, dix ans avant ! Il y était aussi prévu une apparition furtive de Brigitte Bardot ! Hélas, en janvier 1983, Louis de Funès disparaît, emportant avec lui son personnage de Cruchot et ses futures aventures…

Laurence PARIS

À découvrir