France Dimanche > Actualités > Les Prêtres : L'affiche du concert censurée par la RATP

Actualités

Les Prêtres : L'affiche du concert censurée par la RATP

Publié le 2 avril 2015

L'affiche du concert des Prêtres va être retirée des couloirs du métro parisien. La RATP a en effet jugé que l'affiche ne respectait pas le principe de laïcité.

Seul un miracle pourra les sauver. Métrobus, la régie publicitaire de la RATP, a choisi de censurer les affiches promotionnelles du trio de chanteurs religieux, qui doit se produire à l'Olympia, le 14 juin prochain. La raison de ce retrait ? Le concert, caritatif, vise à récolter des fonds qui doivent venir en aide aux Chrétiens d'Orient, persécutés et menacés par la guerre civile syrienne et l'avancée de Daech. Une noble cause qui ne transcende pas la régie publicitaire, qui rappelle que le métro, espace public, doit "prohiber toute publicité présentant un caractère politique ou confessionnel".

À l'origine de la formation du groupe en 2010, Monseigneur di Falco, évêque de Gap et d'Embrun, s'est ému de cette décision, qu'il a apprise par le producteur du concert, la chaîne TF1. "Je demande le même traitement pour tous. S'il n'y a pas eu de soucis avec l'annonce du film Qu'Allah Bénisse la France, je ne vois pas pourquoi il y en aurait avec la mention "chrétiens d'Orient" sur notre annonce de concert", déplore-t-il dans les colonnes du Figaro. L'évêque, qui a décidé de rendre cette décision publique, a rapidement été rejoint par des soutiens engagés.

"Je suis laïc, pas catholique, mais là c'est de l'abus de qualification", estime par exemple Joël Giraud. Ce député radical de gauche s'est d'ailleurs fendu d'un courrier adressé au Premier ministre Manuel Valls, au ministre des Affaires étrangères Laurent Fabius, et à Ségolène Royal, ministre chargé des Transports, afin de leur faire part de son agacement. "J'ai été sidéré par une telle décision, car je ne vois pas en quoi un concert qui a pour objet de venir en aide à un peuple victime d'un génocide que dénonce avec force le gouvernement peut être une entorse à la laïcité", écrit-il dans ce courrier.

Venir en aide à un peuple victime d'un génocide

Dans un communiqué publié mercredi 1er avril, la direction de la RATP et celle de Métrobus ont confirmé la version avancée par Mgr di Falco. Et sont restées inflexibles. Pour les responsables, l'affiche des Prêtres évoque des évènements qui "se situent dans le contexte d'un conflit armé à l'étranger". Et d'annoncer, qu'en tant que service public, ils ne font que respecter le "principe de neutralité".

Un argument qui n'a pas suffi pour convertir l'évêque de Gap et d'Embrun à cette version des faits. "Ce n'est pas prendre parti dans un conflit à l'étranger que de vouloir venir en aide à des populations en danger, qu'elles soient chrétiennes, musulmanes ou autres", assure Mgr Di Falco, qui regrette également l'existence "d'un intégrisme laïque qui devient une chasse aux sorcières grotesque et ridicule".

Raphaël Marchal

À découvrir