France Dimanche > Actualités > Les tubes de l'été : On a tous dans le cœur…

Actualités

Les tubes de l'été : On a tous dans le cœur…

Publié le 27 juin 2016

Que ce soit sur un slow pendant une boum ou dans une boîte de nuit sur la plage, ces tubes, petits morceaux d’éternité, sont gravés à jamais dans nos� mémoires. Voici leur histoire.

Nous avons, tous et toutes, gravées dans nos mémoires, les mélodies de nos vacances sur lesquelles nous avons dansé des slows langoureux ou des rocks endiablés. Et pourtant, bien souvent, nous ignorons quelle anecdote amusante ou quel drame se cache derrière les paroles de nos chansons préférées.

C’est ce que nous révèle aujourd’hui le livre de Jean-Marie Potiez et Alain Pozzuoli, Grande histoire et petits secrets des tubes de l’été. Nous avons sélectionné pour vous les titres au sujet desquels les anecdotes nous ont spécialement émus ou nous ont fait rire.

->Voir aussi : La tournée du Top 50

1 - Et j’entends siffler le train

Richard Anthony - 1962
Adapté de 500 Miles, un grand succès américain, Et j’entends siffler le train symbolise un moment douloureux de notre histoire. Sortie en juillet 1962, à la fin de la guerre d’Algérie, cette chanson d’amour et de rupture, interprétée par Richard Anthony, évoque en effet le drame de ces familles qui ont vu un père, un fils ou un frère partir à bord d’un train pour rejoindre leur régiment.

2 - Capri c’est fini

Hervé Vilard - 1965
C’est… dans le métro qu’est né en 1965 ce tube interplanétaire ! Alors qu’il passe par la station Franklin-Roosevelt, Hervé Vilard, qui a en tête la chanson de Charles Aznavour C’est fini, aperçoit une affiche qui vante les mérites de l’île au large de Naples. Rentré chez lui, il écrit en un quart d’heure Capri c’est fini, qui deviendra la chanson favorite de… l’écrivain Marguerite Duras.

3 - When a Man Loves a Woman

Percy Sledge - 1966
Lorsqu’un soir de 1965, l’artiste, sous le coup d’une déception sentimentale, fredonne une mélodie qu’il a intitulée  Pourquoi m’as-tu quitté ?, il ignore qu’il va passer à côté d’une petite fortune. Retravaillée, la chanson, qui a changé de titre, va rapporter des millions de dollars, mais pas à Percy : dans un élan de générosité, il avait en effet cédé les droits de la chanson originale à ses musiciens. Il s’en mordra les doigts toute sa vie !

4 - Rain and Tears

Aphrodite’s Child - 1968
Numéro 1 au cours de l’été 1968, cet immense succès a vu le jour à Paris… grâce aux grèves ! Immobilisés dans notre capitale à la suite d’une escale, les avions étant cloués au sol, les trois chanteurs du groupe Aphrodite’s Child, qui avaient prévu de partir pour Londres, enregistrent le titre au studio des Dames. Mais les usines de pressage ayant également débrayé, les employés de la firme Mercury auront recours à une vieille machine dénichée aux puces de Saint-Ouen.

5 - L’aigle noir

Barbara - 1970
Cet immense succès commercial de l’été 1970 masque le drame intime vécu par Barbara pendant son enfance à Tarbes. Ce mystérieux aigle noir symbolise en effet l’inceste dont elle a été victime à 10 ans, abusée par son père. « Dans ma main, il a glissé son cou… », chante-t-elle, évocation ô combien poétique de la fêlure secrète dont elle n’a jamais cessé de souffrir.

6 - Qui saura

Mike Brant - 1972
Ce 45 tours va, hélas ! être la cause de la disparition dramatique de Mike Brant. Durant l’été 72, le titre caracole en tête de tous les hit-parades de France et le chanteur enchaîne 70 galas. Un succès qui finira par épuiser cet écorché vif : le 25 avril 1975, il se jette du sixième étage d’un immeuble du XVIe arrondissement de Paris.

7 - J’ai un problème

Johnny Hallyday et Sylvie Vartan - 1973
Il s’en est fallu de peu que ce célèbre duo ne voie jamais le jour : lorsque Jean Renard, le directeur artistique de Johnny, leur propose ce titre, le couple se fait tirer l’oreille, pas vraiment enthousiasmé à l’idée de chanter ensemble ! D’ailleurs, les premières séances ont été difficiles, Johnny et Sylvie ayant du mal à accorder leur voix.

8 - I Will Survive

Gloria Gaynor - 1979
Cette chanson signifie pour Gloria Gaynor une renaissance après les épreuves qu’elle venait de traverser : victime d’une mauvaise chute, la chanteuse américaine avait été clouée pendant de longs mois sur un lit d’hôpital dans lequel elle avait appris le décès de sa mère adorée. L’enregistrement de cette ode à la vie en 1979 lui a permis de surmonter ses souffrances.

9 - Il jouait du piano debout

France Gall - 1980
Le chanteur de rock Jerry Lee Lewis aurait inspiré cette chanson à Michel Berger : la star chantait et jouait en effet du piano, debout, pendant ses concerts. Ce titre est devenu par la suite pour toute la génération 80 un symbole de la résistance à l’oppression totalitaire.

10 - Ouragan

Stéphanie - 1986
L’enregistrement de cette chanson a été entouré du plus grand secret. En 1986, la princesse Stéphanie, encore traumatisée par le décès de sa mère, Grace, est tentée par la carrière artistique, au grand dam du clan Grimaldi, et enregistre ce single en cachette de sa famille ! Le palais en voudra longtemps au producteur, Yves Roze (alias Jean-François Michaël) : « J’ai été longtemps interdit de séjour à Monaco », dira-t-il.

11 - Lambada

Kaoma - 1989
C’est un groupe bolivien qui est à l’origine de cette chanson, mélange de salsa, merengue, reggae et carimbo, d’abord baptisée Llorando se fue. Réécrit par le cinéaste et compositeur français Olivier Lorsac, et réenregistré par le groupe Kaoma, le titre, fort d’un partenariat entre TF1 et Orangina, passera en boucle sur toutes les radios.

12 - Saga Africa

Yannick Noah - 1991
Ce titre va devenir un véritable phénomène en 1991 au cours de la finale de la Coupe Davis au stade de Gerland à Lyon. Et pour cause ! À l’issue du 4e match, qui apporte la victoire à la France, Yannick Noah se lance dans une danse endiablée, suivi par ses partenaires. Le public, enflammé, reprend alors en cœur la Saga Africa, hommage aux Lions indomptables, l’équipe de football camerounaise.

13 - Macarena

Los Del Rio - 1996
Qu’est-ce qu’on a pu danser sur ce morceau qui passait sans arrêt dans toutes les discothèques ! Mais savez-vous d’où vient le fameux déhanchement, arme fatale de cette chanson au rythme de rumba flamenca ? Eh bien, la chorégraphe Mia Frye aurait trouvé les mouvements de cette danse… en cherchant son décapsuleur !

Catherine Venot

À découvrir