France Dimanche > Actualités > Les Vieilles Fripouilles : Ils ressuscitent Les Charlots

Actualités

Les Vieilles Fripouilles : Ils ressuscitent Les Charlots

Publié le 13 mars 2018

vieilles-fripouilles-20180220

Jean Sarrus et ses complices Gilles Dreu et Alain Turban marient rires et chansons.

Ils auraient voulu appeler leur trio Les Vieilles Canailles, mais le nom était déjà pris…

Gilles Dreu, Jean Sarrus et Alain Turban ont alors choisi Les Vieilles Fripouilles, et au lieu d’enchaîner leurs tubes comme Johnny Hallyday, Eddy Mitchell et Jacques Dutronc, ils ont fait de leur spectacle une comédie musicale.

Ces trois pieds nickelés de la variété s’entendent comme larrons en foire et font le bonheur de leurs fans.

«J’ai connu Gilou et Jeannot quand j’étais chauffeur de taxi», nous a expliqué Alain Turban, le titi parisien du trio. «Ensuite, nous nous sommes croisés en gala et à la télévision dans les années 70. Michel Algay nous a réunis dans sa tournée Âge tendre, scellant notre amitié.»


L’idée de ce spectacle a germé le 16 décembre dernier. «J’habitais alors dans le Gard, Alain était à Ruoms, en Ardèche. Je lui ai téléphoné pour lui souhaiter son anniversaire, nous a expliqué Gilles Dreu. Il n’avait pas le moral. Le spectacle Les Vieilles Canailles cartonnait. Alain disait que c’était bien normal, avec de telles têtes d’affiche, et l’idée de nous réunir est venue. Avec Alain, tout va très vite. Deux heures plus tard, il a appelé Jeannot, et deux jours après, il avait élaboré un synopsis pour la comédie musicale Les Vieilles Fripouilles. Nous l’avons rejoint en Ardèche, sur l’un de ses galas, dès le mois suivant.»

Folie joyeuse

«Nous avions écrit deux embryons de sketches et avons chanté tous les trois Alouette, alouette et Les paupiettes. Ça a fait un tabac. Depuis, nous avons affiné l’écriture : le lien entre les tubes, ce sont des morceaux de notre vie professionnelle, que nous racontons avec une certaine vision du show business depuis l’année 1965 et Les élucubrations d’Antoine. Nos dialogues sont truffés de vannes. On s’entend comme les cinq doigts de la main !»

À eux trois, ils ont plus de 200 ans, mais l’humour n’a pas d’âge. Sur scène, armés de leurs guitares, sèches pour Jeannot et Gilou, électrique pour Alain, ils ont toujours 20 ans ! Pour Jean Sarrus, c’est l’occasion de renouer avec la folie joyeuse de l’époque des Charlots, au temps de l’amitié avec les deux Gérard, Rinaldi et Filipelli (dit Phil), sans oublier Luis Rego.

Et le public est gagné par la bonne humeur contagieuse des Vieilles Fripouilles. «Je suis un amuseur public, Alain et Gilou auraient pu être des Charlots», nous a-t-il confié. Ce trio nous renvoie à un temps où les chanteurs avaient l’insouciance de la jeunesse. Et nous avons tous envie de reprendre en chœur Merci patron, avec Jeannot, Gilou et Alain ! 

Dominique PREHU

À découvrir