France Dimanche > Actualités > Linda de Suza : Elle a tenté de mettre fin à ses jours !

Actualités

Linda de Suza : Elle a tenté de mettre fin à ses jours !

Publié le 24 décembre 2019

.photos:bestimage
© BESTIMAGE Linda de Suza

Cette tentative de suicide de Linda de Suza, en forme d’appel au secours, s’est fort heureusement soldée par un échec.

A quoi bon continuer à subir, à encaisser les souffrances jusqu’à en pleurer ? Linda de Suza qui se débattait avec de très nombreux problèmes personnels, inquiétait son public. Mais de là à vouloir mettre fin à ses jours ! Personne n’aurait imaginé que la chanteuse en arriverait là. On la savait fragile et sujette à des états de dépression plus ou moins sévères dus à ses graves difficultés financières. Victime d’usurpation d’identité et de détournement de fonds, elle révélait, il n’y a pas très longtemps, être ruinée. « Je n’ai rien, je ne possède rien. Des millions de livres vendus, des millions de disques vendus et puis, je n’ai rien. Même pas de quoi acheter à manger à mon chien », avouait-elle alors.

Une mauvaise passe dont elle était parvenue à se sortir en reprenant ces derniers mois le chemin des studios d’enregistrement et de la scène. Portée par l’amour de son métier, combative, elle semblait avoir recouvré le goût de vivre. Fière et conquérante, elle se sentait prête à relever tous les défis avec l’envie de chanter chevillée au corps. Mais d’un seul coup, elle a préféré dire stop. Que s’est-il passé pour qu’elle en arrive là ? Pour comprendre, il faut remonter à son enfance et à son lot de douleurs.

Née à Beringel, au Portugal, elle doit, dès son plus jeune âge, faire face à une terrible situation. Certes, sa famille est pauvre, mais ce n’est pas la misère qui va la faire tant pleurer. Issue d’une fratrie de huit enfants où « il n’avait pas à bouffer », selon son propre aveu, la chanteuse n’a jamais reçu une marque d’affection de la part de sa mère. Et cette petite fille en manque d’amour maternel ne parviendra jamais vraiment à oublier ces jeunes années passées sans avoir eu la joie d’être dorlotée comme elle l’aurait tant voulu l’être.


Mais en grandissant, elle parviendra peu à peu à pardonner à celle qui l’a fait naître, jusqu’à garder toujours avec elle sa photo d’identité. Mais le mal est fait et les cicatrices, profondes. Elle pense avoir oublié le mal que lui a infligé sa génitrice mais les souvenirs enfouis au fond d’elle-même refont surface. Tout lui revient en mémoire. Comment parvenir à oublier lorsqu’on est la mal-aimée, celle que l’on traite comme une moins que rien, jusqu’à vouloir sans débarrasser ? C’est en effet ce que n’a pas hésité à faire cette mère pour le moins désinvolte en envoyant, dès l’âge de cinq ans, la petite Linda en pension… Un sort cruel qui a laissé des traces.

Mais que tous ses fans se rassurent, cette tentative de suicide s’est fort heureusement soldée par un échec. Un échec en réalité prémédité par l’interprète de L’étrangère, qui cherchait simplement à appeler à l’aide. « Pour attirer l’attention, c’était juste pour ça », a avoué Linda au micro d’Anne Roumanoff dans l’émission Ça fait du bien sur Europe 1, en tentant d’expliquer les raisons de ce geste désespéré…

Pourtant, à la fin des années 70, elle croit pouvoir faire une croix sur son passé en quittant le Portugal pour la France. Linda, débarquée de son pays natal avec comme le veut la légende une simple valise en carton, travaille comme femme de chambre dans les hôtels et n’attend que les week-ends pour donner de la voix chez Louisette, une buvette aux Puces de Saint-Ouen. Là, dans ce café populaire, elle reprend entre deux rengaines de fado des chansons de Dalida qu’elle admire plus que tout.

Et miracle ! Dans les années qui suivent, la jeune chanteuse va connaître la gloire et le succès avec des tubes tels que Tiroli Tirola. Tout lui sourit et elle croit en avoir fini avec les traumas de son enfance. Mais, la notoriété n’est qu’une façade qui cache une réalité très sombre. Le temps passe, les modes aussi. Même si les Portugais de France la portent toujours dans leurs cœurs, Linda fait face à une longue traversée du désert. Réfugiée dans sa maison de l’Eure, elle broie du noir. Jusqu’à ce que Fabien Lecœuvre, célèbre spécialiste de la chanson française, lui propose de relancer sa carrière en devenant son agent.

A 71 ans, Linda faisait même ces derniers jours son grand retour avec son album Carte postale du Portugal. L’artiste revenait enfin sur le devant de la scène avec des chansons personnelles puisqu’elles parlent des blessures de son enfance. Est-ce cette introspection forcément douloureuse qui lui a donné l’envie de disparaître de cette terre ? Pas du tout ! On imagine bien que replonger dans ce passé si chargé n’a pas dû être facile, mais de là à songer au suicide, certainement pas ! Linda a bien voulu en finir avec la vie, mais c’était il y a bien longtemps car elle n’avait alors que 16 ans, comme elle l’a raconté sur Europe 1. 

Aujourd’hui, plus question pour l’éternelle diva portugaise de se morfondre. Sûre de sa bonne étoile, elle est bien décidée à ne rien lâcher : « Quoi qu’il arrive, je ne cesserai jamais de croire en la vie et en l’être humain. C’est ce qui me porte », nous a-t-elle confié. Une devise qui n’est pas près de la quitter.

Valérie EDMOND

À découvrir