France Dimanche > Actualités > Loana, 4e chapitre : Amoureuse et heureuse !

Actualités

Loana, 4e chapitre : Amoureuse et heureuse !

Publié le 26 août 2017

Enfin débarrassée de tous ses démons, Loana semble plus que jamais épanouie…

Alors qu’on croyait Loana à jamais perdue, que certains médecins l’avaient même déjà enterrée, la jeune femme qui aura 40 ans le 30 août, amincie, amoureuse et heureuse, vit aujourd’hui, contre toute attente, une incroyable renaissance !

 ->Voir aussi - Loana, 1er chapitre : Son enfance assassinée !

À bout de souffrances pourtant, elle avait par neuf fois tenté de mettre fin à ses jours, « pas pour appeler au secours, précise-t-elle, je voulais vraiment disparaître. On m’a tellement fait de mal ! Et soudain, tel un déclic, ce mal-être, ces mauvaises rencontres, ma prise de poids… m’ont étrangement redonné la rage de vivre et l’envie de me battre. Pour prouver à tous ceux qui me répétaient que je ne servais à rien, qu’ils ne racontaient que des conneries. Et inconsciemment, ils m’ont sauvée ! »

Sevrage

Un mot qui n’est pas trop fort quand on comprend à quel point Loana revient de loin, très loin. « ça fait plus d’un an que j’ai tout arrêté et je revis ! J’ai commencé par stopper les médicaments, en décidant moi-même de ne pas renouveler mon ordonnance. J’étais bourrée de toutes sortes de neuroleptiques, antidépresseurs, anxiolytiques… Mon sevrage a été très difficile, avec manque, tremblements, etc. Et deux mois plus tard, j’ai renoncé à l’alcool, à la bouteille de whisky posée à côté de mon lit que je descendais chaque jour dès 7 h du matin !

->Voir aussi - Loana, 3e chapitre : Sa terrible descente aux enfers !

Quand on est alcoolique, on ne pense qu’à ça, au prochain verre qu’on va pouvoir boire. Et ça, ça a été encore plus compliqué à arrêter que les médicaments, avec des cauchemars, des nausées, des sueurs froides… Ce n’était pas seulement mes mains qui tremblaient, mais mon corps tout entier. »

Pourtant, la jeune femme tient bon, sans pour autant s’interdire de tremper les lèvres de temps en temps dans le verre des copines. « Mais pas plus, car ça a été si atroce d’arrêter, j’ai vécu des moments tellement douloureux, qu’il est hors de question que je replonge. De toute façon, maintenant le goût de l’alcool me dégoûte, je préfère boire mon jus de pomme [comme celui qu’elle sirote tout en nous parlant, ndlr]. Du coup, quand je sors avec des amis, je suis capitaine de soirée ! Rien qu’en arrêtant ce terrible cocktail alcool-médicaments, j’ai dégonflé en perdant rapidement 15 kg.

Puis en novembre dernier, on m’a fait une sleeve [réduction de l’estomac, ndlr]. Du coup, j’ai divisé mes quantités par trois. Mais attention, je ne mange pas que de la salade, je prends des petits repas, mais de qualité. Je n’ai ni manque, ni carence, je m’affine de jour en jour, me sens épanouie et tellement plus femme. Si on m’avait dit il y a encore deux ans qu’à mes 40 ans j’aurais perdu plus de 30 kg, que je serais amoureuse et heureuse, je ne l’aurais jamais cru. »

Et pourtant, en plus d’être fière de sa silhouette chaque jour un peu plus retrouvée, Loana est aux anges de nous parler de celui qui, depuis quelques mois, fait battre son cœur. « C’est un peu une histoire à l’eau de rose », plaisante-t-elle, avant de nous conter comment ce nouvel amour est arrivé à point nommé pour ensoleiller sa vie.

Loana et Phil
Loana et Phil

« Je venais de regagner le sud de la France et de retrouver ma maman, j’avais arrêté de boire et de me droguer aux médicaments, je mincissais à vue d’œil, j’étais bien. Un jour, Phil, qui travaille dans l’événementiel, m’a contactée via Facebook pour m’inviter à participer aux Défis de la nuit qu’il organisait à Lyon, où il vit. J’ai décliné, néanmoins on a continué à s’écrire tous les jours. Il m’envoyait des SMS plein d’étoiles, “pour éclairer tes nuits”, écrivait-il. Je trouvais ça tellement mignon.

On a correspondu ainsi de novembre à mars, au rythme de dix ou quinze messages par jour, sans jamais se parler ni se voir. J’avais juste vu sa photo sur les réseaux sociaux et je le trouvais magnifique. Et puis, le 3 mars 2017, on s’est enfin rencontrés. J’avais très peur d’être déçue, que cela ne soit pas à la hauteur de nos écrits. Lui avait les mêmes craintes et imaginait même que je n’étais pas la vraie Loana. »

Sécurité

Pourtant, un seul regard leur suffit pour tomber dans les bras l’un de l’autre et ne plus jamais se quitter. « C’était tellement fort ! Depuis, la terre peut s’arrêter de tourner… On s’entend à merveille. Avec lui, je me sens en sécurité et savoure chaque instant. Pas de jalousie, de compromis ou de justification comme dans mes histoires passées. On s’est promis de toujours se dire la vérité et tout paraît si simple. C’est si parfait que parfois ça me fait peur, du coup je me pince pour voir que je ne rêve pas. J’aimerais mettre ma vie sur pause pour qu’elle reste comme elle est en ce moment.»

Revenue vivre chez sa maman sur les hauteurs de Nice – alors que cette dernière venait de perdre coup sur coup son compagnon d’une crise cardiaque et ses animaux – la fille et la mère s’apportent beaucoup. « Je ne le lui dis pas assez, mais être auprès d’elle m’apaise énormément. Ainsi que Titi, mon chien chinois à crête qui a une bouille d’enfer et me fait oublier la perte de Tamy, l’année dernière, ma petite chienne qui, depuis quatorze ans, ne me quittait pas.

Elle a tout vécu à mes côtés, de ma sortie du Loft à ma descente aux enfers, c’est elle qui me léchait le visage quand j’étais dans le coma… En la perdant, j’ai eu le sentiment qu’on m’arrachait une partie de moi. »

Côté professionnel, Loana fourmille de projets. En clin d’œil à ses célèbres galipettes dans la piscine du Loft, elle fait actuellement la promotion des jacuzzis d’une célèbre enseigne lot-et-garonnaise, au côté de son complice de l’époque Benjamin Castaldi. Une pub qui n’a cependant pas tardé à soulever une polémique. « Avec Benji, on a fait ça pour le fun, parce qu’on trouvait ça drôle de se retrouver seize ans après Loft story, et là on nous accuse d’être sexistes et “grossophobes”. Si j’étais arrivée avec mes 130 kg et un string ficelle, je veux bien, mais là franchement, je ne comprends pas, c’est tellement méchant. »

Loana Petruciani avec notre reporter Caroline Berger
Loana Petruciani avec notre reporter Caroline Berger

Confiance

Elle espère aussi que son émission sur la chaîne Non Stop People, Les interviews de Loana, sera reconduite à la rentrée et vient de reprendre la plume pour écrire la suite de son histoire.

« Aujourd’hui amoureuse et tellement heureuse, je souhaiterais par mon témoignage montrer aux gens que l’on peut se sortir de tout. Malgré mes déboires, quand je vois tous ces gens qui me suivent toujours et me témoignent leur amour, je me dis que je leur dois bien ça. »

Seule ombre à ce bonheur retrouvé, l’absence de sa fille. C’est sur Facebook et dans les journaux que Loana a découvert la belle jeune femme de 19 ans. « Si je ne devais faire qu’un vœu pour mes 40 ans : serrer ma fille dans mes bras, et alors mon bonheur serait total ! Mais, je garderai espoir, jusqu’à mon dernier souffle. Aujourd’hui, j’ai retrouvé confiance en la vie. »

Caroline Berger

À découvrir