France Dimanche > Actualités > Loana : Attachée sur un lit avec des sangles !

Actualités

Loana : Attachée sur un lit avec des sangles !

Publié le 6 mars 2018

A 40 ans, Loana a déjà eu un avant-goût de l’enfer. Aujourd’hui, elle revient sur un épisode trouble de sa vie.

Attachée à son lit avec des sangles, Loana a cru vivre un « film d’horreur ». Cette semaine, celle qui évoque sa « renaissance » dans les colonnes de Elle a cru mourir hier. Dans son livre « Si dure est la nuit, si tendre est la vie » aux Éditions Plon, elle raconte cet épisode douloureux de sa vie…

Après avoir été sacrée grande gagnante de l’émission de télé-réalité ultra-médiatisée Loft Story en 2001, la bimbo blonde et plantureuse a enchaîné les mauvaises rencontres… Et c’est loin des caméras qu’elle tombe amoureuse d’un dealer et sombre peu à peu dans la cocaïne. Après avoir essayé de mettre fin à ses jours, Loana s’est faite interner en hôpital psychiatrique.

« Après mon premier coma, […] je me retrouve à Sainte-Anne, criant que je ne resterai pas là », écrit-elle sans pudeur. Dès les premières heures de son internement, la jeune femme a l’impression de vivre un bout d’enfer sur Terre. Pour elle « qui croyait qu’on ne pratiquait ces méthodes qu’au Moyen-Âge », se retrouver sanglée à son lit est un traumatisme de plus. Elle ajoute : « Les infirmières expliquent que les sangles sont là pour mon bien, mais je comprends qu'elles servent surtout à éviter le moindre risque : ont-elles deviné que je cherche déjà un moyen de me foutre à nouveau en l'air ? ». Après « deux jours entiers ligotée dans un lit de souffrance, suivis de quelques semaines où [elle] peut déambuler dans le service », l’ex-bimbo « aspire toujours autant à en finir ».


En effet, comme elle le confiait dans les colonnes de « France Dimanche » cet été, la jeune femme a eu besoin de plus que de quelques mois en hôpital psychiatrique pour commencer à se reprendre en main…

À 40 ans, c’est la prise de conscience. Son envie de s’en sortir se fait alors plus forte que celle de la drogue, de l’alcool et de la nourriture. Elle décide de subir une « sleeve gastrectomie » pour réduire la taille de son estomac et de lancer de nouveaux projets comme son livre.

La semaine dernière, c’est une Loana apaisée que l’hexagone découvrait en Une de "Elle". Le souvenir de celle qui avait besoin de se faire sangler se fait peu à peu étranger.

Estelle LAURE

À découvrir