France Dimanche > Actualités > Lorie : Des douleurs infernales !

Actualités

Lorie : Des douleurs infernales !

Publié le 29 septembre 2018

Frappée par le même mal que Laëtitia Milot, Lorie en parle pour la première fois.

Le destin l’a dotée de multiples talents. Celle qui, gamine, se voyait déjà patineuse artistique, a certes dû changer de vocation à la suite d’une blessure et se lancer dans la chanson. Un domaine où Lorie Pester a rencontré un succès immédiat, dès l’âge de 19 ans. 

Et la jeune femme connaît désormais la même réussite en tant que comédienne, grâce à son rôle dans la série de TF1 Demain nous appartient. 

Mais, comme elle vient de le confier dans un récent entretien, une ombre vient ternir ce tableau en apparence idyllique. Celle qui « se voyait maman à 27 ans » n’a jamais pu réaliser ce souhait. 

Et si, jusqu’à présent, l’artiste se disait qu’elle n’avait simplement pas eu la chance de « rencontrer la bonne personne », il se trouve que des problèmes bien plus graves l’auraient sans doute privée quoi qu’il arrive de ce rôle de mère lui tenant tellement à cœur.


Car la jolie blonde qui, d’ordinaire, se livre peu sur ses malheurs, a, pour une fois, voulu partager ses soucis avec tous ses fans, pour les prévenir contre le mauvais sort qui la frappe. Le même mal dont a tant souffert Laëtitia Milot… 

« Au départ, a-t-elle confié, j’avais des douleurs et des saignements durant mes règles. Ma gynécologue, qui me suivait depuis l’adolescence, me disait que c’était normal. Mais elle se trompait. Un jour j’ai fait une grossesse extra-utérine, et elle a dû m’opérer d’urgence. Juste après cette intervention, le verdict tombe : “Voilà, tu souffres d’endométriose [un fléau qui rend souvent les malades infertiles, ndlr]. Tu as 36 ans, et ce serait peut-être bien que tu congèles tes ovocytes [cellules reproductrices féminines, ndlr].” » Lorie se heurte alors à un obstacle majeur : en France, ce type d’opération n’est possible que pour des cas d’endométriose plus sévères que le sien ou pour les personnes qui suivent une chimiothérapie. 

Mais l’artiste, consciente que son désir de devenir mère était en jeu, décide alors d’aller en Espagne pour procéder à cette opération, qui n’a rien d’une sinécure : « Pendant douze jours, on m’a fait des piqûres d’hormones […] Je pleurais pour un rien, c’était assez fort. » 

Et après ce calvaire, la chanteuse a tenu à avertir celles qui pourraient être atteintes de cette même maladie qui toucherait environ 10 % des Françaises : « Je veux essayer de dire aux jeunes femmes : “Attention ! Pour être maman, on n’a pas toute la vie devant soi !” » 

Et même si sa bataille est loin d’être gagnée, souhaitons à Lorie d’être de celles qui, après son parcours de combattante, auront la chance de devenir mère…

Claude LEBLANC

À découvrir