France Dimanche > Actualités > Lorie : Scène de ménage en direct !

Actualités

Lorie : Scène de ménage en direct !

Publié le 9 février 2016

Invité surprise de l’émission dont la chanteuse et comédienne Lorie était la vedette, son amoureux lui a exprimé sans détour la jalousie que lui inspirait son comportement.

On a l’impression qu’avec elle on n’aura jamais fini d’avoir des surprises. Car Lorie est une jeune femme qui semble prendre un malin plaisir à n’être jamais là où on l’attend. Première surprise : elle n’est plus, désormais, « Lorie-tout-court », mais Lorie Pester, son nom de famille.

Ensuite, c’est métamorphosée que nous revient celle que l’on s’était habitué à toujours voir comme une chanteuse pour fillettes et préadolescentes. On aurait pourtant bien dû se douter de quelque chose quand, à partir de 2008, elle a commencé à céder aux sirènes de la télévision, apparaissant dans un épisode parisien des Feux de l’amour, puis en tournant un téléfilm avec Alain Delon – excusez du peu !
À cette occasion, elle avait d’ailleurs déjà repris son nom de famille.

Ensuite, passant à la vitesse supérieure, Lorie se lançait dans le cinéma : ce seront Les portes du soleil début 2015, avec Smaïn, puis Dragon Blade, aux côtés d’Adrien Brody et de Jackie Chan.

Cette nouvelle carrière de comédienne, Lorie y croyait tant qu’elle avait décidé d’arrêter complètement la chanson. Certains avaient alors murmuré que la jeune femme de 33 ans prenait un gros risque, car nul ne pouvait dire si ces débuts timides en tant qu’actrice allaient être autre chose qu’un feu de paille…

Que ceux-là se rassurent : non seulement le feu ne s’est pas éteint, mais il éclate aujourd’hui en un éblouissant feu d’artifice ! Car, cette année, c’est sur les planches des théâtres que Lorie Pester va prouver qu’elle a l’étoffe d’une grande. Artiste exigeante, elle n’a pas choisi la facilité puisque, jusqu’au 27 février, elle incarne tous les soirs Eliza Doolittle au Théâtre 14, à Paris, avant de partir en tournée à travers la France.

Eliza Doolittle, vous la connaissez sans peut-être le savoir. C’est l’héroïne de la pièce Pygmalion, écrite au début du XXe siècle par George Bernard Shaw, transformée en comédie musicale puis adaptée au cinéma sous le titre de My Fair Lady. Eh oui : la petite fleuriste assez vulgaire qui, sous l’influence d’un professeur, devient une vraie femme du monde, interprétée à l’écran par Audrey Hepburn, tel est le magnifique personnage que Lorie défend sur scène !

« J’avais une petite base de comédienne, rappelait-elle il y a quelques jours, dans Le Parisien. Mais au théâtre, c’est sans filet ! J’avais l’habitude de monter sur scène pour des concerts, d’entendre les gens chanter ou crier. Là, on entend les gens rire… ou pas. Ce qui est pareil, c’est le stress. Ici ou à Bercy, j’ai le même trac. »

Crise

En attendant, la première chose que cette pièce ait apportée à Lorie c’est une crise de jalousie, en direct devant des caméras de télévision !
Il n’y a pas si longtemps, la jeune femme confiait à une chaîne belge qu’elle était épanouie depuis qu’elle avait rencontré Alexis, un homme d’affaires de 47 ans, mais ne s’attendait pas à la surprise que lui mitonnait son amoureux.

Lundi 18 janvier, pour la promotion de Pygmalion, Lorie se trouvait sur le plateau de Direct 8, où l’équipe du Grand 8, Laurence Ferrari en tête, lui avait réservé une surprise. Car, soudain, l’on voit Alexis faire – avec humour – une vraie petite scène de ménage à sa douce, sous prétexte qu’elle se permet d’embrasser d’autres hommes pour les besoins de ses rôles !

Et Alexis d’enchaîner : « J’aimerais savoir s’il est compliqué d’embrasser au cinéma, et d’embrasser au théâtre, en l’occurrence. Car il y a un passage, dans un acte, où tu embrasses sur la bouche un magnifique comédien, et moi il me semble que ça aurait été plus réaliste, charmant, que tu l’embrasses sur la joue. »

Amusée et gênée à la fois, Lorie a fini par lui répondre qu’elle avait essayé de proposer une simple bise, mais que le metteur en scène s’y était opposé. Et l’artiste de conclure ce petit échange par un : « Règlement de comptes en direct, c’est génial ! »

D’un autre côté, si l’escarmouche a pu ensuite servir aux amoureux de prétexte pour une réconciliation ardente sur l’oreiller, c’est toujours ça de pris, non ?

Valérie Bergotte

À découvrir