France Dimanche > Actualités > Louis Bertignac : Arrêter l’héroïne ou mourir !

Actualités

Louis Bertignac : Arrêter l’héroïne ou mourir !

Publié le 31 janvier 2015

Le juré de “The Voice Kids”, Louis Bertignac, a souffert le martyre pour décrocher de l’héroïne, qui lui avait laissé une� maladie mortelle…

« Je l’ai dit à Dieu, je vivrai cent ans, j’ai tant de vies à refaire, tant d’accords à trouver », chante Louis Bertignac dans le premier single extrait de son nouvel album, Suis-moi… Une ode aux joies de l’existence, un hymne plein d’espoir qui donne, en effet, l’irrésistible envie de suivre pour l’éternité l’ex-guitariste de Téléphone.

D’ailleurs, son look de doux rocker, son air de baroudeur fatigué ayant goûté à tous les piments de la vie ont immédiatement séduit Laetitia, la ravissante compagne du chanteur.

->Voir aussi - Louis Bertignac : Ses révélations sur le couple Sarkozy !

Lorsque, un peu par hasard, elle a assisté à l’un de ses shows, il y a plusieurs années, la jeune femme ne s’attendait pas à tomber amoureuse : « Son tonton, que je connais, lui avait offert un billet pour mon concert, vient de raconter Bertignac dans Le Matin. Elle m’a avoué qu’elle y était allée à reculons, elle ne connaissait pas trop ma musique. En me voyant sur scène, sa première réaction a été : “Qu’est-ce qu’il est beau ce mec !” (Rires.) Au début, entre nous, c’était de l’amitié.»

Dépendance

Une amitié qui, très vite, se mue en amour, malgré leurs trente-quatre ans d’écart… Durant cette période compliquée, où Louis Bertignac se sépare, dans la douleur, de Julie Delafosse, la mère de ses deux filles, Lola (10 ans) et Lili (7 ans), Laetitia, âgée aujourd’hui de 26 ans, est là, près de cet homme blessé qui tente de remonter la pente.

Le musicien, qui craint de perdre ses petits bouts de chou, est aussi un rescapé, un survivant… Il y a treize ans, en effet, le ciel lui tombe sur la tête lorsqu’il apprend qu’il est atteint d’une hépatite : « Un jour, j’étais fatigué, confie-t-il, toujours dans les colonnes du Matin. Une amie me tire les cartes et me dit : “Tu es malade, mais tu vas guérir.” J’avais 47 ans, j’ai fait un check-up et j’ai découvert mon hépatite. J’ai paniqué. »

Comment ne pas s’écrouler quand on réalise qu’on est atteint de cette maladie extrêmement grave qui peut détruire votre foie et vous envoyer six pieds sous terre ? Transmissible par le sang, ce mal infectieux touche notamment ceux qui consomment certaines drogues dites « dures ».

Une épouvantable dépendance à laquelle, dans une autre vie, Louis Bertignac a, hélas, succombé : « Je ne me suis jamais injecté de drogue, mais je sniffais de l’héro, a-t-il avoué. Ça irrite le nez, on saigne. Si le mec d’avant a saigné aussi… Mais j’ai eu de la chance, j’ai guéri en six mois. C’était dur : les médicaments, les injections… Jamais je ne me suis senti aussi mal. J’avais l’impression d’avoir 95 ans. »

La découverte de l’hépatite C et ce lourd traitement, qui a abouti à une guérison, ont été d’autant plus douloureux à vivre pour le juré de The Voice Kids qu’ils sont intervenus dix-sept ans après avoir définitivement décroché ! « J’ai arrêté à 30 ans, a-t-il révélé. J’ai compris que j’arrivais à un croisement. Soit je choisissais le mal et je mourais. Soit je choisissais le bien et il fallait supporter de survivre à cette saloperie. Les premiers jours sans drogue ont été terribles. »

Bertignac concertAujourd’hui, Louis Bertignac a remplacé ce poison par des addictions beaucoup plus douces, et dont il ne voudrait pour rien au monde être sevré. Père comblé qui voit désormais ses deux petits anges chaque week-end, il est heureux et amoureux de sa tendre Laetitia, qui le lui rend bien ! À tel point qu’il ne se ferait pas prier si l’élue de son cœur de rocker lui demandait de faire d’elle une maman.

« Au début, Laetitia disait non, a avoué le compositeur. Aujourd’hui, elle dit : “oui”. Moi, je suis un branleur, vous savez. Je ne veux pas d’emmerdes. Donc je serai d’accord avec son choix. (Rires.) Je suis devenu père à 50 ans. C’était mon horloge biologique : ma carrière était assise, je ne cherchais plus la lune. »

Si Louis Bertignac ne cherche plus la lune, c’est peut-être parce que, à bientôt 61 ans, qu’il fêtera le 23 février prochain, le soleil a fini par s’installer pour de bon dans son existence…

Clara Margaux

À découvrir