France Dimanche > Actualités > Louis de Funès : Un père autoritaire !

Actualités

Louis de Funès : Un père autoritaire !

Publié le 19 juillet 2021

.photos:bestimage
© BESTIMAGE -

Il a fait rire des millions de spectateurs, pourtant dans la vie privée, Louis de Funès était loin d’être un homme facile à vivre. C’est ce que révèle Patrick, son fils, qui se souvient d’un père à l’éducation ultra rigide.

Quarante ans après sa disparition, Louis de Funès continue d’être un monument du cinéma français. Avec près de 140 films à son actif, l’acteur comique aux mimiques cultes séduit encore toutes les générations. Mais si on le connaît bien dans sa vie publique, qu’en était-il de sa vie privée ?


Et bien, c’est Patrick, son second fils, qui répond à cette question dans un entretien accordé au Parisien. Il y confie quelques souvenirs et anecdotes inattendues sur son père, un homme beaucoup moins drôle que ce que l’on aurait pu imaginer. "C'était un père très autoritaire, très présent. Trop, même. Il était chiant. Il se mêlait de tout, suivait de près mes études médicales”, se souvient-il.

Un coté tyrannique que confirme Jean-Jacques Jelot-Blanc, le biographe de l’acteur. En 2014, il s’était exprimé à ce sujet dans les colonnes du Figaro : "Dans sa vie privée, Louis de Funès n'était pas très drôle (...) Un jour son premier fils, Daniel, m'a dit : 'L'ombre du père était tellement présente que je n'ai jamais pu l'appeler papa, je l'appelais Louis.' C'était très certainement un père aimant, mais surtout un père très absent."

En dépit de ces confidences, Patrick De Funès garde néanmoins une profonde affection pour son père. Dans le livre Louis de Funès : ne parlez pas trop de moi, les enfants, il s’était exprimé à son sujet, dans des termes beaucoup plus touchants, ceux d’un enfant face à son père.

"On s'imagine toujours que les comiques le sont tout le temps. Mais il n'était pas sinistre du tout. Bien au contraire. Il était très humain, gentil et marrant. Modeste aussi. Un jour, alors que nous étions bien dans un petit bistro, maman l'a appelé pour nous rejoindre. Il n'a pas voulu, de peur d'ennuyer les amies qui nous accompagnaient...", explique-t-il avant d’ajouter : "Comme tous les artistes, il fonctionnait à l'impulsion. Pas à la réflexion économique comme actuellement. Il a repris la pièce Oscar à Paris, en dépit des risques que cela comportait et qu'il connaissait, parce que je lui avais dit que je l'aimais bien ! Juste comme ça : un flash. Ce trait de caractère, je le tire aussi de lui."

Finalement, ce qui reste en mémoire des enfants De Funès, c’est surtout leur immense fierté d’avoir été les fils de cette icône du cinéma français, comme un témoigne Patrick : "C'est à la mode, mais je trouve honteux tous ces fils de... qui se plaignent de la difficulté de porter un nom célèbre. On ne va quand même pas se plaindre des avantages inouïs que cela procure ! Mon frère Olivier a tout de suite décroché des rôles grâce à cela, quand d'autres jeunes galéraient. On a eu un garde du corps - chauffeur sympa, et la police nous racontait son travail à la maison. Et moi, j'adore les polars ! Oui, je suis fier d'être un de Funès !”

Andréa Meyer

À découvrir

Sur le même thème