France Dimanche > Actualités > Luc Besson : Accusé d’agressions sexuelles !

Actualités

Luc Besson : Accusé d’agressions sexuelles !

Publié le 24 juillet 2018

Après la plainte pour viol déposée en mai dernier par une actrice, Luc Besson est désormais mis en cause par plusieurs femmes…

Il y a eu, l’an dernier, la tristement célèbre affaire Harvey Weinstein qui a levé le voile sur les agissements de ce producteur de Hollywood réputé et que l’on croyait au-dessus de tous soupçons…

Y aura-t-il en France une affaire Luc Besson ?

C’est ce qu’on peut se demander, deux mois après la plainte pour viol déposée le 18 mai dernier par l’actrice Sand Van Roy contre le réalisateur du Cinquième élément !


La jeune femme de 27 ans, qui aurait entretenu avec Besson une liaison épisodique depuis deux ans, avait en effet accusé le cinéaste de l’avoir droguée et violée dans une chambre de l’hôtel Le Bristol, à Paris.

Elle aurait décrit une relation sexuelle « sans grande douceur » s’apparentant, selon elle, à un chantage à l’emploi.

Des allégations farouchement démenties par ce père de cinq enfants, qui a déclaré être « tombé de sa chaise » en les apprenant.

Si le dossier n’a évidemment pas encore été traité par la justice, on sait déjà que la suspicion de drogue a été démentie par le laboratoire central de la préfecture de police.

Cette mauvaise passe pour l’époux, depuis 2004, de la productrice Virginie Silla aurait pu s’arrêter là, ou du moins l’affaire se tasser en attendant son passage devant les juges.

Seulement voilà, ce 9 juillet, le site Mediapart a recueilli de nouveaux témoignages de femmes à l’encontre du fondateur d’EuropaCorp l’accusant d’autres agressions sexuelles !

Et leurs récits sont glaçants, à la limite de l’audible…

Moi aussi

À commencer par celui d’une ancienne directrice de casting qui a travaillé à plusieurs reprises sur ses films, entre 2000 et 2005, et qui s’est décidée à écrire au procureur de la République, le 6 juillet, pour dénoncer les agissements du cinéaste.

« Quand j’ai vu la plainte de Sand Van Roy, mes jambes ont tremblé, a-t-elle expliqué. Enfin quelqu’un parle ! Allez, j’y vais moi aussi. »

Et d’ajouter : « Il me semble important aujourd’hui de me manifester après de vous […], espérant que d’autres le feront également et que monsieur Luc Besson ne pourra plus adopter de tels comportements avec qui que ce soit et en particulier avec les très jeunes filles qui sont à son contact. »

Et cette femme de 49 ans de décrire la conduite du producteur sur le tournage du Baiser mortel du dragon, sorti en 2001 et réalisé par Chris Nahon : « Un jour, au cours d’une répétition, il s’est de nouveau glissé derrière moi et, au vu et au su de toutes les présentes, m’a attrapée par les seins […], a-t-elle raconté au site d’information. Fréquemment, Luc Besson me demandait de lui faire une fellation, ce que je refusais systématiquement. Une fois, il a accompagné cette demande d’une pression sur ma tête, faisant le geste de la pousser vers son sexe. »

On peut sans peine imaginer la crainte de plus en plus aiguë de cette collaboratrice au fil des jours passés avec celui qu’elle présente comme un véritable prédateur… 

« Il arrivait ainsi fréquemment dans mon dos pendant que je coachais des acteurs et m’embrassait dans le cou, a-t-elle encore déclaré. D’autres fois, il me forçait à m’asseoir sur ses genoux. Il instaurait de plus en plus une proximité physique qui me mettait très mal à l’aise. […] À chaque fois que nous prenions l’ascenseur ensemble, il m’embrassait de force, me mettant sa langue dans la bouche, et bien que je le repousse, il me prenait dans ses bras et me touchait les seins et les fesses. »

Ce récit sordide n’est hélas pas le seul !

Une autre femme a en effet raconté à Mediapart comment Luc Besson s’est précipité sur elle lors de leur deuxième rencontre à Paris.

« Ma seule façon de sortir, c’est de me jeter au sol. Et ça, je m’en souviens vraiment très bien, car je me suis laissée tomber sur le sol et à quatre pattes jusqu’à la porte pour pouvoir me lever et sortir en courant. »

Terrifiant

Une autre victime présumée du producteur, à l’époque jeune assistante, garde un souvenir terrifiant de sa rencontre avec le cinéaste : « Plutôt que d’avoir lieu dans le hall d’entrée, dans le salon comme on fait souvent, le meeting était dans sa chambre, chose qui m’a paru un peu étrange », s’est-elle souvenue

La deuxième entrevue ne laissait aucune place à l’ambiguïté : selon ses dires, Luc Besson n’avait pas encore refermé la porte qu’il se jetait déjà sur elle !

Enfin, une ex-employée de la société de production du cinéaste français, EuropaCorp, a également assuré à nos confrères que le réalisateur du Grand bleu lui avait fait des avances sexuelles, l’embrassant sur la bouche contre son gré et lui touchant les fesses : « Il entend quand on dit “non” mais cela ne sert à rien parce qu’il recommencera. À chaque fois, il essaie de gravir de nouveaux paliers », assure-t-elle. 

Sollicité par Mediapart, Me Marembert, l’avocat du cinéaste qui avait épousé en 1992 l’actrice et réalisatrice Maiwenn, alors âgée de 16 ans, n’a pas souhaité commenter ces propos, arguant que les sujets évoqués par ces femmes faisaient l’objet d’une enquête en cours.

« Vous comprendrez donc que monsieur Besson réserve ses réponses aux enquêteurs auprès desquels il s’est mis à disposition afin que son innocence soit démontrée. »

Coupable ou non, c’est en tout cas une bien triste version française de cette affaire qui n’en finit pas d’entacher le milieu du cinéma…

Clara MARGAUX

À découvrir