France Dimanche > Actualités > Lucie Lucas : Le bonheur est dans le pré !

Actualités

Lucie Lucas : Le bonheur est dans le pré !

Publié le 17 janvier 2019

Marquée dans sa chair par la brutale disparition de son partenaire, Lucie Lucas change de vie.

L’être humain a besoin de tourner des pages, de fermer des tiroirs, de décréter que certaines choses sont passées ou mortes… Démarrer une nouvelle année, c’est s’offrir l’occasion de repartir du bon pied. Mais pour beaucoup, ce passage à l’an neuf reste symbolique et une fois les bonnes résolutions envolées, la routine reprend ses droits. Mais pour d’autres, ce changement de calendrier coïncide réellement avec un nouveau départ.

C’est le cas de la comédienne Lucie Lucas qui, l’année 2019 à peine entamée, a changé radicalement de vie en partant s’installer à la campagne. Loin d’être une tocade, ce besoin de nature qui la taraudait depuis longtemps s’est enfin concrétisé et l’héroïne de la série Clem est aux anges ! C’est donc sans regret qu’elle a déserté Paris pour emménager, il y a quelques jours à peine, en Bretagne, avec son mari Adrien et ses trois enfants. Non pas dans un manoir sur l’île de Bréhat, comme l’avait fait Charlotte Gainsbourg il y a quelques années, mais dans une bâtisse plutôt rustique, puisqu’elle a jeté son dévolu sur une ferme écologique. Un manque de confort totalement assumé dans le but de revenir à des valeurs essentielles, loin de la société de consommation et de ses dérives. L’apprentie fermière parle même « d’expérience » lorsqu’elle évoque son nouveau cadre de vie.

Ce qui est sûr, c’est que son quotidien n’a plus rien à voir avec celui d’une star du petit écran. Pas question pour elle de contempler, béate, la beauté du paysage. Son truc à elle, ce serait plutôt de bêcher, planter, arroser pour que son terrain cultivé sans pesticides donne des légumes forts en goût qu’elle prendra plaisir à cuisiner. Le but ultime, même s’il semble utopique, serait de parvenir à une autosuffisance alimentaire, en privilégiant les recettes végétariennes. Fini les pleins au supermarché et quelle fierté de tout faire maison ! Des valeurs essentielles pour cette mère de famille concernée, dont le petit dernier, Milo, n’a encore que quelques mois : « J’ai envie que mes enfants apprennent à cultiver, à cuisiner, à faire des cabanes. Je veux les voir courir dans les champs. J’aimerais qu’ils deviennent autonomes dans leur façon de vivre et de se nourrir », confie-t-elle à Télé Star.

Mais sortir de « cette société de consommation à outrance » implique un engagement réel. Pour éviter que le quotidien vire au cauchemar, il convient de s’organiser pour, par exemple, produire le moins possible de déchets, ou encore ne pas gaspiller la nourriture. Autant de techniques de base que Lucie souhaite transmettre à ceux, nombreux, qui ont bien compris que la planète était en danger. « Nous ouvrons un centre de formation pour apprendre aux gens à mieux consommer dans un système d’entraide », a-t-elle révélé. Les plus investis pourront même séjourner pendant quelques jours sur le domaine agricole de la comédienne pour observer comment elle met en pratique ses préceptes.

Mais que les téléspectateurs se rassurent, car même si elle a trouvé le bonheur dans le pré, la belle des champs ne compte pas délaisser les tournages pour autant. En ce moment, elle est d’ailleurs occupée à mettre en boîte la saison 9 de Clem et avoue se surprendre à y prendre du plaisir, notamment grâce à une « histoire folle et géniale », imaginée par la production. Ce n’était pourtant pas gagné car, de son propre aveu, elle a bien failli arrêter la série de TF1, notamment à cause du départ de Victoria Abril, qui l’a fortement « déstabilisé ». Mais après avoir quitté le plateau, elle s’en retourne vite dans son paradis bio pour chausser des bottes en caoutchouc, dans la bonne humeur !

Si Lucie Lucas a fait le choix de déserter Paris, c’est bien sûr pour le bien-être de ses enfants, mais aussi pour le sien. Il en allait même de sa survie. En effet, il y a deux ans, l’ancien mannequin de 32 ans aujourd’hui a dû faire face à un drame personnel dont elle pensait ne jamais se relever. En juin 2016, sur le tournage de Porto, son partenaire Anton Yelchin décède dans un accident de voiture. L’actrice est dévastée mais doit surmonter son chagrin car elle doit assurer la promotion du film et se rendre à des festivals. Sous pression, la jeune femme ne parvient plus à faire semblant. à bout de nerfs, elle finit par faire un burn out. Mais ce passage à vide s’est en fin de compte révélé salvateur.

Prenant conscience de la fragilité des choses, elle décide alors de réviser ses priorités et de se montrer plus à l’écoute de son moi profond. Une introspection qui l’a conduite à larguer les amarres et mettre le cap sur la Bretagne. « Maintenant, je fais attention au surmenage et aux rôles trop lourds à porter. J’aime mon métier passionnément et je veux le faire le plus longtemps possible, mais pas au prix de ma santé », assure-t-elle. Une lucidité bienvenue dans l’univers impitoyable du showbiz…

Sophie MARION

À découvrir