France Dimanche > Actualités > Ludovic Chancel : Les révélations de sa compagne, Sylvie !

Actualités

Ludovic Chancel : Les révélations de sa compagne, Sylvie !

Publié le 27 juillet 2017

Bipolaire, soumis à un lourd traitement 
 médicamenteux, 
le fils de Sheila, Ludovic Chancel, ne se serait pas suicidé…

«Il est ma lumière, je suis son soleil. Aucun mot jamais ne pourra qualifier notre amour immense. Je suis sa vie, il est la mienne, pour toujours à l’infini toi et moi enlacés. […] » C’est ce message, bouleversant, que Sylvie Ortega Munos, la compagne de Ludovic Chancel, a écrit et posté sur son compte Facebook le 8 juillet, quelques heures après avoir recueilli le dernier souffle de cet homme qu’elle aimait si fort.

Cet homme de 42 ans, qui avouait préférer « le jour à la nuit », et à propos duquel, comme d’une seule voix, d’aucuns n’ont pas hésité à avancer qu’il avait mis fin à ses jours.

->Voir aussi - Ludovic Chancel : "Je suis l'enfant du désamour..."

C’est vrai que le scénario était presque écrit : le fils de Sheila et Ringo, qui avait déjà tenté de se suicider auparavant, cet être en mal de vivre, en mal de père et de mère, en mal de tout, au point d’avoir eu longtemps besoin de toutes sortes de drogues pour survivre, aurait achevé son existence le plus logiquement du monde : le malheur aurait finalement eu raison de lui.

Mélancolie

Mais toute histoire, qu’elle soit d’amour ou de haine, a toujours plusieurs façons d’être racontée. Et il faut souvent faire l’addition de chaque regard posé sur elle pour tenter de comprendre un peu ce qui s’est passé. Ce qui est advenu, et qu’aujourd’hui personne ne peut mettre en doute, c’est la fin tragique d’un homme de 42 ans, dans la nuit du 7 au 8 juillet dernier.

Une mort qui laisse une mère anéantie, une compagne aimante brisée, des amis fous de douleur… Or, si l’on en croit celle qui l’accompagnait depuis sept ans, la très belle Sylvie Ortega Munos, un mannequin brun à la taille de brindille et au sourire lumineux, contrairement à la rumeur, Ludovic Chancel n’aurait pas volontairement mis fin à ses jours.

->Voir aussi - Sheila : Après des années d'attaques, son fils Ludovic lui déclare son amour !

En effet, selon ses dires, il était atteint d’un mal terrible : il était bipolaire. Cette véritable maladie de l’âme se serait déclarée après que le jeune homme avait mis fin à des années d’une grande consommation de cocaïne. Il oscillait ainsi entre des périodes d’exaltation, d’espoir, d’hyperactivité, suivies par d’aussi intenses épisodes de grande tristesse, de profonde dépression.

Sa mélancolie, le jeune homme tentait de la dompter en prenant très régulièrement des médicaments, un traitement très lourd, qu’il devait poursuivre sans interruption. Mais, comme l’a révélé Sylvie, Ludovic supportait mal cette médication. Depuis quelques jours, il se sentait très fatigué… Si Sylvie est formelle sur le fait que son compagnon ne s’est pas donné la mort, et avoue ne pas connaître, pour l’instant, les causes de son décès, il est plausible de penser que c’est une surdose de médicaments qui a eu raison de lui. Une surdose qui l’aurait emporté dans un coma dont il ne se serait jamais réveillé…

Sheila, la première femme de sa vie
Sheila, la première femme de sa vie

Deux longs jours passés à l’hôpital, dans les bras de son amoureuse, qui ne l’a à aucun moment quitté du regard, l’entourant de tout son amour, et des mots les plus tendres. Mais la fatigue de Ludovic résultait peut-être aussi de la relation très complexe qui l’unissait à sa mère. Sylvie a confié que, contrairement à certaines rumeurs qui les disaient fâchés à mort, Sheila et lui se parlaient régulièrement au téléphone. Mais, toujours selon elle, Ludovic souffrait de ne pas la voir…

Il souffrait comme souffre un enfant, en manque de la femme qui compte le plus dans sa vie, la première femme de son existence, sa maman. Et comme un enfant, il était sans défense face aux aléas et aux difficultés de la vie. Sans doute sa rencontre avec Sylvie, comme en ont témoigné tous leurs proches, a-t-elle permis à ce jeune homme fragile de trouver un réel point d’appui pour affronter ses démons. Et vivre de nombreux moments de bonheur aussi.

Des années durant, l’un et l’autre ont posté sur les réseaux sociaux les photos d’un amour total, fusionnel, fiers l’un de l’autre, et de la réussite de leur relation. Ils sortaient souvent, posaient lors de soirées, vêtus de tenues élégantes, dans des lieux magiques… Ils faisaient rêver et se faisaient rêver. Ensemble, ils avaient commencé à écrire un livre, une autobiographie de leur amour, dans lequel ils évoquaient aussi la bipolarité de Ludovic.

Le couple partage un instant de bonheur aux Tuileries en juin 2017
Le couple partage un instant de bonheur aux Tuileries en juin 2017

Drogues

Ensemble, aussi, ils avaient vécu et affronté un moment terrible, qui aurait pu avoir raison de leur couple : « On a perdu des jumeaux, j’ai fait une fausse couche », a expliqué la jeune femme dans Gala, sans s’attarder plus avant sur ce sujet, dont on imagine à quel point il a dû être au cœur de leur vie des mois durant. Une perte douloureuse pour eux deux, et peut-être plus encore pour le jeune homme. Mais fort de son amour, du soutien de Sylvie, Ludovic avait réussi à surmonter cette terrible perte.

Tout comme il était parvenu à triompher de son addiction aux drogues. Sans doute, avec Sylvie, se sentait-il plus structuré, plus capable d’entreprendre que jamais auparavant. Les amoureux avaient d’ailleurs décidé d’unir leurs destins, un jour de 2013, à Las Vegas… Mais sans pour autant officialiser cet engagement. Leurs sentiments n’ayant fait depuis que grandir, le couple avait projeté de se marier l’année prochaine, plus précisément le 20 mai, le jour de l’anniversaire de Sylvie…

Une date que Ludovic avait choisie en étant bien certain qu’alors, son traitement « serait complètement au point et sa santé stabilisée », avait précisé Sylvie, toujours dans Gala. Hélas, combien de fois hélas, ce n’est pas ainsi que les choses se sont passées.

Quelques jours avant sa disparition, Ludovic Chancel avait posté un dernier message sur Facebook : une photo, splendide, de son couple. Le jeune homme porte Sylvie dans ses bras, il lui donne un baiser sur la joue, un baiser porteur à la fois de passion et de douceur. Tous deux ont les yeux fermés, comme pour mieux goûter cet instant de bonheur fusionnel… Ces quelques mots accompagnent le cliché : « Ma Princesse mon Amour ma Vie pour l’éternité ❤️ ❤️ ❤️ Avec Sylvie Ortega Munos… Je t’aime plus que tout »… Un amour plus fort que tout, plus, même, que sa mort.

Laurence Paris

À découvrir