France Dimanche > Actualités > M. Pokora : C’est un tricheur !

Actualités

M. Pokora : C’est un tricheur !

Publié le 12 mars 2018

m-pokora-20180222

Au début de sa carrière, 
M. Pokora a dû falsifier sa carte d’identité.

Une carrière ne tient pas à grand-chose, et dans un univers très compétitif, il ne faut pas laisser passer une occasion de percer quand elle se présente. Quitte à, pour y parvenir, accepter de petits arrangements avec la morale, et commettre des actes que l’on préférerait effacer par la suite de sa mémoire, sous l’effet d’une bienfaisante amnésie.

Et parmi ceux qui ont, un jour, eu recours à un subterfuge guère avouable figure l’une des nouvelles idoles de jeunes et des moins jeunes, M. Pokora.

Aveux

Avant d’enfiler les collants verts de Robin des bois et conquérir les foules, le Strasbourgeois a dû en effet se livrer à une tricherie. S’il n’en est pas très fier, sans elle, le jeune homme qui roucoule aujourd’hui avec la ravissante artiste américaine Christina Milian ne serait peut-être encore qu’un illustre inconnu.

Estimant sans doute qu’il y avait désormais prescription, le chanteur a accepté de revenir sur cet épisode honteux de son existence.


Dans l’émission (bien nommée) M. Pokora, à cœurs ouverts, diffusée sur France 4, ce 1er mars, le tombeur de ces dames a bien voulu retracer les étapes importantes de son fulgurant parcours.

Et c’est alors, sur le ton de la confession qu’il est passé aux aveux. A ses débuts, en 2003, celui qui rêvait de s’inscrire au casting de l’émission Popstars, le télécrochet de M6, n’a eu d’autre choix que de se vieillir pour parvenir à ses fins. Car les règles de ce programme étaient strictes : il fallait avoir atteint sa majorité pour y prendre part.

Un obstacle a priori infranchissable pour M. Pokora, alors âgé de 17 ans. Mais comme aux âmes bien nées, la valeur n’attend pas le nombre des années, l’adolescent a décidé de se vieillir d’un an en falsifiant sa carte d’identité…
Sans cette manipulation, il serait peut-être devenu footballeur professionnel, sa première vocation. Son succès indéniable reposerait donc, du moins en partie, sur une imposture. Cette graine de star savait-t-elle que la fabrication et l’usage de faux documents sont des délits, et qu’ils sont passibles de trois ans de prison, et de 45 000 euros d’amende ?

On peut en douter. Mais puisque cette supercherie lui a permis de gagner la troisième saison de Popstars, qu’importe, on lui pardonne. D’ailleurs comment résister à cette icône sexy, même si Matt fut, à l’aube de sa carrière, un «cher menteur »… 

Nina COLLOMBE