France Dimanche > Actualités > Magloire : “J’ai perdu 37 kilos !”

Actualités

Magloire : “J’ai perdu 37 kilos !”

Publié le 23 janvier 2020

.photos:bestimage
© BESTIMAGE Magloire

Libéré de ses anciens démons, Magloire est un autre homme qui fourmille de projets.

Une décennie de plus, 37 kilos en moins et des projets plein la tête. Après une période difficile marquée par la disparition de sa mère, atteinte de la maladie d’Alzheimer, l’ancien acolyte de Michaël Youn dans le Morning Live (M6) profite d’un second souffle. De nouveau dans la lumière grâce à son personnage dans la 30e saison de Fort Boyard (France 2) et à sa place à la table des chroniqueurs de La grande Darka (C8), Magloire compte mettre ce regain de notoriété au service d’une cause qui lui tient particulièrement à cœur : la lutte contre la grossophobie.

France Dimanche  : Comment allez-vous ?
Magloire : Je vais très bien ! En quatre mois, j’ai perdu 37 kilos. C’était une question de bien-être, tant physique que moral. La charge que j’avais accumulée m’empêchait de vivre et travailler comme je l’ai toujours fait ! Après cette période difficile due à la maladie de ma mère et à sa disparition, je retrouve un peu mes esprits. Ce poids participait à cette éclipse dans ma vie… Il fallait que je me remplisse le ventre pour survivre mentalement. Le moral étant désormais revenu, j’ai à nouveau envie de vivre. Et je compte mincir plus ! Ce qui ne m’empêche pas pour autant de continuer à m’engager contre la grossophobie.

FD  : Effectivement, vous dénoncez publiquement cette discrimination…
M : Si je personnifie moi-même nombre de différences, jamais je n’ai subi de commentaires racistes ou homophobes. J’ai en revanche souvent entendu : « Tu es trop gros ». Certains emplois à la télévision m’ont même été refusés à cause de mon poids ! Accompagner ma mère durant sa fin de vie m’a fait passer de l’enfant gâté à l’homme. Même si l’on est peu de chose, j’ai pris conscience qu’on pouvait tout de même avoir une action positive sur ce monde. J’en ai parlé dans les médias et la mairie de Tarnos [Nouvelle-Aquitaine, ndlr] m’a contacté. Avec des jeunes de la ville qui avaient remarqué que leurs amis en surpoids ne se rendaient plus sur la plage après avoir été victime de moqueries, nous avons fait un court-métrage. Le problème, c’est qu’il nous manque encore 10 000 euros pour le mixage et le montage. Mais, dès février, il devrait courir tous les festivals. Après, nous projetons d’organiser des conférences dans les écoles et les facs. À côté de ça, je me suis rapproché de l’application Tombol’App qui reverse des sous à des associations qui luttent notamment contre la grossophobie. J’essaie aujourd’hui de diriger mes actions professionnelles autour de l’engagement. C’est ma façon de faire quelque chose d’utile pour cette planète.


FD  : En juin dernier, vous nous aviez confié « revivre » grâce à Fort Boyard. Serez-vous reconduit l’année prochaine ?
M : Je fais passer un message dans votre magazine : j’espère vraiment l’être ! En tant qu’enfant de la télévision, devenir un personnage de Fort Boyard s’apparente à jouer dans une production Walt Disney ! De plus, l’émission m’a guéri de ma phobie des reptiles ! Récemment, je suis parvenu à tenir en main un petit crocodile ! Et puis, lorsque je suis allé dans Touche pas à mon poste ! défendre le programme, Cyril Hanouna m’a confié qu’il avait une idée pour moi et qu’il m’en reparlerait. Et, depuis quelques semaines, je suis dans La Grande Darka tous les samedis ! C’est un plaisir de retrouver Fabien Lecœuvre et Clara Morgane, que je connaissais déjà.

FD  : Avez-vous d’autres projets ?
M : En ce moment, j’écris un livre de contes africains. Et, depuis quelque temps, je développe un nouveau concept d’émissions tournées avec de petits moyens. Le titre provisoire, c’est: Magloire en immersion. L’idée consiste à se rendre dans différents endroits, comme un château d’eau ou un restaurant marocain, pour y passer une journée ou deux ! À côté de ça, je travaille également avec le producteur Aurélien Combelles sur le projet Teazzr. Notre souhait est de mettre en valeur les talents des communes de France dans de courtes vidéos.

FD  : Tant de choses positives marquent votre vie actuellement… Et côté cœur ?
M : Pendant longtemps, je ne me sentais plus capable d’avoir quelqu’un dans ma vie. Depuis quelques semaines, enfin, je me sens de nouveau prêt à vivre quelque chose.

Julia NEUVILLE

À découvrir