France Dimanche > Actualités > Magloire : Victime d’un malaise cardiaque

Actualités

Magloire : Victime d’un malaise cardiaque

Publié le 21 octobre 2017

Voilà près de quatre ans que nous avions perdu de vue Magloire. Le chroniqueur mondain, révélé au côté de Michaël Youn dans le Morning Live en 2000, s’était fait discret depuis de longs mois.

Alors, le 24 septembre, quand nous avons appris que Magloire était au festival Couleurs d’Indonésie, à Paris, nous sommes allés lui demander ce qu’il devenait.

France Dimanche (F.D.) : C’est une belle surprise de vous retrouver ici. Quel est cet événement ?

Magloire : Il s’agit d’une rencontre autour de l’artisanat et de la mode en Indonésie. J’ai toujours été très attiré par cet univers, et suis ici pour promouvoir une marque locale, Charlotte, qui fait des accessoires. Prochainement, c’est à Shenzhen en Chine, que j’irai présenter des marques françaises.

->Voir aussi - Michaël Youn : Assistant de Jamel

F.D. : Nous avons appris récemment que vous aviez eu des soucis de santé.

M. : J’ai fait un début d’infarctus ! Le 17 septembre, alors que j’animais des rencontres littéraires, mon cœur s’est subitement emballé. Malgré l’intervention des pompiers, mon rythme cardiaque était toujours très élevé. J’ai été admis en urgence à l’hôpital de Pontoise. Je tiens à remercier les membres du service de cardiologie qui ont été formidables.

F.D. : Et aujourd’hui, comment allez-vous ?

M. : Bien, merci. Mon cœur m’a alerté, pour me dire de mieux dormir et de mieux manger. Si je ne me suis pas encore vraiment mis au sport, j’ai dernièrement effectué une marche de 8 km, ce qui est déjà un exploit pour moi ! Aujourd’hui, je fais plus attention à moi.

F.D. : Va-t-on vous revoir à la télévision ?

M. : J’ai eu la chance de tourner une émission spéciale consacrée à Michaël Youn, qui sera bientôt diffusée sur la chaîne W9. On y retrace l’histoire de l’animateur, depuis son arrivée sur M6 en septembre 2000 jusqu’à aujourd’hui, avec une vingtaine d’intervenants, comme Vincent Desagnat, Olivier Marchal, José Garcia ou encore Isabelle, son épouse. On va beaucoup rire et beaucoup pleurer. Je crois qu’il existe une réelle envie de revoir Michaël, qui aura une grosse actualité ciné et télé, en 2018.

F.D. : Vous vous êtes fait rare sur le petit écran ces derniers temps. Pour quelle raison ?

M. : Ma petite maman est décédée en décembre 2016 et ces quatre dernières années, je suis resté auprès d’elle. Nous nous sommes battus ensemble pendant près de quatorze ans contre la maladie d’Alzheimer. Elle m’a pris par la main quand j’avais 2 ans et demi [d’origine togolaise, il a été adopté par Raphaëlle, ndlr], alors il était hors de question que je lâche la sienne lorsqu’elle était en difficulté ! Je commence seulement à refaire surface petit à petit, grâce à mes amis de la mode et de la télé, comme Michaël, Aurélien Combelles, ou encore la chaîne W9. Tous ont toujours été là pour moi !

F.D. : Vous animez également des rencontres artistiques. En quoi consistent-elles ?

M. : Il s’agit de moments de partage, où nous mettons à l’honneur des auteurs, des musiciens, des photographes ou des peintres qui se retrouvent dans un lieu d’exception. Le public est invité à participer à ces échanges, et je suis là pour faire le lien avec tout le monde !

Anthony Quittot

À découvrir