France Dimanche > Actualités > Maître Capello : Jeux de mots !

Actualités

Maître Capello : Jeux de mots !

Publié le 11 avril 2021

.photos:bestimage
© BESTIMAGE -

Linguiste émérite et polyglotte, amoureux de la syntaxe correcte “de bon aloi”, maître capello a fait les beaux jours des “jeux de 20 heures”. Ses rappels à l'ordre orthographique sont cultes.

Est-ce « de bon aloi » de mourir ? Certainement pas. C'est pourtant ce qu'a fait Jacques Capelovici, plus connu sous le nom de Maître Capello, en posant un point final à une existence bien remplie le jour du printemps de l'année 2011. Ce dimanche-là, si les mots pouvaient ressentir le drame d'être orphelins, ils se seraient assurément sentis bien tristes. Ce grand pontife de la langue française nourrissait avec ses vocables un rapport – ô combien – affectif qui lui permit d'en être le passeur passionné et passionnant dans ses cours ainsi que dans de nombreuses émissions de télévision et de radio.


Rien qu'à l'évocation de son patronyme, de multiples souvenirs viennent se bousculer dans la tête des téléspectateurs… Pourquoi est-il incorrect de dire « appuyer sur la gâchette », « un événement conséquent », ou encore « une simple péripétie » ? Comment prononcer correctement abasourdi, carrousel, dégingandé, handball ? Saviez-vous que l'on peut écrire de cette façon bagou, balluchon, bistrot, fioul, hululer, moresque, pagaïe ?

Vocabulaire, orthographe, prononciation, grammaire…, le meilleur ami du dictionnaire transmettait son savoir dans un esprit de joyeuse curiosité. Il était un traqueur inlassable d'expressions qui ne sont pas « de bon aloi », prenant plaisir à débusquer les mille erreurs que nous commettons chaque jour à notre insu, mais aussi les bizarreries de la langue, les tournures fautives, les pléonasmes et autres liaisons dangereuses. Dans ses livres comme dans les médias, il révéla l'histoire et les multiples sens et facettes de mots simples, savants, en désuétude ou de néologismes.

Ce Parisien, né le 19 décembre 1922 d'un père d'origine roumaine et d'une mère normande, fut d'abord un excellent élève : agrégé d'anglais, titulaire d'un Capes (certificat d'aptitude au professorat de l'enseignement du second degré) d'allemand, diplômé d'italien et de scandinave ancien… Il lisait même le braille et avait, comme tous les forts en thème de sa génération, de solides connaissances en latin et en grec.

À partir de la fin des années 1940, Jacques Capelovici est professeur d'allemand au cours complémentaire du 93 rue d'Alésia à Paris, dans le XIVe arrondissement, puis d'anglais à l'École commerciale de la chambre de commerce et de l'industrie de Paris. Il enseigne ensuite l'anglais au lycée Lakanal, à Sceaux (Hauts-de-Seine) jusque dans les années 1980. À cette époque, il fait aussi passer les épreuves du bac aux détenus de la prison de Fresnes (Val-de-Marne).

Sa pédagogie originale en fait l'une des vedettes du lycée et, déjà, tout le monde l'appelle « Maître ». Sa notoriété aurait pu ne pas dépasser les murs du lycée Lakanal si le directeur de la chaîne régionale FR3, Maurice Cazeneuve, n'avait fait appel, en 1976, à deux producteurs spécialistes de jeux télévisés, Jacques Antoine et Jacques Solness, pour lancer un rendez-vous quotidien convivial.

Ce seront Les Jeux de 20 heures, où des personnalités se confrontent, depuis un studio parisien, à des candidats anonymes installés dans différentes régions françaises et qui tentent de les faire trébucher sur des questions de vocabulaire et de grammaire. Pour l'animer, ils choisissent trois hommes : Maurice Favières, alors présentateur radio sur RTL, Jean-Pierre Descombes, qui se voit confier la tâche d'aller à la rencontre de la France, et Maître Capello, en juge arbitre. À l'heure de la grande messe du journal télévisé, ils faisaient jouer Micheline Dax, Pierre Doris, Patrick Topaloff, Daniel Prévost ou encore Sim au « Ni oui ni non » avec des téléspectateurs en duplex de Lille, Strasbourg ou Cannes.

Auparavant, on avait aperçu Maître Capello une première fois en 1966 en tant que participant à l'émission Télé Dimanche (il était venu avec des élèves), puis, à partir de 1969, en arbitre du jeu consacré à la langue française, Le Francophonissime, diffusé par les télévisions des pays francophones.

Avec son index perpétuellement levé, son look de prof à l'ancienne aux sourcils broussailleux, vêtements désassortis et allure de batracien à l'œil qui frise, Maître Capello devient vite l'emblème des Jeux de 20 heures, accompagné de son porcelet de porcelaine gavé de piécettes en francs français ! Un personnage familier, sorte de professeur Tournesol aux connaissances encyclopédiques, qui se délecte de partager son immense savoir, déroulant à plaisir l'histoire des mots et usant d'un langage soigné et souvent anachronique.

Si un candidat répondait positivement, il décrochait la somme contenue dans le « nourrain », la fameuse cagnotte. Un temps que les moins de 20 ans ne peuvent pas connaître, quand la France portait des sous-pulls et n'avait que trois chaînes de télé ! Maître Capello s'amusait aussi follement à inventer des contrepèteries, à imaginer des jeux de mots laids et des calembours, à créer des acrostiches et des palindromes (mot ou groupe de mots qui se lit dans les deux sens), dont le célèbre : « Éric notre valet alla te laver ton ciré », où ce polisson glosait qu'« Éric » pouvait laisser place à « Luc ».

Il était aussi sociétaire des Grosses Têtes, sur RTL, et participait régulièrement à l'émission de Laurent Baffie C'est quoi ce bordel ? sur Europe 2. Féru de jeux de mots et verbicruciste passionné, Jacques Capelovici importa en France le jeu des mots fléchés, né en Allemagne. Il travailla ainsi jusqu'au dernier moment pour les pages jeux du magazine Télé 7 jours. Pour l'anecdote, il avait même envoyé dans sa jeunesse une grille à Tristan Bernard qui lui avait gentiment répondu !

Parallèlement, il publia des ouvrages de vulgarisation intelligente, dont un Guide du français correct, prouvant par là même qu'il n'est pas nécessaire d'être abscons pour être rigoureux. Modèle de perfection grammaticale et syntaxique, Maître Capello n'a commis qu'une seule faute de goût, le 20 mars 2011 : mourir, à l'âge de 88 ans.

C'est le lundi 22 mars 1976 que l'émission Les Jeux de 20 heures apparaît sur FR3. Ce jeu de culture générale est l'occasion d'une rencontre entre Paris et la province en mettant en scène des célébrités dans un studio de la capitale et des candidats en duplex depuis leur ville, qui s'affrontent à travers des questions très variées. La liaison avec les concurrents régionaux est assurée sur place par Jean-Pierre Descombes et l'arbitrage par Maître Capello. Jacques Solness, le créateur, a présenté les deux premiers numéros avant de laisser la place à Maurice Favières, puis à Jean-Pierre Foucault, Marc Menant et enfin Harold Kay.

Diffusée pendant onze ans, l'émission est remplacée par La Classe en 1987. Plusieurs jeux étaient proposés avec des interactions entre les deux plateaux. De nombreuses célébrités y ont participé, Patrick Sébastien et Yves Lecoq y ont même fait leur première apparition télévisée !

Dominique PARRAVANO

À découvrir

Sur le même thème