France Dimanche > Actualités > Mamie Rock : L’impossible deuil !

Actualités

Mamie Rock : L’impossible deuil !

Publié le 13 janvier 2019

Un an après la disparition de Johnny, Mamie Rock, la grand-mère de Læticia, souffrante et accablée de chagrin, peine à tourner la page.

Un an. Un an déjà… Le mercredi 5 décembre dernier, au cimetière de Lorient sur la lointaine île de Saint-Barthélemy, l’heure était solennelle et marquée par une immense tristesse. Les fans de Johnny Hallyday, toujours aussi nombreux depuis douze mois à faire le voyage jusqu’à son ultime demeure dans ce petit paradis des Caraïbes qu’il aimait tant, sont venus en masse se recueillir sur sa tombe, afin d’honorer sa mémoire en ce premier anniversaire de sa disparition. Des visiteurs fidèles qui prouvent combien la star est encore présente dans leur cœur…

Alors que la plupart des admirateurs du rocker ont choisi d’accomplir, dans la lumière, cette bouleversante visite du souvenir, c’est en pleine nuit que, tout de rose vêtue, Læticia, accompagnée de ses filles, Jade et Joy, s’est rendue sur la sépulture de son homme tout illuminée de bougies. Souriante et digne, la jeune femme a, avec beaucoup de simplicité, serré dans ses bras ceux qui s’étaient attardés après la tombée du jour sur ce lieu désormais devenu sacré.


Mais ce moment important, symbolique à bien des égards, qui aurait dû rassembler tous les proches de la famille de Johnny, était hélas terni par l’absence d’une personne chère au cœur du chanteur. Non pas celle de David et de Laura, vous l’aviez deviné… Les aînés de la star, toujours en guerre juridique contre sa veuve, ne voudraient en aucun cas la croiser sur la tombe de leur père, et encore moins partager avec elle ce recueillement !

En réalité, celle qui aurait dû se trouver auprès de Læticia en ce jour si douloureux, si intensément émouvant, c’est évidemment celle que l’interprète de Que je t’aime surnommait affectueusement Mamie Rock… Très proche de sa petite-fille, Élyette Boudou avait sans nul doute prévu d’être présente à Saint-Barth pour la soutenir en cet instant si éprouvant. Elle s’apprêtait d’autant plus à venir honorer de sa présence réconfortante la veuve de Johnny, que l’octogénaire avait une grande affection pour le rocker qu’elle suivait le plus souvent possible lorsqu’il partait en tournée. Mais alors, pour quelle raison n’a-t-on pas vu cette mamie aimante à Saint-Barth’ le 5 décembre dernier ? La grand-mère de la jolie blonde de 43 ans, à la forte personnalité se serait-elle fâchée, tout comme le père de Læticia, André Boudou, avec la maman de Jade et Joy ? Pas du tout !

Ce n’est ni une fâcherie passagère ni une querelle définitive qui a fait voler en éclats l’entente parfaite entre la grand-mère et sa petite-fille. Si Élyette a préféré rester en France et se priver de cette commémoration qui lui tenait tant à cœur, c’est tout simplement parce que ses jambes ne la portent plus ! De sa maison de Marseillan dans l’Hérault où elle réside, la courageuse mamie a dû se rendre à l’évidence et accepter le verdict. Le poids de l’âge se fait durement sentir, et se déplaçant avec de grandes difficultés, elle s’est résolue à ne pas s’imposer ce périple. « Si je n’y suis pas allée, c’est pour des raisons de santé, a-t-elle confié à Closer. Autrement j’y serai. On m’a posé un stent et je ne peux pas voyager. » Ce qui la peine profondément. Pour lui remonter le moral, sa « petite » Læticia lui envoie régulièrement des vidéos et des photographies. Avec ces moments de vie partagés à distance, elle se sent moins seule.

On imagine aisément la tristesse ressentie par Élyette, non seulement parce qu’elle n’a pas pu aller célébrer l’anniversaire de la mort de Johnny sur les lieux-mêmes où il repose, mais aussi parce que ce faisant, cette mamie de 83 ans doit probablement s’en vouloir d’abandonner sa chère petite-fille et ses arrière-petites-filles pour affronter ce moment difficile. Sans parler du fait que la pauvre femme n’arrive toujours pas à accepter la disparition de Johnny dont elle était si proche. Au fil du temps, elle était devenue pour lui une seconde mère. Elle le chouchoutait comme son fils, lui apportant son café tous les matins et lui concoctant des tisanes de son invention pour lui donner cette énergie dont il manquait tant à la fin de sa vie.

Comment oublier lorsque l’on a assisté impuissante au déclin d’une telle idole ? Se recueillir sur sa tombe lui aurait fait tant de bien : « Je suis très triste, a déploré Mamie Rock. Johnny m’aimait beaucoup et moi aussi. Aujourd’hui, je pleure beaucoup. Je suis allée mettre une petite bougie à l’église ce matin pour lui. »

Heureusement pour l’épauler dans ce deuil impossible, il y a ses amis de Marseillan, toujours là pour elle.

Clara MARGAUX

À découvrir