France Dimanche > Actualités > Marie Fugain : "Tu me manques à en crever !"

Actualités

Marie Fugain : "Tu me manques à en crever !"

Publié le 19 mai 2022

.photos:bestimage
© BESTIMAGE -

Le 18 mai est une date terrible dans la mémoire de Marie Fugain. Vingt ans plus tôt, sa sœur, Laurette, décédée brutalement des suites d’une leucémie à seulement 22 ans. À cette occasion, Marie a accepté de se confier dans les colonnes de Gala sur ce terrible drame.

Laurette Fugain avait seulement vingt-deux ans lorsqu’elle s’est éteinte. Un an plus tôt, les médecins lui avaient diagnostiqué une grave leucémie. Un drame qui a bouleversé une famille entière, à commencer par Marie Fugain.


En effet, vingt ans après la disparition de sa sœur cadette, Marie a encore le cœur lourd. À l’occasion de cette sombre date anniversaire, elle a accepté de se livrer auprès de nos confrères de Gala sur son douloureux deuil et les blessures qu’elle en garde encore aujourd’hui.

"Chaque année, à l’approche de cette date, je me mets dans ma grotte. Je sais que je vais être chez moi, je ne vais pas spécialement bouger. J’ai toujours un petit décompte dans ma tête qui se fait naturellement. Je dirais que ça va, de toute façon, on apprend à vivre avec. Mais c’est comme une espèce d’hommage naturel que je lui fais chaque année, même si elle vit avec moi tous les jours. Mais c’est comme un rendez-vous personnel que j’ai avec elle, on n'est pas forcément réunis en famille. C’est vraiment quelque chose que j’ai envie de faire seule avec elle", a expliqué la comédienne.

À 48 ans, Marie avoue que personne dans sa famille ne pensait voir Laurette disparaître aussi rapidement. "Jusqu’au dernier moment, on y a cru", lâche-t-elle encore bouleversée avant que ces instants ne lui rappellent une touchante anecdote : "Quand on vous parle de leucémie, on vous parle aussi d’espoir. Avec Laurette, quand on a entendu le mot 'leucémie', on a immédiatement pensé à un film qu’on avait beaucoup aimé. Quand on était petites, on a vu L’Arbre de Noël avec Bourvil. C’était l’histoire d’un petit garçon qui mourait d’une leucémie. Son père lui avait acheté un loup parce qu’il voulait un loup. Il mourait d’une leucémie et son loup hurlait à la mort. Rapidement, on a voulu enlever cette image de nos têtes parce qu’on était plutôt du genre à voir le verre à moitié plein. Quand la bataille a commencé, on n’a plus repensé à ça. À vrai dire, on n'a jamais pensé que l’issue serait fatale."

Le temps a bien du mal à effacer les blessures de Marie Fugain. 

Andréa Meyer

À découvrir