France Dimanche > Actualités > Marie Laforêt : Son incroyable histoire d'amour avec Louis Mallem !

Actualités

Marie Laforêt : Son incroyable histoire d'amour avec Louis Mallem !

Publié le 20 novembre 2020

.photos:bestimage
© BESTIMAGE -

Dans son livre posthume, Marie Laforêt révèle sa liaison avec le réalisateur qui fut la grande passion de ses 20 ans.

Cinq fois elle a dit « oui ». Pour le meilleur pensait-elle, avant de réaliser qu'elle s'était trompée. Cinq fois, elle a divorcé. Sans regrets. Il lui a fallu des années pour comprendre : elle a passé sa vie à rechercher ce grand amour qu'elle avait connu danssa jeunesse. Une passion foudroyante, incandescente, qui l'a marqué au fer rouge, la rencontre, si rare, de l'âme sœur. Ce n'est d'ailleurs pas pour rien si cette histoire tient une place importante dans son quatrième et ultime livre, Nous n'avons pas d'autre choix que de croire (éd. Michel Lafon), écrit peu avant sa mort il y a un an, le 2 novembre 2019.


Marie Laforêt a 20 ans, c'est une beauté qui s'ignore, pire qui se trouve laide, « horrible, horrible », écrit-elle. Elle rêve de devenir carmélite jusqu'au jour où, accompagnant sa sœur à son cours de théâtre, elle découvre la comédie. En 1959, Marie s'inscrit, sans illusions, au concours Naissance d'une étoile, organisé par Europe 1. Dans le jury se trouve le réalisateur d'Ascenseur pour l'échafaud et des Amants, Louis Malle. Lorsqu'il voit cette liane brune qui n'a aucune conscience du charisme qu'elle dégage, il tombe sous le charme. Ce n'est pas réciproque. Marie le trouve « petit » et « vieux », même s'il n'a que sept ans de plus qu'elle !

Cependant, elle accepte son invitation à déjeuner, mais tient à payer sa part comme le lui avait conseillé sa mère : « Règle ton déjeuner ma chérie, insiste pour que cette sortie se fasse en camarades. » Ils se revoient, en amis, jusqu'au soir où la jeune femme découvre ce sentiment vertigineux : l'amour. « C'est venu d'un coup cet instant de cristal et douloureux. En un regard échangé. […] J'ai aimé. Complètement. Définitivement. » Louis l'invite à boire un dernier verre chez lui. Ce n'est qu'au réveil en voyant les draps tachés de sang qu'il comprend : Marie lui a fait cadeau de sa virginité. A-t-il pressenti la blessure intime de sa jeune amante ? Ce viol commis par un voisin alors qu'elle n'avait que 3 ans… Louis aussi lui avoue son terrible secret. « Il me confiait, bouche contre bouche, à mi-voix, un récit d'enfance qui le taraudait : sa relation fusionnelle, amoureuse, incestueuse avec sa mère. […] Ce fut souffle à souffle notre instant de diamant », écrit-elle.

Mais très vite, leur relation vire à l'orage. Le réalisateur lui a promis qu'elle sera la vedette de son prochain film Liberté, or le projet tombe à l'eau. Il lui annonce alors qu'elle peut tourner avec René Clément, espérant qu'elle refusera. Marie interprète la proposition comme une manipulation de son amant pour se débarrasser d'elle ! Furieuse, elle accepte ce rôle de Marge Duval dans Plein Soleil qui la rendra populaire tellement elle irradie aux côtés d'Alain Delon et de Maurice Ronet. Mais cela met un terme à sa belle histoire…

Marie se console alors dans les bras du réalisateur Jean-Gabriel Albicocco, avec qui elle tourne La Fille aux yeux d'or. Elle l'épouse, avant de s'en séparer deux ans plus tard. Elle a 23 ans et pense qu'elle n'aimera plus jamais. Mais Louis ne l'a pas oubliée. Il la rappelle, insiste pour qu'ils se donnent une seconde chance, comme elle le raconte : « Après mon divorce calamiteux d'avec un crétin mythomane, Louis au téléphone voulut. Ensemble toujours. Pour toujours. » Elle est tentée, mais répond : « Nous valons mieux que ça. » Ce n'est pas sans douleur qu'elle renonce à « cette moitié d'elle qu'[il] était, et partir gravement seule et autant que lui amputée à la guerre ».

Seule, la comédienne le sera le reste de son existence, même si elle passe quatre fois devant monsieur le Maire. Jamais elle n'est revenue sur sa décision de ne plus revoir Louis, qui respecte son choix. Il se contente d'un tendre message chaque fois que sort un film dans lequel elle joue. Et lui aussi collectionne les aventures : Anne-Marie Deschodt, Nathalie Delon, Gila Von Weitershausen, Alexandra Stewart, Susan Sarandon…, avant de se fixer, en 1980, avec sa dernière épouse, l'actrice Candice Bergen.

La disparition de Louis, en 1995, est un choc. Marie comprend, mais trop tard « à quel point cet homme ivre, perdu, secret, avait eu besoin de moi pour de vrai. M'avait aimée pourrait-on dire ». A-telle regretté cette « seconde chance », elle qui confiait que sa vie sentimentale était une suite d'échecs ? Jamais. Car, comme elle l'avait pressenti, leur première nuit d'amour, « cet instant de diamant », a illuminé la suite de sa vie. Et cet homme est demeuré l'unique : « Je lui suis restée fidèle comme à cette langue maternelle que l'on ne parle plus et que de ce fait on pense avoir oubliée. » Un aveu qui vaut toutes les déclarations du monde…

Lili CHABLIS

À découvrir