France Dimanche > Actualités > Marie Myriam : BRISÉE PAR LA MORT DE SON COMPAGNON !

Actualités

Marie Myriam : BRISÉE PAR LA MORT DE SON COMPAGNON !

Publié le 3 novembre 2020

.photos:bestimage
© BESTIMAGE -

Alors qu'en 2013, Marie Myriam avait perdu son mari, voilà qu'elle doit affronter un nouveau deuil…

Certaines existences ressemblent à des montagnes russes. Celle de Marie Myriam, dernière grande gagnante française de l'Eurovision, en fait partie. Car si elle a connu l'incroyable bonheur de triompher, en 1977, avec la chanson L'Oiseau et l'Enfant dans le célèbre concours, aujourd'hui, une nouvelle fois, une très grande tristesse a envahi son cœur…


En effet, vous vous en souvenez peut-être, il y a sept ans, la chanteuse avait déjà vécu un drame qui avait profondément bouleversé sa vie. Son mari, Michel Elmosnino, qui était à la fois son époux, son mentor et le père de ses deux enfants, disparaissait brutalement ! Marie Myriam et lui s'étaient rencontrés un an après le triomphe de celle-ci. Âgé de onze ans de plus qu'elle, il était alors directeur artistique de sa maison de disques, et leur sensibilité les avait rapprochés. Durant leurs trente-quatre ans de vie commune, ils avaient tout partagé, les bons et les moins moments, les remises en question, mais aussi la gloire, le bonheur d'accueillir leurs enfants, Laureen, née en 1982, puis Richard, arrivé en 1990. Trente-quatre années qui tissaient une seule existence, celle d'un couple qui s'aimait et avait encore beaucoup à se dire…

Hélas, le 20 décembre 2013, ce bel équilibre s'était rompu. « Tout allait pourtant si bien ! Nous préparions l'arrivée de nos enfants et petits-enfants à la maison pour Noël, quand, soudain, Michel s'est effondré, victime d'un infarctus. Il ne s'est d'ailleurs pas rendu compte qu'il s'en allait », nous avait confié la chanteuse, en 2017. Bien que brisée par ce départ, elle avait néanmoins trouvé la force de se battre pour réaliser l'ultime volonté de son époux : reposer au cimetière chrétien de Rabat, sa ville natale.

Deux ans après sa disparition, la pauvre Marie Myriam était toujours aussi inconsolable. « Depuis la mort de mon mari Michel […], je suis un robot », avait-elle confié à notre confrère TV Mag.

Heureusement, la présence de sa famille, de son fils et de sa fille, lui avait permis, peu à peu, de sortir de ce deuil terrible qui semblait ne jamais vouloir la quitter. « Les enfants sont incroyables pour surmonter une épreuve, confiait-elle au Figaro. Et puis, en ce moment, je suis occupée, donc je suis plus heureuse. »

Occupée, elle l'était à écrire son autobiographie, La Fille du Ribatejo, publiée aux éditions de l'Archipel en 2017. Un livre émouvant, dans lequel l'artiste revient sur son enfance au Congo belge où elle est née, sur ses parents, natifs du Portugal, qu'elle aimait tendrement et, bien sûr, sur sa vie de chanteuse, soutenue à chaque instant par Michel. « Il était tout pour moi : mon producteur, mon ingénieur du son, mon agent artistique, le père de mes enfants… Je dois reconstruire cette moitié qui me manque », expliquait-elle alors, bien loin de se projeter dans sa nouvelle vie. « On s'adorait et il me manque énormément », nous confiait-elle, fidèle à sa tristesse.

Mais Marie, en femme courageuse et volontaire, était petit à petit parvenue à se reconstruire un monde dans lequel elle pouvait exister. Un monde où les chansons la portaient et la rapprochaient, d'une certaine manière, de son époux. Et en 2017, elle sortait une très belle compilation de quarante de ses titres, pour célébrer ses quarante ans de carrière !

Or, en avril 2019, alors qu'elle savourait son retrait du showbiz, le destin lui a à nouveau arraché un être cher : Joe Gracy, qui avait écrit pour elle le texte de sa chanson fétiche, L'Oiseau et l'Enfant, disparaissait à son tour, la laissant encore un peu plus seule. « Je te dois tant mon Joe… Merci pour tout ce que tu m'as donné. […] Je t'aime », écrivait-elle sur les réseaux sociaux.

Et aujourd'hui, c'est une nouvelle fois son compagnon que la vie lui a arraché ! Il lui avait redonné le goût de vivre, avec sa douceur, son attention, son amour… Sa fidélité. Les amis des bêtes savent à quel point un animal peut aider à surmonter les épreuves. À quel point ils nous épaulent… Eh bien, il y a quelques semaines, c'est son chien, son fidèle compagnon, celui qu'elle appelait « Mon Zouzou », qui s'en est allé, laissant sa maîtresse dévastée. Un deuil en rappelant souvent d'autres, on peut imaginer à quel point l'artiste doit se sentir triste aujourd'hui. Espérons que, comme elle a déjà su le faire, Marie Myriam parviendra à se remettre de sa peine. Elle peut en tout cas compter sur l'affection de son public, qui, même si elle a décidé de se retirer de la scène, l'aime toujours autant.

Laurence PARIS

À découvrir