France Dimanche > Actualités > Marion Cotillard : Elle déclare la guerre à Emmanuel Macron !

Actualités

Marion Cotillard : Elle déclare la guerre à Emmanuel Macron !

Publié le 13 janvier 2019

Juliette Binoche et Fanny Agostini la soutiennent dans son combat.

Alors que le chef de l’État tente d’en finir avec la crise des « gilets jaunes », un nouveau front vient de s’ouvrir, et Emmanuel Macron va cette fois devoir affronter des militants verts… de rage. Parmi eux figurent des visages connus de tous. À commencer par celui de Marion Cotillard, car la compagne de Guillaume Canet a décidé de s’investir à fond dans la lutte contre le réchauffement climatique.

La comédienne de 43 ans soutient en effet une initiative sans précédent : la plainte déposée contre le gouvernement par quatre associations : Oxfam (dirigée en France par Cécile Duflot), Greenpeace, Notre affaire à tous et la Fondation pour la nature et l’homme (FNH) pour « inaction climatique ». Un chef d’accusation inédit dans notre pays, mais que la justice semble prendre très au sérieux, au point que ce cas hors norme a déjà été surnommé « L’affaire du siècle ».

L’inoubliable interprète de La Môme (2007), qui a publié une vidéo de présentation de ce mouvement sur son compte Instagram le 18 décembre, entend bien mettre sa notoriété au service de cette cause.

Elle fait d’ailleurs partie des trente-deux personnalités ayant signé la pétition en faveur de ce recours. L’actrice était aussi présente dix jours auparavant lors de la Marche pour le climat organisée à Paris.


Et elle ne sera pas la seule célébrité à livrer bataille puisque Juliette Binoche, Élie Semoun, mais aussi Fanny Agostini, l’animatrice désormais à la barre de Thalassa et écologiste de longue date, seront là pour l’épauler. La menace n’est pas à prendre à la légère par le président de la République et son gouvernement. Car si cette action en justice peut paraître fantaisiste aux yeux de certains, il faut savoir que des initiatives du même ordre ont déjà été lancées aux États-Unis et aux Pays-Bas.

L’État dispose certes de deux mois pour contre-attaquer dans cette bataille juridique. Mais même en cas de défaite devant les tribunaux, les ONG ont déjà prévu d’introduire un recours devant le tribunal administratif de Paris.

Et les propos de Laura Monnier, chargée de campagne pour Greenpeace, témoignent de la volonté de militants déterminés à tout faire pour rafraîchir l’atmosphère, s’il en est encore temps : « On demande réparation de nos préjudices et que l’État agisse tout de suite, à tous niveaux. »

Bref, après avoir tenté d’apaiser des adeptes du diesel en colère, Emmanuel Macron se retrouve pris pour cible par les zélateurs des éoliennes et du vélo. Foi de Marion Cotillard, l’hiver sera chaud et le climat plutôt hostile !

Claude LEBLANC

À découvrir