France Dimanche > Actualités > Marthe Mercadier : Emportée par la maladie d'Alzheimer !

Actualités

Marthe Mercadier : Emportée par la maladie d'Alzheimer !

Publié le 9 octobre 2021

.photos:bestimage
© BESTIMAGE -

L'émotion était à son comble ce 21 septembre pour dire adieu à la reine du théâtre de boulevard, la grande Marthe Mercadier.

La cérémonie intime s'est tenue en l'église Sainte-Hélène dans le XVIIIe arrondissement de Paris. Ces obsèques en petit comité qui ont réuni la famille et les amis de Marthe Mercadier – dont le comédien Olivier Lejeune, l'actrice Fiona Gélin et l'humoriste Chantal Ladesou –, ont été marquées par les prises de parole poignantes de Véronique Néry, sa fille, qui a salué la mémoire d'une « femme bienveillante et unique » et de sa petite-fille Laura qui s'est adressée à sa « mémé » en lui disant : « Je suis fière de tout ce que tu as été. » Deux discours qui ont ému le petit-fils de la disparue, Alexandre.


Devant le cercueil avaient été disposés trois objets qui révélaient sa personnalité : une bouteille de champagne, sa boisson préférée, un flacon du parfum de chez Clinique qui l'accompagna une bonne partie de sa vie, ainsi qu'un chapelet, la comédienne ayant sur le tard rencontré la foi…

Elle s'est éteinte oubliée de tous au centre de soins palliatifs de Puteaux (Hauts-de-Seine), où elle avait été admise une semaine auparavant.

Cette formidable nature comique restera pourtant dans tous les cœurs LA reine du théâtre de boulevard. Une tornade qui « carburait au rire du public », comme avait coutume de le dire cette marathonienne des planches, capable de jouer la même pièce de Barillet et Grédy, Le Don d'Adèle, 1 300 fois sans rien perdre de sa drôlerie ! Un triomphe remporté au début des années 1950 par l'ex-souffleuse à la nature comique insoupçonnée, dont la vocation première était de devenir tragédienne et de jouer Phèdre !

L'infatigable Marthe aura joué dans une cinquantaine de pièces, partageant la scène avec Jean Poiret et Michel Serrault, Jean Le Poulain, Michel Galabru ou Louis de Funès. À la fin des années 1960, elle était devenue populaire à la télévision grâce à la série à succès, Les Saintes Chéries, aux côtés de Micheline Presle et Daniel Gélin. Sa carrière cinématographique, composée d'une quarantaine de films, avait débuté en 1950 avec Souvenirs perdus de Christian-Jaque et s'était achevée en 2001 avec Les Aliénés d'Yvan Gauthier.

C'est en 2013 que son existence avait basculé. Les médecins lui avaient diagnostiqué un début d'Alzheimer. Pour cette suractive qui avait sorti un livre de souvenirs, Je jubilerai jusqu'à 100 ans (éd. Flammarion), c'est la stupéfaction, car elle sait que commence alors un combat perdu d'avance. Cette descente aux enfers s'était précipitée en 2014. Ruinée, elle avait révélé dans France Dimanche être sous le coup d'un mandat d'expulsion de son domicile de Neuilly-sur-Seine. Relogée dans un logement social, elle ne possédait plus rien car même ses meubles avaient été saisis par les huissiers !

Sa fille Véronique, née de son mariage avec le comédien Gérard Néry, aura veillé sur elle jusqu'à la fin : « Maman a perdu la mémoire immédiate. C'est-à-dire qu'on fait quelque chose et cinq minutes après, elle ne s'en souvient plus. C'est cette mémoire qui disparaît. C'est pour ça qu'elle ne peut plus exercer son métier. »

Avant de tomber malade, Marthe avait connu bien d'autres épreuves. Elle aura passé sa vie à surmonter des drames. À l'âge de 6 ans, elle devient bègue avant de perdre l'usage de la parole pendant presque un an, sans explication… Trois ans plus tard, la petite Marthe, qui est entrée dans l'univers de la scène à l'âge de 5 ans, dansant aux côtés de Joséphine Baker, reste paralysée à la suite d'une chute lors d'un spectacle de danse acrobatique.

Durant de longs mois, elle demeure clouée sur un lit et puis, au bout d'un an et demi, miracle ! La revoilà debout ! Elle passe son certificat d'études et se met à l'aviron, pour se forger un mental d'acier. « Toutes ses épreuves ont été finalement une chance parce que, après, j'ai tout relativisé », avait-elle dit dans Nous Deux.

À l'adolescence, elle s'engage dans la Résistance aux côtés de son père. Arrêtée par des officiers allemands, elle est interrogée, puis relâchée sans explication, avec un gâteau à la crème en cadeau ! Encore un miracle…

Sûre de sa longévité, elle espérait devenir centenaire. Le sort en aura hélas décidé autrement.

Valérie EDMOND

À découvrir

Sur le même thème