France Dimanche > Actualités > Marthe Mercadier : "J'ai retenu la leçon de Jean Gabin"

Actualités

Marthe Mercadier : "J'ai retenu la leçon de Jean Gabin"

Publié le 25 février 2011

Malgré le rythme harassant des répétitions et les accidents, Marthe Mercadier se présente chaque semaine devant le public de "Danse avec les stars".Malgré le rythme harassant des répétitions et les accidents, Marthe Mercadier se présente chaque semaine devant le public de "Danse avec les stars".

Ce samedi 26 février, il ne restera que six candidats, dont elle : la vaillante et éblouissante Marthe Mercadier, qui a été sauvée par le public de Danse avec les stars la semaine dernière. Entre deux répétitions de ce « marathon de la danse », elle nous en dit plus sur les raisons qui l'ont poussée à concourir malgré une blessure...

->Voir aussi - Marthe Mercadier : "J'ai failli rester bossue !"

France Dimanche (F.D.) : Samedi dernier, vous aviez une jambe bandée. Que vous est-il arrivé ?

Marthe Mercadier (M.M.) : J'ai fait une mauvaise chute. Mais pas question d'abandonner ! Bien m'en a pris, puisque le public m'a repêchée.

F.D. : Malgré un 2 de la part du jury, et son classement qui vous avait placée en toute dernière position...

M.M. : Comme je vous le dis, j'ai accepté d'être sur TF1 pour me donner sur scène à mon public. Et aussi à mes petits-enfants ! J'ai une grande cote d'amour, vous savez ! Je suis sur scène face à ce public depuis si longtemps, maintenant. J'ai fait tant de tournées dans toute la France, en province et aussi en Belgique ! À TF1, c'est comme une nouvelle tournée, en direct. Et à la fin du spectacle, comme dans mes tournées, on trinque, on se marre, on reste tous ensemble presque deux heures après le spectacle !

F.D. : Quelle énergie !

M.M. : Mais ça a toujours été comme ça ! Tenez, avec mon vieux copain Jean Gabin, j'ai même dansé une valse qui a duré deux semaines ! C'était au début des années 50, j'avais 20 ans. Avec lui, croyez-moi, c'était encore plus exigeant et physique qu'avec TF1 !

F.D. : Valser avec Jean Gabin, c'était impressionnant ?

M.M. : Oui. Car c'était un immense acteur. J'ai reçu de lui l'une des plus grandes leçons, en matière de danse : la danse consiste d'abord à montrer ses jambes. Je ne l'ai jamais oubliée, celle-là !

F.D. : Comment cela s'est-il passé ?

M.M. : C'était pour un banquet. Je m'étais faite belle, mais pas Jean et Marlene [Dietrich, ndlr]. Ils sont arrivés en retard, et surtout, ils étaient habillés « comme à la ville », sans recherche. Quand ils ont fait leur entrée, il y a eu des murmures dans la salle, suivis de huées, et on les a carrément siffiés. Les gens criaient : « Hou ! Hou ! Alors nous, les jambes de l'Ange bleu, on n'y a pas droit ? » Y en a même qui disaient : « On n'est pas assez bien pour les jambes de Marlene, peut-être ? »

F.D. : Quelle a été la réaction de Jean ?

M.M. : Il était rouge de confusion. Ma pauvre Marlene avait le visage livide... Quand on est une vedette, il faut toujours montrer ses jambes à son public ! C'est la base de notre métier d'artiste ! Oui, j'ai retenu la leçon. Toute la vie, j'ai soigné mon look ! Et c'est pourquoi hier, même si je n'ai pas pu danser comme je l'aurais voulu, à cause de mon accident, j'ai tenu à aller sur scène ! Même en piteux état !

F.D. : En somme, il est logique que vous ayez été la plus applaudie : même blessée, vous êtes allée sur la piste...

M.M. : Pardi, je vous le répète : c'est notre métier d'artiste. J'ai toujours accepté quantité de rôles pour danser et jouer. Je les accepte presque tous. À cette seule condition, qui figure invariablement sur mes contrats. Savez-vous laquelle ?

F.D. : Non...

M.M. : « Dans aucune scène, il ne sera demandé à Mme Mercadier d'embrasser ou de se déshabiller. » Je fais aussi ajouter : « Ni de se coucher dans un lit avec un monsieur qu'elle ne connaît pas... » Manquerait plus que ça !

Cédric Potiron

À découvrir