France Dimanche > Actualités > Mathieu Madénian : Son incroyable intimité avec Charles Aznavour !

Actualités

Mathieu Madénian : Son incroyable intimité avec Charles Aznavour !

Publié le 27 janvier 2020

.photos:bestimage
© BESTIMAGE Mathieu Madénian

Ami Proche de Charles Aznavour, Mathieu Madénian se souvient des moments magiques passés ensemble.

Il y a tout juste un an, la scène française tremblait. Le 1er octobre 2018, le dernier géant de la chanson française tombait. Après plus de soixante-dix ans d’une carrière inoubliable, c’est dans sa maison de Mouriès (Bouches-du-Rhône), dans les Alpilles, que Charles Aznavour poussait son dernier soupir. À l’âge de 94 ans, ce génie musical s’éteignait de mort naturelle, finalement emporté par une insuffisance cardio-respiratoire. 

Derrière lui, l’interprète de Mourir d’aimer laissait 1 300 chansons écrites de sa main, 1 400 titres enregistrés en huit langues et plus de 180 millions de disques vendus dans le monde…

Avec lui, il emportait les souvenirs d’une génération entière, les anecdotes d’une vie passée aux côtés des plus grands et le rêve d’un jeune humoriste. 


« Je lui en veux beaucoup d’être mort », a lâché Mathieu Madénian au micro d’Anne Roumanoff début décembre. Invité par sa consœur sur les ondes d’Europe 1, ce proche de Michel Drucker – qui est souvent apparu sur le fameux canapé rouge de l’animateur – s’est confié sur les liens insoupçonnés qu’il avait tissés avec le nonagénaire. « Il voulait faire Bercy pour ses 95 ans, révèle l’ancien chroniqueur de Quotidien (TMC). Quand [ses producteurs] lui ont demandé quel chanteur il voulait pour faire sa première partie, il a répondu : « Le petit Arménien, Mathieu Madénian, et je veux son nom sur l’affiche. » 

Si l’humoriste et le chanteur semblaient évoluer dans deux univers diamétralement opposés, leurs origines communes les rapprochaient pourtant irrémédiablement. À l’instar de Charles Aznavour, Mathieu Madénian a été immergé très tôt dans la culture arménienne. « J’ai grandi en écoutant mes grands-parents me raconter les histoires en Arménie. Ce pays qui est devenu avec le temps un peu le mien. Je n’y suis jamais allé, mais je compte m’y rendre bientôt », confiait-il il y a quatre ans à Paris Match. 

Peu convaincue par ce « mec qui fait des blagues », l’équipe de production de Charles Aznavour a tenté de dissuader le chanteur. « Je veux qu’il soit en vedette américaine sur l’affiche ! » aurait-il insisté. Malheureusement, ce fervent défenseur de la cause arménienne est décédé un an avant. Dans les colonnes du Parisien, Mathieu Madénian ajoute avec humour : « L’enfoiré, il est mort trop tôt, j’étais à ça d’exploser vraiment. » 

De sa relation avec Charles Aznavour, l’acolyte de Thomas VDB garde le souvenir impérissable de moments d’exception. « Je l’aimais beaucoup. C’était la dernière grande star française. J’ai de super histoires avec lui », confie-t-il dans les colonnes de nos confrères. Et d’ajouter pour Europe 1 : « C’était quelqu’un de super simple, on se voyait une fois tous les trois-quatre mois. » Il y a quelques années, ce vieux mais grand monsieur était notamment venu assister à l’une des représentations du spectacle En état d’urgence de Mathieu Madénian à l’Apollo Théâtre (Paris). 

Lorsque Charles Aznavour entre dans la salle, le cœur de Mathieu Madénian fait un bond. « Je me dis : “Oh là là ! Charles Aznavour ! J’ai intérêt à être marrant.” » Par chance, ce soir-là, sa prestation le satisfait. 

Après plus d’une heure de spectacle, l’humoriste rejoint les coulisses, fier de lui. « Charles Aznavour arrive dans la loge après la représentation, je lui demande comment ça a été, se souvient-il. Il me répond qu’il n’a rien compris parce qu’il avait oublié son appareil auditif ! » 

Pour autant, cette star de la chanson française a patiemment attendu la fin du spectacle. S’il n’entendait pas, il observait avec attention la gestuelle du comique. Mathieu Madénian ajoute : « Il m’a dit : “Je reviendrai ! T’as l’air de bien bouger. Ça a l’air drôle. Viens, on va manger.” »  

Cette soirée inoubliable n’avait d’ailleurs pas encore livré toutes ses surprises. « On a mangé dans un boui-boui à République. » Attablé, Charles Aznavour commande un pichet de vin. « On a mangé jusqu’à 2-3 heures du matin. Et c’est moi qui disais : “Charles, il faut aller se coucher. J’en peux plus” », s’est remémoré avec nostalgie et humour le quadragénaire. Un scénario improbable au vu du grand âge de Charles Aznavour qui s’est pourtant rejoué « quatre ou cinq fois ». « Il nous pliait », s’amuse le comique. 

Selon ses proches, c’était ça, Charles Aznavour : un bon vivant qui voulait vivre jusqu’à 100 ans.

Julia NEUVILLE

À découvrir