France Dimanche > Actualités > Maxime Van Laer : "Je ne me sens pas pestiféré !"

Actualités

Maxime Van Laer : "Je ne me sens pas pestiféré !"

Publié le 3 janvier 2021

.photos:bestimage
© BESTIMAGE -

Si tout va bien, après avoir disparu des écrans depuis son passage dans “La ferme célébrités”, Maxime Van Laer devrait remonter sur scène à la Comédie Montorgueil à Paris en janvier, avant une tournée en France.

France Dimanche : Que devenez-vous désormais ?

Maxime Van Laer : Comme beaucoup d'artistes, j'attends impatiemment de retrouver mon public. J'ai hâte de pouvoir remonter sur scène et de présenter mon nouveau one-man-show, intitulé J'aurais pas dû ! qui aurait dû démarrer avant que ne tombe le premier confinement. Je suis dans les starting-blocks depuis neuf mois. En attendant, je passe mes journées à le peaufiner. Et je croise les doigts pour que ça reprenne enfin en janvier, comme prévu. Avec cette histoire de vaccins, j'ai envie d'y croire !

FD : La télévision semble vous bouder, on vous y voit quasiment plus. Vous manque-t-elle ?

MVL : Ma dernière grande apparition à l'antenne date de La Ferme célébrités [en 2004, ndlr]. J'en garde un souvenir un peu amer. Je pense ne pas avoir capté assez bien l'enjeu de ce jeu. J'y étais allé avec toute ma sincérité, et j'ai bien compris plus tard que… « je n'aurais pas dû » [référence au titre de son spectacle, ndlr]. J'aurais peut-être dû faire preuve de stratégie pour éviter le « vide » qui a suivi. Car, à l'époque, je bossais notamment avec Laurent Ruquier dans On a tout essayé [en 2002, ndlr], tout allait plutôt bien. Mais après ça, les malheurs se sont enchaînés. À commencer par le décès de mon producteur dans un accident de voiture. Au-delà de ma profonde tristesse, ma carrière en a par conséquent pris un coup. Je me suis senti soudainement fragile… La naissance de mon deuxième enfant [âgé aujourd'hui de 14 ans, ndlr] m'a heureusement redonné de l'énergie ! Je me suis remis à écrire et à trouver un nouveau producteur. Et je me suis donc à nouveau concentré sur la scène.

FD : Souhaiteriez-vous néanmoins réapparaître à l'antenne ?

MVL : Je n'en veux à personne d'avoir traversé ce désert médiatique. C'est sans doute moi qui ai fait les mauvais choix. Mais je ne me sens pas pestiféré pour autant. Les choses commencent d'ailleurs à bouger à nouveau. Je ne désespère pas que la roue tourne enfin en ma faveur. Pourquoi pas un retour dans un Vendredi, tout est permis avec Arthur ou dans La Grosse Rigolade avec mon ami Cyril Hanouna ? Ça me plairait vraiment bien !

Philippe CALLEWAERT

À découvrir