France Dimanche > Actualités > Meghan et Harry : L'histoire se répète !

Actualités

Meghan et Harry : L'histoire se répète !

Publié le 1 avril 2021

.photos:bestimage
© BESTIMAGE -

La destinée de Meghan et Harry, installé aux Etats-Unis, s'apparente à celle d'Edouard VIII et Wallis Simpson qui, il y a 85 ans, coupaient les ponts avec la couronne…

Le dimanche 7 mars, face à Oprah Winfrey, animatrice ultracélèbre outre-Atlantique, le prince Harry et son épouse, Meghan Markle, ont lâché des bombes sur la couronne d'Angleterre ! Durant deux heures, dans le parc d'une propriété proche de leur domicile de Montecito, en Californie, face à la reine des talk-shows, le second fils de Charles et sa femme ne se sont pas fait prier pour critiquer l'attitude du clan Windsor à leur encontre, s'indignant au passage de la froideur de la reine à l'égard de la nouvelle venue dans la famille et des coups de griffes de Kate Middleton envers sa belle-sœur.


Au cours de cet entretien suivi par des millions de téléspectateurs, le petit-fils d'Elizabeth II a également fustigé la presse britannique, affirmant avoir quitté sa terre natale de crainte « que l'Histoire ne se répète », référence appuyée à la mort accidentelle de sa mère, traquée par les paparazzis dans les rues de Paris, le 31 août 1997…

Mais loin d'avoir un lien avec le funeste destin de la « princesse des cœurs », l'arrivée de l'ex-héroïne de la série Suits, avocats sur mesure dans la vie de Harry fait écho à un autre événement survenu au sein de la famille royale. D'incroyables similitudes semblent en effet exister entre deux périodes de l'Histoire. En l'occurrence, l'influence qu'une autre sulfureuse « pièce rapportée » a exercée, il y a quatre-vingt-cinq ans, sur une figure majeure de la famille, provoquant une crise sans précédent au sein du clan… et l'ire inextinguible du peuple britannique !

Souvenez-vous, nous l'évoquions dans notre hors-série consacré aux royals (Le Roman de Bukingham Palace, publié en 2018), le 11 décembre 1936, le roi Edward VIII abdiquait, après 326 jours de règne, afin de pouvoir se marier avec une certaine Wallis Simpson, Américaine, divorcée et actrice à ses heures ! Américaine ? Divorcée ? Actrice ? Trois similarités qui permettent de supposer que Meghan n'est autre que la réincarnation de la scandaleuse maîtresse du fugace monarque !

Il faut bien avouer que d'indéniables analogies, entre la personnalité, le comportement et l'ascendant de ces deux femmes, l'une sur le faible Edward dans les années 1930, l'autre sur le docile Harry aujourd'hui, intriguent au plus haut point.

Prenez, pour commencer, leur apparence physique : mêmes yeux sombres, même regard puissant et enjôleur, même port de tête conquérant… Ensuite, toutes deux ont opéré une entrée fracassante au sein de la famille royale, même si la première n'a en réalité jamais pu en faire partie.

La jeune et piquante Wallis, deux fois divorcée lorsqu'elle croise la route du roi d'Angleterre, traîne alors une réputation de femme légère qui, de plus, flirte avec le pouvoir nazi. Très amoureux d'elle, le prédécesseur de George VI sera sommé par le gouvernement et l'Église anglicane de renoncer au trône s'il veut l'épouser. Littéralement ensorcelé par sa belle Américaine, il se résoudra à abdiquer et à partir en exil, avant même d'avoir été couronné.

De son côté, Harry, bien qu'il n'ait que très peu de chance d'accéder au trône (il est au sixième rang dans l'ordre de succession), à l'instar de son arrière-grand-oncle, n'a pas su résister à la volonté de Meghan – divorcée, elle aussi, mais une seule fois ! – qu'il a épousée le 19 mai 2018. Tandis que le peuple britannique avant-guerre estimait Wallis capable de tous les stratagèmes pour profiter des avantages du palais, la maman d'Archie a, dès son coup de foudre pour le petit-fils d'Elizabeth, été détestée avec passion par nombre de sujets de Sa Majesté.

Très marquée par ce désamour, partagé selon elle par sa belle-famille, Meghan n'aurait pas hésité à travestir quelque peu la vérité, afin de passer pour une victime lors de sa récente interview face à la reine Oprah… Ainsi, la future maman d'une petite fille à naître l'été prochain s'est-elle notamment indignée du racisme qui, selon elle, régnerait dans le clan Windsor. Meghan assure en effet qu'Archie n'a pas eu droit au titre de prince parce qu'il est métis, affirmant aussi que son mari aurait eu de nombreuses conversations avec des membres de sa famille avant la naissance de son fils sur sa future couleur de peau.

Des accusations sans fondement quand on sait, d'une part, que seuls les héritiers directs au trône ont droit au titre de prince, et, d'autre part, que la reine a toujours prôné le multiculturalisme au sein du Commonwealth. Autre assertion erronée de l'épouse de Harry, le fait que, lors de leur départ du Royaume-Uni, Charles ne leur aurait rien laissé. Comme l'a déclaré Stéphane Bern au lendemain de la diffusion de l'interview en France : « Ils sont partis avec 45 millions d'euros, j'ai du mal à pleurer sur leur sort […] Ça fait pauvre petite fille riche. »

Là encore, miss Markle, avec sa villa cossue avec piscine dans un quartier huppé de Santa Barbara, semble en phase avec miss Simpson, décédée en 1986. En son temps, cette dernière ne cessait de se plaindre de son train de vie aux côtés d'Edward, alors qu'elle résidait dans un somptueux hôtel particulier proche du bois de Boulogne.

Réagissant dans un communiqué officiel, la reine s'est déclarée « attristée d'apprendre à quel point ces années ont été difficiles » pour le couple et les assure de l'amour de la famille.

Clara MARGAUX

À découvrir