France Dimanche > Actualités > Meghan Markle : Sous le charme de Minnie !

Actualités

Meghan Markle : Sous le charme de Minnie !

Publié le 24 février 2019

Meghan Markle ne pouvait plus quitter cette adorable femelle Jack Russell lors de la visite d’un refuge.

Depuis son mariage avec le prince Harry, en mai dernier, l’actrice, devenue la duchesse de Sussex, s’efforce de tenir son rang d’altesse royale. Sorties officielles, voyages à l’étranger, ce travail de représentation de la monarchie britannique n’a rien d’une sinécure pour la ravissante brune de 36 ans. Car même si elle sait jouer la comédie, comme en témoigne son succès dans la série Suits, la belle Américaine, qui a toujours vécu en toute liberté, peine à comprendre les subtilités du protocole. Et se retrouver comme corsetée, soumise à chaque instant au jugement d’arbitres des élégances et du bon goût à l’anglaise ne lui plaît sans doute qu’à moitié.

Par chance, certaines de ses obligations sont pour Meghan comme des parenthèses enchantées, au cours desquelles elle peut exprimer ses sentiments sans la moindre restriction.

Nul doute alors qu’elle gardera un excellent souvenir de sa visite au refuge de Kensal Green, près de Londres, le 16 janvier dernier. Car ce jour-là, au Mayhew Animal Home, elle a craqué pour Minnie, une adorable jack russell qu’elle a longuement câlinée devant les objectifs des photographes.


Ces images, vite diffusées dans la presse et sur Internet, ont fait le bonheur des responsables du refuge. Car si la duchesse, qui va devenir maman fin avril-début mai et prévoit de se consacrer pleinement à son futur bébé, n’a pas pu ramener la petite chienne à la maison, son passage a eu un effet magique. Le standard de l’établissement a en effet reçu « plus d’une centaine d’appels » en l’espace de quelques heures.

De nombreux pensionnaires de ce refuge ont été adoptés, dont Minnie. Une belle consolation pour Meghan, qui avait deux chiens quand elle vivait à Toronto, et aurait tant voulu accueillir ce joli toutou chez les Windsor, où la reine pleure son dernier corgi.

Claude LEBLANC

À découvrir