France Dimanche > Actualités > Meghan : Princesse, quel calvaire !

Actualités

Meghan : Princesse, quel calvaire !

Publié le 13 juin 2018

1528727058_meghan-et-harry-20180611

Toutes les jeunes filles en rêvent, mais, protocole oblige, épouser un prince charmant n’est vraiment pas une sinécure.

Le 19 mai dernier a sans doute été le plus beau jour de sa vie…

Radieuse, tout au long de ces heures magiques, inoubliables, passées sous le soleil qui avait fait une étape inattendue sur le village de Windsor, Meghan Markle a dit oui pour la vie à Harry de Galles !

L’apogée d’une magnifique histoire d’amour qui dure depuis près de deux ans et qui a poussé la belle Américaine à lier son destin à l’élu de son cœur…

La forçant du même coup à tirer un trait sur son passé. 

Cette union pourrait être le plus merveilleux des contes de fées, celui dont rêvent de nombreuses jeunes filles, s’imaginant dans les bras d’un beau prince, menant une existence dorée derrière les grilles d’un immense château bien gardé.


Hélas, il semble que cette charmante histoire risque de virer au cauchemar.

Car devenir princesse, c’est l’enfer ! Et ce calvaire pourrait, à force, lui faire regretter d’avoir mis les pieds au sein de la famille royale d’Angleterre.

“Madame Harry”

Car depuis que l’ex-comédienne de la série Suits a accepté de devenir la femme d’Harry, elle a dû réaliser que son existence serait régie par les contraintes du protocole.

Et si certaines de ces traditions immuables imposées au palais depuis des lustres ne sont pour la nouvelle venue que de simples ajustements, d’autres s’avèrent être des changements radicaux auxquels la bru de Charles et Camilla doitse soumettre.

Il faut savoir que, pour épouser son prince, Meghan a été obligée de renoncer à des choses auxquelles elle tenait énormément : son métier, sa religion et sa nationalité.

Vous avouerez qu’il faut être très amoureux pour accepter ainsi de dire adieu à tout ce qui a fait le bonheur de votre existence !

Celle qui n’est plus désormais que « Madame Harry » n’a plus le droit de travailler, de gérer son blog – qu’elle a fermé juste avant ses fiançailles –, de signer des autographes et de faire des selfies avec ses fans.

Le couple devra vivre à Nottingham cottage, une dépendance du palais de Kensington, et les attributions de la duchesse seront essentiellement caritatives.

Militante, elle ne peut maintenant plus voter ni exprimer ses opinions librement.

Son époux étant le parrain de la Royal Foundation, Meghan en est elle aussi la marraine, et à ce titre, sera en représentation permanente au nom de cette organisation qui se consacre aux enfants et aux adolescents, aux militaires et aux anciens combattants. 

Pour ces sorties officielles où le sacro-saint protocole doit être respecté à la lettre, on ne badine pas avec la bienséance vestimentaire.

Adieu les bustiers, les décolletés plongeants, les jupes courtes et les chaussures à talons aiguilles.

Et bonjour les robes aux ourlets plombés au-dessous du genou, et les jambes recouvertes de collants couleur chair, même l’été !

Jean interdit

Pas question non plus de porter de la fourrure et interdiction d’enfiler des jeans, ces derniers n’étant permis que lors de manifestations sportives, et encore, seulement de couleur noire.

Et si la demoiselle comptait faire accepter son style, une certaine décontraction à l’américaine, elle en est pour ses frais : lorsqu’elle est assise, la comtesse de Dumbarton se doit de garder le menton parallèle au sol, les jambes serrées et les chevilles croisées.

Bien que très amoureuse de son cher Harry, il ne lui est pas permis d’avoir des gestes tendres à son égard ou de l’embrasser en public.

Au lieu de ça, elle devra maîtriser la révérence puisqu’elle est censée la faire devant la reine, mais aussi devant Philip, Charles, Camilla, Kate et William, ainsi que les princesses Anne, Eugenie et Beatrice !

À table, les choses se compliquent également, car si elle raffolait des fruits de mer, il lui est maintenant interdit d’en manger, les risques d’intoxication étant trop importants.

Lors des dîners où la reine est présente, Meghan devra garder un œil discret sur la grand-mère de l’élu de son cœur, afin de ne pas commencer à manger avant la souveraine ni finir avant elle.

Quitter Hollywood pour entrer dans cette famille royale où obligations, sous haute surveillance, rythment le quotidien n’a pas dû être facile.

Derrière le sourire perpétuellement rivé sur les lèvres de miss Markle, qui semble accepter son sort avec bonheur, l’épouse d’Harry ne songe-t-elle pas déjà aux nombreux sacrifices qu’elle a dû faire pour entrer à la Cour ?

Elle a eu beau se préparer depuis de longs mois aux contraintes qui l’attendaient au lendemain de son mariage, à la longue, cette femme moderne venue du Nouveau Monde ne tiendra peut-être pas le coup. Espérons qu’elle y trouvera sa place, tout comme Kate, sa belle-sœur, l’a trouvée avant elle…

Clara MARGAUX

À découvrir