France Dimanche > Actualités > Menaces de mort, violences conjugales : L’Amour est dans le Pré dans la tourmente !

Actualités

Menaces de mort, violences conjugales : L’Amour est dans le Pré dans la tourmente !

Publié le 20 juin 2016

Alors que la onzième saison de l’Amour est dans le Pré devrait commencer dans les prochaines semaines, deux anciens participants de l’émission se retrouvent mêlés à de sordides affaires.

Coup sur coup, l'amour a quitté le pré pour entrer dans le... prétoire! Deux anciens participants de l’émission diffusée sur M6 voient leur nom associé à des affaires judiciaires.

Lire aussi --> L’Amour est dans le pré : Adrien balance tous les secrets de l’émission !

Nathalie Cunin, prétendante de Jean-Noël lors de la huitième saison de l'Amour est dans le pré, a été condamnée à douze mois de prison ferme, après une audience au tribunal correctionnel de Toulouse. La raison ? Elle a proféré des menaces de mort à l’encontre d’une avocate du barreau de Toulouse, l’an dernier.

Si la peine infligée à Nathalie est lourde, c'est que ce n'est pas la première fois que l'ex-participante profère ce type de menace. En effet, en octobre 2014, elle avait déjà été condamnée à une forte amende et à 1000 euros de dommages et intérêts auprès de la Caisse Primaire d’Assurance Maladie pour avoir menacé de mort un de ces employés.

Un autre candidat s'est également retrouvé devant un tribunal. Il s'agit de Jean-Claude Joly. Candidat emblématique de la saison six de l’émission, il avait trouvé sa dulcinée, Maud, grâce au programme. Tous deux ont une fille, Charlotte. Mais depuis le début de leur idylle, tout n'a pas été toujours rose pour le couple. Jean-Claude Joly a été assigné au tribunal correctionnel du Havre pour des faits de violence contre celle qui partage sa vie. Il était convoqué pour « un coup de pied à sa compagne qui a entraîné sa chute » selon le journal Paris-Normandie.

Lire aussi --> Pierre de Saint Pastou de L’Amour est dans le pré : Il a trouvé l’amour et la fortune !

Finalement, l’ancien participant a été condamné à 60 jours-amende à 5 euros. Sa compagne Maud dit « avoir regretté d’avoir porté plainte ».

Cyril Coantiec

À découvrir