France Dimanche > Actualités > Michel Delpech : Ermite et ruiné !

Actualités

Michel Delpech : Ermite et ruiné !

Publié le 16 novembre 2012

Retiré dans la Creuse, criblé de dettes, Michel Delpech vit dans une misère noire... jusqu'au jour où un huissier lui sauve la mise.

Avec sa barbe blanche et sa chemise à carreaux façon bûcheron, difficile de reconnaître le chanteur des années 70. Les années ont tracé leurs sillons, et, à 66 ans, Michel Delpech a l'air bien fatigué.

Et pour cause : il s'est retiré au fin fond de la Creuse, et vit tel un ermite. Lui qui se moquait gentiment, à l'époque, des habitants du Loiret-Cher, qui « marchaient dans la boue », vit aujourd'hui entre veaux, vaches et cochons, et se déplace en tracteur.

Pas de quoi avoir honte, mais il s'agit là d'un statut difficile à assumer pour celui qui s'était retiré en pleine gloire suite à une grave dépression, il y a un peu plus de trente ans.

->Voir aussi - Michel Delpech : Il a failli être trépané !

Paillettes

Dépourvu de revenus, l'interprète de Chez Laurette est désormais poursuivi par le fisc. Criblé de dettes, il n'a même plus de quoi payer l'eau et l'électricité. Et encore moins tous ses P-V, qui s'accumulent sur sa vieille commode ! Aujourd'hui, les seules paillettes qu'il touche du doigt sont celles de sa lessive, étant donné qu'il n'a pas les moyens de se payer un lave-linge.

Étrangement, Michel ne vit pas trop douloureusement cette descente aux enfers. Habitué à son nouveau mode de vie, reclus dans sa campagne, il vit en totale autarcie, sans se soucier du monde extérieur. Jusqu'à ce que celui-ci le rattrape, sous les traits d'un huissier... Car même perdu au creux d'un vallon verdoyant, un citoyen reste un citoyen, et se doit de payer ses factures.

Mais, finalement, un jeune officier ministériel va lui sortir la tête de l'eau plutôt que de le couler. Fan de la première heure, il ne peut se résoudre à brûler ce qu'il a jadis adoré. Mieux encore, il va s'improviser manager de l'exidole, afin que celui-ci retrouve la scène et sa gloire passée... Les stars ne sont-elles pas éternelles et ne brillent-elles pas à jamais au firmament de nos chères jeunes années ?

Rassurez-vous quand même : cette histoire ne relève ni de la réalité, ni même d'un cauchemar, mais d'une véritable fiction. À l'image d'un Johnny Hallyday qui avait plus ou moins incarné son propre rôle dans Jean-Philippe, Michel Delpech interprète, dans L'air de rien, un film qui vient de sortir, une personne qui n'est autre que... lui-même ! Comme dans tout scénario, le trait est accentué, mais le chanteur concède qu'il joue une part de sa vérité.

Car, on le sait, le « vrai » Delpech a, lui aussi, connu la gloire et la quasi-déchéance. En proie à quelques soucis financiers, il n'a pas, pour autant, reçu d'avis d'huissier dans sa boîte aux lettres. « Je vendais mes maisons avant que le fisc ne me les réclame », se souvient-il dans Télé 7 jours. Il n'a pas non plus vécu un retour sur scène particulièrement difficile. Ses nombreux fans, empreints de nostalgie, ne l'ont jamais oublié.

Quand il a commencé à aller mieux, il a trouvé un excellent antidépresseur auprès de son fidèle public, et a tout de suite rempli l'Olympia. Il n'a pas eu à subir de tour de chant au milieu... des champs, devant une maigre assistance, l'une des scènes cocasses du film.

Malgré cette nouvelle vague de résurrection des stars yé-yé, le chanteur ne s'est jamais considéré comme un has been. Et, comme souvent, c'est grâce à une femme, Geneviève, son épouse depuis 1985, que l'artiste a repris goût à la vie. À coups de nouveaux albums, de compilations, de tournées et de livres autobiographiques, il a trouvé un nouveau sens à son existence.

À la demande générale, y compris dans le film, il continue d'interpréter Quand j'étais chanteur, un titre qui, lui aussi, relève de l'invention. Finalement, la réalité a souvent plus d'imagination que la fiction.

Heureusement pour Michel Delpech. Et pour nous aussi...

Pierre-Antoine Brionne

À découvrir