France Dimanche > Actualités > Michel Drucker : Le sort s'acharne !

Actualités

Michel Drucker : Le sort s'acharne !

Publié le 14 février 2021

.photos:bestimage
© BESTIMAGE -

Quatre mois après son opération du cœur, Michel Drucker affronte à nouveau une terrible épreuve.

Pour lui, la télévision est plus qu'une grande famille. C'est sa maison, sa passion, sa raison d'être. Depuis 1964, année où il est tombé dans le chaudron de l'ORTF, il a vécu pour, par et à travers elle. Se renouvelant au gré des modes et des époques tout en restant lui-même, il y a puisé le secret de sa longévité. Début 2020, ses émissions Vivement Dimanche et Vivement Dimanche prochain connaissaient même un nouvel essor, réunissant plus d'un million de téléspectateurs à chaque diffusion…


Et puis est arrivé ce sombre été, ces signes de fatigue, ces essoufflements inhabituels, que cet hypocondriaque a heureusement pris très au sérieux. Malgré sa parfaite hygiène de vie – il mange peu, ne fume ni ne boit et a toujours pratiqué le sport à haute dose – son cœur était en train de le lâcher ! Faute d'une opération rapide, il allait droit à la crise cardiaque… comme son frère Jean, victime d'un infarctus en 2003.

En août dernier, Michel Drucker était donc admis en urgence à l'hôpital Georges Pompidou, à Paris, sous une fausse identité. Histoire d'éviter les rumeurs qui n'auraient pas manqué de courir à son sujet : « Je ne voulais pas que les réseaux sociaux racontent que j'avais le Covid, ce qui n'était pas le cas. Durant ce mois, j'ai été sous antibiotiques à haute dose », vient-il de confier dans une interview accordée au magazine belge Ciné Télé Revue. En effet, son cœur n'était pas simplement fatigué. Suite à un détartrage dentaire, l'animateur avait contracté une grave infection.

« J'ai eu une endocardite infectieuse de la valve mitrale. La bactérie a touché la valve, le rein, la rate. Il y a même eu deux signes inquiétants au niveau du cerveau, avec deux toutes petites hémorragies », explique-t-il. Le 26 septembre, enfin, il entrait au bloc pour y subir un triple pontage. L'opération, des plus délicates et nécessitant l'ouverture du thorax, a duré neuf heures et demie !

Frôler la mort est une chose, réapprendre à vivre en est une autre. Une épreuve de chaque instant, aussi douloureuse physiquement que mentalement. Cloué trois mois durant sur son lit d'hôpital, l'animateur avoue aujourd'hui avoir traversé des moments très durs : « J'ai appris le silence, j'ai appris la souffrance, de même que les nuits sous morphine et antidouleur. Et puis, surtout, ça m'a fait beaucoup réfléchir. La santé est notre bien le plus précieux », poursuit-il.

S'il est complètement hors de danger aujourd'hui, il le sait, sa convalescence risque de durer. Amaigri de dix kilos Michel, rentré depuis peu chez lui, doit se ménager. Il a heureusement repris un peu de poids et, grâce à des séances de rééducations quasi quotidiennes, il est désormais capable de se tenir debout en attendant de pouvoir de nouveau marcher normalement. Mais bien que ses progrès ne soient sans doute pas aussi rapides qu'il l'espérait, il garde le moral. Au bout du tunnel, il le sait, l'attendent la lumière des plateaux, la chaleur et l'amitié de son équipe, et puis ses chers artistes qu'il a hâte de recevoir dans Vivement Dimanche. « J'espère que j'aurai la sagesse de tenir la promesse que j'ai faite aux cardiologues de lever le pied. Je n'en suis pas complètement sûr car je ne pense qu'à une chose : retravailler ! » explique-t-il encore à Ciné Télé Revue.

Hélas, alors que l'animateur se bat chaque jour pour retrouver au plus vite son cher studio Gabriel, un nouveau coup dur vient de s'abattre sur lui. A-t-il été trop confiant en ses capacités ? En a-t-il trop fait, lui qui assure pourtant suivre à la lettre les consignes de ses médecins ?

En quelque sorte, oui. Car si Michel paraît impatient de reprendre les manettes de ses deux émissions, Vivement Dimanche et Vivement Dimanche prochain, dont les rediffusions sont depuis septembre programmées chaque semaine sur France 2, il semble bien que ce ne soit pas le cas des téléspectateurs ! C'est du moins ce qui ressort d'un récent sondage réalisé par nos confrères du Courrier de l'Ouest. À la question : « Êtes-vous favorable au retour à l'antenne de Michel Drucker ? » 81 % des 2 877 personnes interrogées ont répondu : « non » ! Un rejet massif, pour ne pas dire une véritable veste !

Plus terrible encore est la raison invoquée. Ils sont en effet très nombreux à estimer que l'animateur a fait son temps et qu'il devrait jeter l'éponge… « Je n'ai rien contre lui, mais place aux jeunes. Un peu de nouveauté ne fera pas de mal », commente l'une. « J'ai 73 ans et je suis contre ces vieux qui veulent rester », écrit l'autre.

Être taxé de « vieux » et se voir ainsi condamné à la mort cathodique a sans doute profondément attristé Michel… Il ne s'attendait pas à un tel coup de poignard. Tant de fois déjà on a voulu enterrer celui qui, à 78 ans, est le doyen de France Télévisions, toutes chaînes confondues !

Mais il a toujours tenu bon, résisté au vent de jeunisme qui, avec l'arrivée de Delphine Ernotte à la tête du groupe en 2015, en a emporté tant d'autres. « Je suis hors catégorie », s'amusait-il ainsi en décembre 2019… Il a réchappé à la mort, ce n'est pas un sondage qui l'empêchera de revenir aux sources mêmes de sa vie, à sa passion de toujours : la télévision.

Lili CHABLIS

À découvrir