France Dimanche > Actualités > Michel Drucker : Ses révélations sur la mort de Claude François !

Actualités

Michel Drucker : Ses révélations sur la mort de Claude François !

Publié le 4 novembre 2016

Le 11 mars 1978, ils devaient enregistrer “Les rendez-vous du dimanche”. Claude François n’arrivant pas, Michel Drucker a décidé d’aller le chercher chez lui…

À bientôt trois quarts de siècle d’existence et à l’heure où les confrères de son âge sont, pour la plupart, en retraite, que fait Michel Drucker ? Il débute une nouvelle carrière !

--> Lire aussi : Michel Delpech : Son cancérologue furieux contre Michel Drucker !

L’homme des plateaux se mue en homme de scène, avec un spectacle, Seul avec vous (théâtre des Bouffes parisiens), dans lequel il se révèle, à 74 ans, un excellent conteur. Le thème de ce one-man-show ? La télévision, évidemment. Elle est sa maîtresse depuis plus de cinquante ans : c’est dire la quantité de souvenirs qu’ils ont ensemble ! Certains, excellents, d’autres moins bons, et puis les inoubliables.

Parmi ces derniers, ce funèbre jour de 1978, où il fut le premier homme, en dehors des pompiers, à découvrir Claude François sur son lit de mort, comme il le révélait la semaine dernière dans Paris Match.

->Voir aussi - Michel Drucker : En froid avec Cyril Hanouna ?

Nous sommes le 11 mars. C’est un samedi, jour où Michel enregistre certaines parties de son émission du lendemain, Les rendez-vous du dimanche. Cette semaine-là, il reçoit Cloclo. « Comme d’habitude, se souvient Drucker, on a menti d’une heure à Claude François, pour le tournage, parce qu’on sait qu’il est toujours en retard. »

Petite ruse de producteur avisé… mais un peu inquiet : « J’appelle chez lui pour savoir où il en est, et on me dit : “Il prend son bain et il arrive.” » Ouf ! Claude sera à l’heure. évidemment, Michel ignore en raccrochant que, dans sa baignoire, le chanteur s’apercevant que l’applique électrique est de travers, se met debout dans l’eau afin de la redresser… Rasséréné, l’animateur vaque à ses occupations, en écoutant la radio d’une oreille. Trois quarts d’heure passent…

C’est alors que... (...)

Vous voulez en savoir plus ? Achetez la version numérique du magazine ! 0,99 € seulement

Pierre-Marie Elstir

À découvrir

Sur le même thème