France Dimanche > Actualités > Michel Fourniret : L'ogre des Ardennes est mort à l'âge de 79 ans

Actualités

Michel Fourniret : L'ogre des Ardennes est mort à l'âge de 79 ans

Publié le 10 mai 2021

.photos:bestimage
© BESTIMAGE -

Le célèbre tueur en série Michel Fourniret, vient de s'éteindre, emportant avec lui tous ses secrets. Il avait été hospitalisé en urgence ce samedi 8 mai pour une détresse respiratoire sévère.

Un protocole de fin de vie avait été mis en place par les médecins de l’hôpital de la Salpêtrière, à Paris. Les jours de Michel Fourniret étaient comptés depuis le 8 mai, et à juste titre. Le tueur en série vient de mourir à l'âge de 79 ans. Il avait été placé dans une unité sécurisée et était arrivé en détresse respiratoire aigüe. Il n'aura survécu que deux jours. 


Il faut dire que Michel Fourniret souffrait depuis plusieurs années d’insuffisance cardiaque chronique ainsi que de la maladie d’Alzheimer. Il a été ainsi placé dans un coma artificiel et les médecins auraient jugé son état incompatible avec une réanimation. Son pronostic vital était donc lourdement engagé et irréversible.

Le moins que l’on puisse dire, c’est que le parcours du tueur en série surnommé l’"Ogre des Ardennes" est glaçant. Il a sévi pendant près de quarante ans, partout en France. Onze crimes avoués, trois incarcérations, des dizaines de victimes d'agressions, viols, enlèvements, meurtres et assassinats, mais aussi des disparitions non résolues et des doutes sur d'autres affaires... Depuis ses débuts en 1967, celui qui était à la recherche du mythe de la virginité n’a stoppé son parcours criminel qu’une fois condamné à la perpétuité incompressible.

Michel Fourniret est mort, alors la seule question qui est sur toutes les lèvres est la suivante : saura-t-on un jour le nombre réel de victimes de l’Ogre des Ardennes et de sa complice Monique Olivier ? Rien n’est moins sûr... Pourtant, en prison, Monique Olivier avait craqué. Elle s’était confiée à une codétenue et avait avoué que leurs victimes “dépassaient largement la trentaine”.

À ce propos, ce n’est justement pas moins de trente ADN différents et inconnus qui ont été retrouvés sur les effets personnels du tueur en série selon Le Parisien. Ces ADN sont en cours d’exploitation afin de déterminer s'ils n’appartiennent pas à des victimes oubliées. Selon la police judiciaire, ainsi que les services de gendarmerie, “les profils ADN retrouvés font l’objet de rapprochement avec 21 affaires non élucidées.”

Ces affaires concernent des femmes âgées de 10 et 39 ans, disparues entre 1987 et 2003 dans dix-sept départements. La justice tente de rattacher ces disparitions à Michel Fourniret, tout comme dans l’affaire Estelle Mouzin. Après des années de silence, de manipulations et d’informations délivrées au compte-goutte, le tueur en série avait officiellement reconnu la disparition et le meurtre de la fillette de 9 ans, enlevée à Guermantes (Seine-et-Marne) après que sa femme, Monique Olivier, l’a formellement incriminé.

Désormais, on ne pourra compter que sur la pugnacité des enquêteurs ainsi que sur les avancées de la science pour faire toute la lumière sur ces affaires non résolues. Michel Fourniret ne dira plus jamais, ni vérités, ni mensonges.

Andréa Meyer

À découvrir