France Dimanche > Actualités > Michel Galabru en 10 anecdotes méconnues !

Actualités

Michel Galabru en 10 anecdotes méconnues !

Publié le 5 janvier 2016

Michel Galabru est décédé à l’âge de 93 ans ce lundi 4 janvier. L’occasion pour France Dimanche de livrer dix anecdotes méconnues sur l'acteur défunt.

Tino Rossi était son Dieu

Michel Galabru était un très grand fan du chanteur Tino Rossi, l’interprète du tube "Petit Papa Noël". A tel point qu’il souhaitait ressembler à l’artiste. Une confidence qu’il avait livrée à France Dimanche dans une interview. « À l'âge de 15 ans, Tino Rossi, c'était mon Dieu ! Dans ma famille, on se moquait de moi, on disait que j'avais mauvais goût. Je voulais à tout prix lui ressembler, et je trouve qu'avec les moyens que j'avais, ce n'était pas mal du tout ! Avec la tête que j'avais, je trouve la composition absolument remarquable. Un chef-d'oeuvre ! (rires) » témoignait Michel Galabru. Il a même fini par rencontrer son idole. « Un jour, un copain me l'a présenté, il lui a dit que je l'admirais beaucoup, ce à quoi Tino a répondu : "Ah, je ne le savais pas. Désormais, je vous regarderais plus attentivement à la télévision" »

Son second fils ne voulait rien faire de sa vie

L'acteur avait trois enfants, Philippe, Jean et Emmanuelle. Il avait d’ailleurs livré un détail pour le moins cocasse à France Dimanche à l'un de ses fils, Philippe. « Un jour, j'ai dit à mon second fils Philippe qu'il fallait qu'il pense à faire quelque chose de sa vie maintenant. Ce à quoi il m'a répondu : "Papa, je ne veux rien faire !" Alors, il n'a rien fait, néanmoins c'est un petit absolument délicieux et un excellent pêcheur. »

Il s'est pris pour Sacha Guitry

En plus de Tino Rossi, Michel Galabru avait une autre idole, Sacha Guitry. Le comédien a été très important pour l’acteur, qui lui a donné envie de devenir comédien. Son admiration est allée jusqu'à ce que Galabru veuille prendre son identité. « Je me suis pris pour Sacha Guitry. J'avais le même costume rayé que lui et deux bagues. Mais, comme je n'avais pas les moyens, je les avais achetées au supermarché de coin et elles déteignaient. Et quand je me faisais virer de cours, avant de sortir, je déclamais Guitry : "Ah quoi bon apprendre dans les livres puisque ça y est ?" se remémorait Michel Galabru.

C'était un cancre malheureux

Michel Galabru n’était pas heureux à l’école et a même été viré de plusieurs établissements. « Je me demandais ce que je faisais au lycée. À partir de là, j'ai été un mauvais élève, un éternel cancre, et on m'a viré de cinq ou six lycées, boîtes à curés, etc., j'étais très malheureux ! »

Il s’est marié deux fois

Michel Galabru avait trois enfants et s’est marié à deux reprises. « J'ai fait deux mariages. Avec ma première épouse, j'ai eu deux fils, Jean, 53 ans, est auteur et comédien, il a trois enfants ; et Philippe, 41 ans. Et avec la seconde, j'ai eu ma fille, Emmanuelle, comédienne, qui a elle-même une fille. »

--> Lire aussi : Michel Galabru : les célébrités lui rendent hommage

Sa grand-mère l’a pris pour un fou

Alors que Michel Galabru expliquait à sa grand-mère avoir été reçu au Conservatoire, elle, n’y croyant pas, l’a même pris pour un fou. « On était élève du Conservatoire, ce qui était déjà pas mal, car sur 700 candidats, ils en prenaient dix ! Ma grand-mère me disait : "Et tu prétends être dans ces dix ? Mais, tu es fou mon petit !" Eh ben, je l'ai eu. On me prenait pour un illuminé, mais je leur ai tous cloué le bec. Et plus tard, j'entrais à la Comédie Française. »

Il appréciait beaucoup Louis de Funès

Michel Galabru a tourné avec Louis De Funès dans la série des Gendarmes. Un acteur qu’il appréciait énormément. « J'aimais beaucoup De Funès. Il a été adorable avec moi. Il ne jouait pas la vedette, mais considérait que vous faisiez le même métier que lui. J'ai beaucoup aimé cet homme » avouait Michel Galabru pour France Dimanche.

Il a gagné un petit cachet pour le premier volet des Gendarmes

Dans une interview à France Dimanche, le comédien français avait annoncé son cachet perçu pour le premier volet, "Les Gendarmes de Saint-Tropez". Il s’était également plaint du manque d’argent qu'il avait touché malgré le succès des longs-métrages en France et dans le monde. « Grâce à la série des Gendarmes, on m'écrit de partout, de Russie, d'Allemagne, de Tchécoslovaquie, de Pologne, c'est fou ! (Il nous sort tout son courrier, ndlr) Mais, on n'a presque rien touché. Mon premier cachet était de 6 000 francs pour les Gendarmes. Depuis des années, ils les exportent dans le monde entier, et nous, on n'a droit à rien. »

Il ne voulait pas aller à la cérémonie des Césars 77

Michel Galabru a remporté le César du meilleur acteur en 1977 pour son rôle dans "Le Juge et l’Assassin". Et pourtant, l’acteur avait confié ne pas vouloir aller à la cérémonie célébrant le cinéma français, estimant n'avoir aucune chance de gagner. « Au départ, je ne voulais pas y aller. En lice avec Delon, Depardieu et Dewaere, j'étais sûr de ne pas l'avoir. Et je ne voulais pas leur donner l'occasion de montrer ma gueule déconfite au moment de l'annonce. Mais ma femme m'a dit : "Delon, lui, va y aller ; mais lui, il en a entre les jambes !" Je suis descendu acheter du pain et en remontant, j'ai sauté dans mon costume, mis un noeud papillon et j'y suis allé sans avoir rien préparé. Quand mon nom est sorti, je suis monté sur scène et me suis vite sauvé. »

Il a sauvé un Allemand pendant la guerre

Pendant la Seconde Guerre mondiale, l'acteur avait combattu avec les partisans de Tito en Yougoslavie. Il était alors tombé sur un jeune Allemand mais ne lui avait pas tiré dessus. "Je l'ai épargné. J'étais à portée de fusil, je n'avais qu'à tirer. Je ne l'ai pas fait, j'étais fier de ne pas le faire."

Cyril Coantiec

À découvrir