France Dimanche > Actualités > Michel Leeb : Son mea culpa !

Actualités

Michel Leeb : Son mea culpa !

Publié le 4 octobre 2019

L’humoriste de 72 ans, Michel Leeb, regrette son sketch polémique, « L’Africain ».

« Je m’en veux terriblement ». Quarante après avoir interprété pour la première fois son sketch polémique baptisé « L’Africain »,  Michel Leeb fait amende honorable sur le plateau de France Inter, ce 1er octobre.

La polémique avait de nouveau enflée l’année dernière… Lors de sa tournée célébrant ses 40 années de carrière, il avait interprété une fois de plus ce vieux succès. Trois minutes de sketch où il imite de manière prononcée l’accent africain, tout en piochant allègrement dans les clichés qui y sont associés.  

Une prestation qui avait fait tâche d’huile chez une partie de l’opinion publique… De nombreuses voix s’étaient élevées pour dénoncer un spectacle « raciste ». « Blessé », Michel Leeb estime aujourd’hui avoir été victime d’un « malentendu terrible ». « Je m'en veux terriblement mais le fait de prendre l'accent n'est pas une incitation mais une caricature. La caricature fait partie de notre culture » ; explique-t-il au micro de Charline Vanhoenacker et Alex Vizorek. Et d’ajouter : «  Il n'y avait aucune incitation à la haine raciale. Je suis d'accord, j'ai pu faire du mal et je regrette profondément d'avoir pu choquer et faire de la peine. »


Un discours qui tranche avec celui qu’il tenait il y a à peine deux ans. Interpellé sur la question sur le plateau de « Salut Les Terriens », le père de Fanny, Elsa et Tom avait confié raconter au travers de ce sketch « l'histoire du jazz en partant de l'Afrique avec un personnage qui parle de cette manière-là. Parce que l'Afrique, c'est ce langage-là. »

Il y a trois ans, c’était au tour de Kev Adams et Gad Elmaleh de susciter un tollé similaire à cause de leur sketch caricatural sur les Chinois. Plusieurs journalistes leur avaient alors reprochés d’avoir fait un sketch « à la Leeb ». Malgré les excuses de ce dernier, pas sûr que le public oublie cette expression désormais célèbre.

Estelle LAURE

À découvrir