France Dimanche > Actualités > Michel Legrand : Une pluie d’hommages pour le grand amour de Macha Méril

Actualités

Michel Legrand : Une pluie d’hommages pour le grand amour de Macha Méril

Publié le 28 janvier 2019

Dans la nuit du 25 au 26 janvier, le compositeur et mari de Macha Méril, Michel Legrand a poussé son dernier soupir. Derrière lui ? Le déluge d’hommages de nombreuses personnalités comme Muriel Robin, Agnès Varda ou encore Emmanuel Macron.

« Ma vie commence seulement maintenant. […] Aujourd’hui, j’ai découvert grâce à Macha, comment on vit, pas à chaque minute, mais chaque millième de seconde », confiait le compositeur français sur « Le Divan » de Marc-Olivier Fogiel il y a seulement quatre mois.

Marié il y a seulement cinq ans à celle qu’il avait pourtant rencontré cinq décennies plus tôt, le grand amour de Macha Méril a poussé son dernier soupir à l’âge de 86 ans. « Michel Legrand s’est éteint chez lui, à 3h du matin, au côté de son épouse », a annoncé l’AFP le 26 janvier.

Si le deuil de la comédienne de 78 ans se caractérise, pour le moment, par le silence, de nombreuses personnalités ont tenu à rendre un dernier hommage au compositeur des « Moulins de mon cœur » [chanson pour laquelle il a reçu un oscar en 1969, ndlr.].

« Les moulins de mon cœur ne s’arrêteront jamais de tourner », a confié Mireille Mathieu qui peut se vanter d’avoir chanté « Mon Paris » sur un air de l’artiste. « Il vient de rejoindre les étoiles au paradis des musiciens. Ses envolées musicales, ses compositions et ses arrangements si caractéristiques ont enchanté le monde entier », a-t-elle ajouté.

Une déclaration rapidement suivie par celle du réalisateur Claude Lelouch dans les colonnes du Parisien : « C'était un immense, immense, immense musicien qui savait tout faire. [Pour le film « Les Uns et les autres »], Michel avait travaillé avec Francis Lai sur cette bande originale. J'étais fou de joie d'avoir réuni ces deux artistes, les meilleurs dans la musique de film, ravis qu'ils aient accepté de travailler ensemble. Ils ont fait une B.O. qui a été un immense succès et s'est vendue à plus d'un million d'exemplaires. Perdre en quelques mois Francis Lai [décédé en novembre, ndlr.] et Michel Legrand ça fait beaucoup. »

Sur la scène de « Destination Eurovision », le chanteur canadien Garou a peiné à retenir ses larmes : « On pense très fort à Michel Legrand, à son épouse Macha Méril, à tous les proches ce soir. Une grande chanson, immortelle, qui a traversé le temps. »

En pleine crise des gilets jaunes, le président de la République a, lui aussi, eu une pensée pour cet « inépuisable génie » : « Ses airs inimitables qui nous trottent dans la tête et se fredonnent dans la rue sont devenus comme les bandes originales de nos vies. Ils sont aujourd'hui les mélodies d'une époque. » 

Outre ses talents indéniables, nombreux sont ceux qui ont tenu à saluer la disparition de l’homme. Muriel Robin, qui a enregistré « Paris Violon » avec l’artiste, a ainsi rendu hommage au « génie », à la « jeunesse », à la « santé », à la « force de vie » et à la « joie » que Michel Legrand incarnait. Et d’ajouter : « Il était une note. Laquelle ? La plus belle et c’est vrai que sa seule fausse note, c’est aujourd’hui ».

De son côté, la réalisatrice Agnès Varda – dont le mari, Jacques Demy, a sollicité les talents de compositeur de Michel Legrand pour « Les Parapluies de Cherbourg » (1964) et « Les Demoiselles de Rochefort » (1967) - a confié avoir été touchée « en plein cœur » : « La mort de Michel Legrand atteint notre famille en plein cœur [...] On a aimé voir Michel heureux dans les dernières années de sa vie et toujours en création et en concerts », peut-on lire dans un communiqué que la femme de 90 ans a transmis à l’AFP.

Selon les informations de RTL, les obsèques de Michel Legrand auront lieu vendredi 1er février à l’église orthodoxe de Paris. Après la cérémonie, l’éternel amour de Macha Méril rejoindra ensuite sa dernière demeure au cimetière du Père-Lachaise.

Julia NEUVILLE

À découvrir