France Dimanche > Actualités > Michel Polnareff : Rongé par un terrible mal !

Actualités

Michel Polnareff : Rongé par un terrible mal !

Publié le 20 avril 2015

Michel Polnareff souffre en silence depuis des années… Moqué, caricaturé et  raillé  publiquement, le chanteur vit un véritable calvaire.

Mais que lui arrive-t-il ? Quels tourments ont pu assaillir Michel Polnareff pour qu’il soit devenu, si vite, cet homme à la silhouette lourde, voûtée, au visage accablé, au front déserté par une chevelure en bataille et presque blanche ? Quel mal le ronge ? Quelles noires pensées cherche-t-il à éviter, lorsqu’on le voit errer dans Bruxelles, où il s’est réfugié voilà déjà quelque temps, fuyant l’Amérique où il vivait depuis tant d’années ?

C’est justement quand il a débarqué en Europe, après une si longue absence, que le chanteur a fait une découverte qui l’a frappé avec une violence inouïe. Ce que Michel a ressenti comme une insupportable agression, nous n’y accordons même plus attention, tant nous y sommes, nous, habitués.

Il s’agit de ces publicités parodiques faites par la société Cetelem, dans lesquelles des sosies de stars se retrouvent dans des situations assez grotesques, il faut bien le dire. Parmi les vedettes en question, on se souvient de Michael Jackson, de Marilyn Monroe, de Bruce Lee ou encore de… Michel Polnareff.

Vert

Lorsqu’il a débarqué de Los Angeles et qu’il a découvert cet « attentat » contre lui, Michel a été à la fois scandalisé et meurtri. Scandalisé de constater que des hommes d’affaires pouvaient se servir de lui, de son image, de tout ce qu’il est, non seulement pour le tourner en ridicule, mais sans même lui demander son autorisation… ni, par conséquent, lui verser le moindre centime !

Mais surtout, meurtri. Car il s’est vite aperçu que cette affaire avait des répercussions bien plus intimes et douloureuses qu’une simple plaie d’argent ou même de « droit à l’image ». Car, en allant un peu traîner sur les réseaux sociaux, il s’est vite aperçu qu’il était la cible d’innombrables moqueries, désigné sous le seul sobriquet de « chanteur Cetelem » !

Quand on a eu la carrière qui est la sienne, aligné des dizaines de chefs-d’œuvre immortels et révolutionné la chanson française, il y a de quoi, reconnaissons-le, se sentir terriblement rabaissé. Et se demander avec angoisse et tristesse si, aux yeux des jeunes générations, qui le connaissent évidemment moins bien que leurs parents, il ne risque pas de rester pour l’éternité ce « chanteur Cetelem », non seulement ridicule mais encore vénal.

Oui, vénal ! Car Michel Polnareff a découvert avec horreur que beaucoup d’internautes sont persuadés que s’il s’est laissé traîner dans la boue d’une si misérable façon, c’est simplement parce qu’il aurait « touché le paquet » !

Michel Polnareff pianoDu coup, Polnareff a vu rouge ; aussi rouge qu’est vert le « bonhomme Cetelem ». Et ce paquet qu’on l’accuse d’avoir touché, il a décidé de le réclamer. Il s’est donc résolu à attaquer en justice BNP Paribas Personal Finance, qui exploite la marque Cetelem, pour « préjudice moral », « atteinte au droit à l’image, au droit patrimonial et à la dignité dans le cadre d’une utilisation commerciale de sa personne ».

Et la star réclame d’être indemnisée à hauteur d’un million d’euros ! Ce que Michel veut signifier clairement aux financiers de BNP Paribas, c’est en gros la chose suivante : puisque vous m’avez, à mon insu, transformé en homme-sandwich, maintenant, il s’agit de me payer le jambon, le beurre et les cornichons qui vont entre les tranches de pain !

Mais, tout blessé qu’il soit, le chanteur n’en perd pas son humour pour autant. Ainsi, on apprenait, mardi, sur le site du Nouvel Obs, que Michel Polnareff venait de lancer un défi à son adversaire : « Pour mon prochain clip, je prendrais bien un sosie du patron de la BNP. Je le mettrais sur un chariot, les mains dans le béton et le cul en l’air ! »

À l’heure où nous mettons sous presse, nous attendons toujours la réponse du gros bonhomme vert…

Pierre-Marie Elstir

À découvrir