France Dimanche > Actualités > Michel Sardou : Anar comme sa grand-mère !

Actualités

Michel Sardou : Anar comme sa grand-mère !

Publié le 4 janvier 2015

  Dans la famille de Michel Sardou, on connaissait Fernand, le père, Jackie, la maman, mais Bagatelle, la grand-mère, vaut aussi le détour…Dans la famille de Michel Sardou, on connaissait Fernand, le père, Jackie, la maman, mais Bagatelle, la grand-mère, vaut aussi le détour…Dans la famille de Michel Sardou, on connaissait Fernand, le père, Jackie, la maman, mais Bagatelle, la grand-mère, vaut aussi le détour…

Alors qu’il fêtera ses 68 ans le 26 janvier prochain, l’artiste Michel Sardou confie ne plus vouloir donner de la voix et avoir envie de revenir à ses premières amours : le théâtre. « Je ne suis plus chanteur, vient-il même d’avouer au Figaro, je suis comédien. » Une déclaration qui prouve que la star ne pratique pas la langue de bois.

Un franc-parler déconcertant que Michel tient de sa mère, Jackie, une femme de tête à la gouaille inimitable et aux coups de gueule mémorables. Mais, ce que nous ignorions jusqu’à présent, c’est que c’est surtout de la mère de celle-ci que le chanteur a hérité ce côté rebelle. « Je suis un homme libre, explique-t-il dans les colonnes du quotidien, un anarchiste. Je tiens ça de ma grand-mère. »

Cette dernière était visiblement un sacré numéro ! Danseuse légère dans une troupe du début du xxe siècle, Les Petites femmes de Paris, Andrée Labbé, plus connue dans l’univers du cabaret sous le nom de Bagatelle, peine à joindre les deux bouts.

Oscar Dufrenne, administrateur du Concert Mayol, music-hall où se produit chaque soir la jeune fille, offre alors de la loger dans une minuscule chambre au sixième étage du théâtre. Elle la partage avec sa mère qui y travaille comme femme de ménage.

Vinaigre

Très belle, Bagatelle aime les hommes, pas pour la vie, mais juste pour une nuit. Nombreux sont donc ceux qui défilent sous les toits du cabaret, jusqu’au jour où elle se retrouve enceinte de celui qui restera toujours un « sale con ».

Dans son autobiographie, Michel Sardou raconte qu’elle aurait avalé deux litres de vinaigre par jour pendant toute sa grossesse pour noyer le bébé dans un bain acide. « Mais, écrit-il, pour ceux qui ont connu ma mère, le vinaigre était loin d’être suffisant. »

Elle a été arrêtée
pour avoir montré son cul
aux flics en criant :
"Mort aux vaches"

Sardou livreEt, en effet, si Jackie pousse son premier cri neuf mois plus tard, dans la petite mansarde du cabaret, elle ne saura jamais qui était son père. Dès qu’il l’évoque, l’interprète des Lacs du Connemara parle de cette grand-mère hors normes avec beaucoup de tendresse. « C’était une gentille alcoolo, qui avait la cuite rigolote et inoffensive. »

Et si Michel Sardou était très proche de Jackie, il semblait l’être tout autant de sa grand-mère. Même personnalité bien trempée, même anticonformisme. Le chanteur n’oubliera jamais le jour où sa drôle de mamie a été arrêtée « parce qu’elle montrait son cul aux flics et criait : “Mort aux vaches et vive l’anarchie !” » Une fois au poste, c’est d’ailleurs son petit-fils que Bagatelle fit appeler. Mais comme Michel commençait déjà à être connu à l’époque, les policiers ont cru à une nouvelle invention de leur détenue et ont tardé le contacter.

Si bien qu’après s’être démenée comme un beau diable sur le banc du commissariat pour tenter de se faire entendre, la pauvre femme a fini par mourir dans leurs locaux, avant même que son petit-fils ait le temps d’arriver. Michel Sardou en voudra donc à jamais à « ce flic qui ne l’avait pas crue ; un ventru graisseux se répandant comme une flaque en excuses balbutiantes. » Ajoutant « qu’elle avait eu bien raison de lui montrer son cul ! »

Laura Valmont

À découvrir