France Dimanche > Actualités > Michel Sardou : Dans l’enfer de la drogue !

Actualités

Michel Sardou : Dans l’enfer de la drogue !

Publié le 10 septembre 2015

Les paradis artificiels, Michel Sardou connaît ! Le chanteur de 68 ans vient de raconter un � épisode � de sa vie… pour le moins inavouable.

Si La famille Bélier, film d’éric Lartigau, a remis au goût du jour Je vole, l’une de ses plus belles chansons, Michel Sardou a, depuis quelque temps, délaissé la musique pour se lancer avec bonheur dans une carrière théâtrale !

Il sera d’ailleurs, à partir du 22 septembre, à l’affiche de Représailles, au théâtre de la Michodière, à Paris, au côté de Marie-Anne Chazel. Une comédie dans laquelle ce fils de saltimbanques incarne un mari infidèle mais très amoureux de sa femme !

Et comme une bonne nouvelle n’arrive jamais seule, le 14 octobre, le chanteur de 68 ans sortira chez Fayard, 50 années ensemble, son autobiographie coécrite avec Bertrand Tessier. Un livre émaillé d’anecdotes qui retracent le long parcours d’un artiste de talent que l’on aime passionnément ou que l’on déteste ardemment ! La tiédeur, de toute façon, ce n’est pas son fort, la langue de bois non plus…

Mais si l’on connaît sa réputation d’homme bourru, sa personnalité sans concession et ses prises de position tranchées (ces dernières lui valent d’ailleurs souvent de se faire taxer d’horrible réactionnaire), ce que l’on sait moins de l’interprète de En chantant, c’est qu’il a eu un certain goût pour les paradis artificiels !

Lire aussi : -> Sardou : sa passion secrète depuis 40 ans !

Pour être tout à fait clair : oui, Michel Sardou est tombé dans l’enfer de la drogue ! Incroyable, n’est-ce pas ? Et en même temps, pas tant que ça, dans un milieu comme le show-biz, où beaucoup de personnalités peuvent facilement trouver ce genre de substances…

Mais tout de même, difficile d’imaginer ce père de quatre enfants, issu d’une longue lignée d’artistes célèbres, qui a sorti pas moins de 25 albums et est connu pour son indépendance d’esprit, accepter de se soumettre à des psychotropes. Des produits souvent loin d’être naturels qui, lorsqu’ils ne poussent pas à une intense nervosité, ont une fâcheuse tendance à vous faire tomber dans l’apathie !

Pourtant, à une époque, Michel Sardou s’est bel et bien laissé tenter par ces paradis artificiels, comme il vient de le raconter dans Le Point, revenant avec délices sur sa longue carrière. Ainsi s’est-il souvenu d’une folle nuit passée à Los Angeles, aux États-Unis, dans la villa d’une grande actrice, hélas, aujourd’hui disparue :

« J’ai habité chez Elizabeth Taylor, dans sa maison sur les hauteurs de Beverly Hills, a-t-il en effet confié. Dans le salon, il y avait des jarres de coke. Un soir, j’ai partagé un joint énorme. » Que ceux qui n’ont jamais péché lui jettent la première pierre ! L’auteur des Ricains n’imaginait sans doute pas l’effet qu’aurait la drogue, non pas sur son organisme mais sur sa créativité, qu’il croyait à tort « boostée »… « Je me suis mis à jouer du piano, poursuit-il. Frénétiquement, j’avais le sentiment d’être un prodige ! »

Surprise

C’est bien là que le bât blesse… Si l’absence d’inhibition et l’illusion de puissance, procurés par le fameux joint, le poussent alors à exprimer son art avec une immense liberté d’esprit, le résultat de ses divagations musicales est loin d’être à la hauteur de ses espérances !

Persuadé de composer l’album de ses rêves, Sardou aura, au réveil, une bien mauvaise surprise : « Le lendemain j’ai écouté l’enregistrement, conclut le chanteur. J’avais passé une heure à faire du ré majeur ! » Il faut bien avouer qu’une chanson qui ne comporte qu’un seul accord s’avère pour le moins… monotone !

Fort heureusement, ce morceau n’a jamais vu le jour, et gageons que le compositeur génial qu’il a cru être, l’espace de quelques heures, a compris son malheur…

Cette expérience servira sans doute de leçon à tous ceux qui imaginent que pour créer des œuvres « stupéfiantes » l’on a besoin de consommer des stupéfiants, alors que la meilleure des drogues est tout simplement le talent.

Ce dont Michel Sardou ne manque pas, évidemment !

->Voir aussi - Quiz Michel Sardou

Clara Margaux

À découvrir