France Dimanche > Actualités > Michel Sardou : "Ma vie privée... un désastre !"

Actualités

Michel Sardou : "Ma vie privée... un désastre !"

Publié le 7 septembre 2012

Peu enclin à parler de lui, Michel Sardou, la grande gueule de la chanson, se livre comme jamais. Une confession étonnante et touchante.Peu enclin à parler de lui, Michel Sardou, la grande gueule de la chanson, se livre comme jamais. Une confession étonnante et touchante.

Et si l'âge mûr était moins celui de la sagesse, comme on a coutume de le répéter, que de la franchise ? Et si, juste avant d'entrer dans la vieillesse, nous éprouvions le besoin de cesser de faire semblant que tout va bien, de tout embellir pour ne froisser personne ? Et si, tout bonnement, cet âge était celui de la liberté, liberté de penser et liberté de parole ? Eh bien, ça ne marche peut-être pas pour tout le monde, mais pour Michel Sardou, notre petite théorie paraît être exacte !

Si vous en doutez, vous n'aurez qu'à, lundi soir prochain, 10 septembre, à 20 h 45, regarder France 3, qui diffuse une émission spéciale de Mireille Dumas, intitulée Qui êtes-vous Michel Sardou ? Pendant deux heures d'un entretien passionnant, Michel revient, bien entendu, sur sa carrière. Mais c'est surtout lorsqu'il aborde, comme il ne l'avait jamais fait, le domaine de sa vie privée qu'il est le plus inattendu.

Car à 65 ans, Sardou semble avoir décidé de ne plus rien déguiser, travestir, arranger de la réalité pour parler vrai. Et elle est parfois saignante, la vérité du chanteur, lui qui, face à une Mireille Dumas quelque peu sidérée, n'hésite pas à lâcher : « Ma vie privée... C'est un vrai désastre ! »

->Voir aussi - Michel Sardou : Il a peur de perdre se voix !

Regrets

On pourrait penser qu'il en rajoute. Mais c'est qu'il n'hésite pas à entrer dans le détail afin de prouver ce qu'il affirme ! Et, en tout bien tout honneur, ça commence par sa mère, Jackie. On a le souvenir de ces émissions de télévision où la mère et le fils apparaissaient ensemble sur les plateaux, unis par un amour que rien ne semblait capable d'entamer.

Certes, ils s'aimaient ; mais à côté de ça : « Elle m'appelait "mon bébé", ça m'énervait, ça ! », lâche Michel, qui ajoute : « Je n'étais d'accord sur rien avec elle. » Comme s'il craignait de n'avoir pas été suffisamment clair, le chanteur assène alors : « Elle me cassait les c... ! »

Bien sûr, juste après cet aveu énorme, il explique que, malgré le fait que sa mère l'horripilait souvent, il a été profondément touché lorsqu'elle est morte, et que, maintenant, il aimerait qu'elle soit encore avec lui.

Si Jackie a été la première femme de sa vie à lui pourrir quelque peu l'existence, Michel reconnaît qu'elle est loin d'avoir été la seule. Mais que, d'un autre côté, lui-même a longtemps fait à peu près n'importe quoi avec ses dames et qu'il est en grande partie responsable des échecs de sa vie privée.

« Je suis passé à côté de beaucoup de choses, je me suis marié très très tôt : à 18 ans, pour être libre. Ç'a été la merde très vite... » Vu ce qu'il vient de dire de ses rapports avec sa mère, on comprend qu'il se soit jeté dans le mariage comme on se jette à l'eau pour échapper au feu ! Le problème est que, une fois dans le grand bain conjugal, il s'est mis à nager dans des eaux bien troubles.

Et c'est à propos de Babette, sa seconde épouse, la mère de ses deux fils, Romain et Davy, qu'il fait à l'animatrice cet aveu : « Après quelques belles années avec Babette, j'ai fait le con. J'aurais pu être plus sérieux quand je me suis marié, c'est-à-dire ne pas tromper ma femme. J'avais des aventures à gauche, à droite... Moralité : elle en a eu marre, je la comprends, ô combien ! Ça, je le regrette. »

Parvenu à ce stade, on croit avoir compris que ce désastre intime vient, chez lui, de ce qu'il ne parvient pas à se comporter sainement avec les femmes qui ont partagé son existence. Et l'on se dit que, au moins, il n'a pas dû avoir ce type de problèmes avec les hommes. On croit savoir qu'il est solide en amitié, par exemple. Et, surtout, on pense à son père, le comédien Fernand Sardou. Tout le monde a été bouleversé par la magnifique chanson que Michel lui a consacrée : « Il était là, dans ce fauteuil / Mon spectateur du premier jour... »

Amers

Oui, mais cet hommage magnifique est venu après, une fois Fernand disparu. De son vivant, la réalité était plus nuancée et laisse à Michel, aujourd'hui, des souvenirs peut-être plus amers que doux, comme il le confesse dans l'émission : « J'aurais tellement voulu parler avec lui, mais il ne parlait pas. C'était un comique. Il était angoissé pour tout. Il n'y a rien de plus triste qu'un comique dans la vie. On n'a jamais vraiment échangé quelque chose. Je le regrette... »

Des regrets, encore et toujours des regrets... Mais il y a au moins une personne dont on est bien certain qu'elle ne lui en procure aucun, c'est son grand amour d'aujourd'hui, Anne-Marie, sa femme depuis treize ans. Et c'est vrai que, là, il n'a que du bonheur à exprimer.

Du bonheur, mais avec une petite pointe d'humour corsé tout de même, lorsqu'il proclame : « Anne-Marie, c'est ma mère en maigre ! » À ce stade, il est préférable d'oublier ce que, quelques minutes plus tôt, Michel Sardou disait de sa mère...

Pierre-Marie Elstir

À découvrir