France Dimanche > Actualités > Michel Sardou : Poursuivi par des fantômes !

Actualités

Michel Sardou : Poursuivi par des fantômes !

Publié le 15 mai 2009

Si le chanteur Michel Sardou change aussi souvent de maison, c'est peut-être parce qu'elles sont hantées...Si le chanteur Michel Sardou change aussi souvent de maison, c'est peut-être parce qu'elles sont hantées...

C'est la surprise de ce printemps ! Le plus énigmatique de nos chanteurs, Michel Sardou se dévoile pour la première fois dans une autobiographie intitulée Et qu'on n'en parle plus (XO Éditions)... Un livre dont on doit la parution à un heureux concours de circonstances aux allures de défi.

Ce ne sont en effet ni la maturité ni même ses quarante-cinq années de chansons qui ont attendri l'âme de Michel Sardou. C'est une promesse tout à fait concrète de son éditeur qui a finalement décidé l'homme de scène à coucher ses souvenirs sur le papier : « J'ai acheté une ferme en Haute-Savoie, explique-t-il dans l'ouvrage. Il faut que je rachète un demi hectare à mon voisin. Et négocier une terre agricole n'est pas une mince affaire. [...] Mon éditeur m'a dit que, si j'allais au bout de ce livre, il m'achèterait le terrain !»

->Voir aussi - Michel Sardou : "Anne-Marie, ma femme depuis toujours, pour toujours"

XVIIIe siècle

Simple boutade ou pure vérité ? Toujours est-il que, après la Corse, Michel plante désormais ses racines dans cette région frontalière de la Suisse et de l'Italie. Pour combien de temps ? Car, ces neuf dernières années, Anne-Marie et lui ont en effet déménagé pas moins de huit fois !

N'allez pas croire que l'auteur de La maladie d'amour a la bougeotte. Si l'artiste change aussi souvent de maison, c'est plus probablement pour une raison beaucoup moins commune. Selon ses dires, certaines des demeures habitées par l'artiste seraient... hantées : « Je suis persuadé que les maisons ont une âme, écrit-il dans son ouvrage. Quelques fois, elles ne veulent pas de vous, et font tout ce qu'elles peuvent pour se rendre invivables. Je ne suis jamais tombé sur un fantôme mais je sais qu'il y en a. »

Il le sait d'autant mieux qu'il a assisté, malgré lui, à de lugubres manifestations paranormales. Notamment dans le château du maréchal de Saxe, une somptueuse propriété du XVIIIe siècle, que Michel avait louée, avec l'intention de l'acheter.

Esprits farceurs

Mais le premier week-end qu'il y passa, celui de Noël, fut aussi le dernier ! Ce soir-là, alors que ses sept convives et lui tentaient piteusement de se réchauffer autour d'un feu dans une petite salle de jeux, ils entendirent un bébé pleurer. Les quatre bergers allemands, gardiens de la propriété, se sont immédiatement collés à la porte d'entrée, en position d'alerte, les oreilles basses et reniflant le plancher... « Nous avons cherché partout. Rien, se souvient Michel. Et il ne pleurait jamais à la même place. Puis il s'est arrêté d'un coup. »

L'aspirant propriétaire monte finalement se coucher dans sa somptueuse chambre et passe dans la salle de bains pour se laver les dents et se raser. « En appuyant sur le bouton de mon rasoir électrique, j'ai entendu un pupitre de violons qui plaquait méchamment un fa majeur. On s'est tous barrés le lendemain matin », conclut-il.

Cet épisode confirme le lien, bien involontaire, entre le chanteur et les phénomènes ésotériques et paranormaux. Selon lui, il existe aussi des fantômes tout à fait charmants, qui ont l'élégance de ne pas trop se faire remarquer, comme il le note très sérieusement dans sa biographie : « J'en ai connu deux autres. Mais ceux-là n'étaient pas inquiétants. C'étaient des fantômes farceurs. Ils piquaient les clés ou bien changeaient les objets de place. On ne les entendait jamais et on ne les rencontrait jamais non plus. Tout le monde les aimait d'ailleurs beaucoup. »

Il y a, semble-t-il, des hallucinations spectrales des plus aimables et, même, relativement charitables à ceux qui savent les voir. Ainsi, un matin des années 1960, en se rendant chez Barclay pour signer son premier contrat, la voiture de Michel dérape et effectue des tonneaux dans un tunnel avant de s'immobiliser sur le toit.

Une seconde voiture vient s'encastrer quelques minutes plus tard dans la carrosserie accidentée. Le choc est effrayant, et le conducteur du second véhicule reste inanimé sur le volant. Quant au chanteur, il est indemne, mais quelque peu sonné.

C'est à cet instant qu'une voix masculine le fait sursauter. « Ce n'était pas votre jour, jeune homme ! Buvez une goutte, vous en avez besoin ...», entend-il. Michel porta machinalement à ses lèvres le flacon d'alcool qui lui était tendu et se laissa ensuite embarquer par les pompiers. « Comment va le témoin ? », demande-t-il aux secouristes. Ceux-ci rétorquent, étonnés, qu'il n'y avait que les deux victimes dans le tunnel !

« Pourtant je me souviens très bien que c'était du cognac », écrit Michel, encore perplexe devant le mystère de l'apparition de ce bon samaritain imaginaire. Qu'il s'agisse cette fois d'une hallucination consécutive au choc ou d'une aide de l'au-delà, toujours est-il que l'auteur de la chanson Je ne suis pas mort, je dors !, admet : « J'ai la certitude d'un autre endroit ou d'un après incommunicable. »

Régulièrement, Michel Sardou se rend donc chez la plus célèbre des voyantes, Yaguel Didier. Et s'il assure oublier toutes les prédictions sitôt la porte de son domicile franchie, il est une prophétie qui est restée gravée dans son esprit : « Elle m'a dit que j'écrirai un livre et que ma femme aurait des ennuis de santé, révèle-t-il. On est en plein dedans. »

Alors qu'Anne-Marie se bat aujourd'hui de toutes ses forces contre une hépatite C contractée à la suite d'une transfusion sanguine, Michel s'accroche aussi fermement que possible aux prédictions rassurantes de Yaguel, laquelle lui a demandé de ne pas s'inquiéter.

Faux bond

Un optimisme indispensable, mais difficile à tenir, pour cet homme amoureux, comme au premier jour, de sa ravissante épouse ! Son désarroi ne manque pas de toucher ceux qui l'entourent... Comme, entre autres, l'équipe du théâtre des Variétés qui, le 26 avril dernier, avait organisé une petite fête en l'honneur de la dernière représentation de Secret de famille.

Le comédien, qui y avait partagé la scène avec son fils Davy durant toute une saison, n'avait pas le cœur à festoyer. Michel Sardou y a juste fait bonne figure durant quelques minutes. Et c'est la mine soucieuse qu'il s'est finalement éclipsé pour rejoindre Anne-Marie dont il est le parfait ange gardien.

Anna Hadrien

À découvrir