France Dimanche > Actualités > Michel Sardou : Son fils dans un état désespéré !

Actualités

Michel Sardou : Son fils dans un état désespéré !

Publié le 9 mai 2020

.photos:bestimage

Michel Sardou s'angoisse pour son cadet qui subit la pandémie de plein fouet et se retrouve sans un sou...

Face à la terrible pandémie qui ne cesse de faire des ravages dans le monde, Michel Sardou est rongé par l'inquiétude pour l'un de ses enfants qui se débat comme un beau diable contre le Covid-19. Davy, son fils cadet vient, en effet, de pousser un déchirant cri de détresse sur sa page Instagram, ce qui a mis le chanteur de 73 ans aux cent coups. Le jeune homme, visiblement au plus mal, vient de rendre public son extrême fragilité face à cet effroyable virus qui multiplie les victimes dans le milieu artistique. Comme des millions de Français, cet enfant de la balle vit très mal le confinement, prolongé par le chef de l'État jusqu'au 11 mai, mais, en plus, il se dit désormais affolé par l'avenir…


Le comédien de 41 ans, fils d'Élisabeth Haas, dite Babette, la deuxième épouse de Michel Sardou jusqu'en 1988 et elle-même décédée en 1999, a carrément fait savoir qu'il était ruiné en raison des mesures sanitaires. Une situation dramatique pour cet artiste plein de talent qui n'a jamais démérité pour parvenir à se faire une place dans le métier, et qui mettrait Michel dans un état d'angoisse insurmontable.

Très jeune, à 20 ans, le petit-fils des comédiens Fernand et Jackie Sardou n'avait pas hésité à s'envoler pour New York afin d'y suivre les cours de théâtre de l'institut Lee Strasberg avec Robert Castle et ceux de l'Actors Studio, où il a côtoyé des pointures comme l'acteur américain Harvey Keitel. Une solide formation qu'il a mise ensuite au service du spectacle français avec des pièces comme Secret de famille, d'Éric Assous, au théâtre des Variétés en 2008, un immense succès interprété en duo avec son père Michel. De 2013 à 2015, il s'était illustré au côté de Francis Huster dans L'Affrontement au théâtre Rive Gauche, pièce pour laquelle il a obtenu le Molière du meilleur comédien dans un second rôle.

Ce chef de famille concerné, papa d'une petite Lucie née en 2013 de ses amours avec l'actrice Noémie Elbaz, espérait, aussitôt le confinement levé, reprendre ses activités afin de remettre ses finances à flot, mais les annonces du président de la République et du Premier ministre l'ont plongé dans l'incertitude la plus totale.

À l'instar des restaurateurs, tel Philippe Etchebest, le célèbre chef de Cauchemar en cuisine, sur M6, dont beaucoup sont au bord de la banqueroute, les professionnels du spectacle subissent de plein fouet les conséquences du confinement. Même s'ils comprennent que de telles mesures sont prises pour la bonne cause, ils s'étonnent que les établissements « qui reçoivent du public », comme les commerces non-alimentaires ou les théâtres, soient encore appelés à rester fermés et ce jusqu'à nouvel ordre. En parallèle, ce sont aussi les festivals artistiques qui sont proscrits au moins jusqu'au 15 juillet, voire au-delà si l'épidémie n'est pas maîtrisée.

Sans compter les tournages des films et séries, tous interrompus et qui ne devraient pas reprendre de sitôt… Dès lors, tous les artistes, qu'ils soient intermittents du spectacle ou non, se retrouvent dans l'incapacité de travailler. Et, peu à peu, ceux qui n'avaient pas réussi à mettre de l'argent de côté voient leurs comptes en banque se réduire comme peau de chagrin.

Pour le fils du monstre sacré de la chanson, il était temps de réagir. Dans l'espoir de faire bouger les choses, Davy Sardou a décidé d'apostropher directement Emmanuel Macron à travers un message posté le 14 avril sur les réseaux sociaux. « Et sinon, les artistes qui ne sont pas intermittents (comme moi), on fait comment ? Sans tournages, sans théâtres, sans festivals, sans aides, mais avec toujours, les mêmes charges à payer ? » s'est-il indigné. Un coup de gueule retentissant – dont son cher père a aussi le secret ! – qui a interpellé le ministre de la Culture en personne.

À peine remis du coronavirus, Franck Riester a en effet annoncé, le 17 avril, sur France Inter, réfléchir à un fonds de solidarité pour les acteurs du spectacle. Ce dispositif spécifique « pour accompagner le secteur des arts, de la culture, à ce confinement prolongé » devrait permettre aux personnes en grandes difficultés financières de « bénéficier d'une sécurité complémentaire ». En attendant, le pauvre Davy, trop fier pour vivre aux crochets de son papa, devra se serrer la ceinture. « Et le premier qui me répond “Demande de l'argent à ton père” se prend une grosse claque virtuelle », a-t-il en effet tenu à ajouter à l'adresse des Internautes !

S'étant battu toute sa vie pour prouver qu'il n'était pas qu'un « fils de », le comédien a toujours tenu à être financièrement indépendant. Pas question aujourd'hui de faire marche arrière et d'aller quémander de l'argent auprès de son géniteur, même si ce dernier se ferait, bien sûr, un devoir de l'aider. « Le pauvre, il en bave. Il gagne très peu, il continue, il se bat, il fait des lectures… », confiait d'ailleurs l'interprète des Lacs du Connemara à son sujet en 2018, avant d'ajouter avec émotion : « Quand je vais le voir au théâtre, je suis en sanglots. » Et Michel sait de quoi il parle lui qui a connu à ses débuts ce dur statut d'intermittent du spectacle. Comme son fiston, dévoré par le feu sacré, il avait mis un point d'honneur à ne jamais dépendre de ces illustres parents, Jacky et Fernand Sardou, qui avaient, au demeurant, dû, eux aussi, manger leur pain noir pendant des années avant de rencontrer le succès…

Espérons, qu'une fois la pandémie passée, la vie récupère vite ses droits afin que tous ces comédiens, chanteurs et autres musiciens reprennent le chemin de la scène pour, de nouveau, nous faire rêver !

Valérie EDMOND

À découvrir