France Dimanche > Actualités > Michèle Laroque : On a tenté de la kidnapper !

Actualités

Michèle Laroque : On a tenté de la kidnapper !

Publié le 25 septembre 2019

La vie de Michèle Laroque a bien failli basculer en l’espace d’un instant.

Invitée de l’émission de M6 Une ambition intime par Karine Le Marchand, la comédienne s’est fendue d’une révélation qui a dû faire tomber de leur armoire plus d’un téléspectateur. Car celle dont le sourire illumine les plateaux a évoqué pour la première fois une mésaventure qui aurait pu tourner à la tragédie. La mère de la petite Oriane a en effet lâché, face son hôte stupéfaite, qu’elle a été la cible d’un rapt. Une tentative d’enlèvement qui a fort heureusement échoué, mais qui aurait bien pu lui coûter la vie.


Qui a bien pu vouloir s’attaquer à cette humoriste en apparence discrète et sans histoire ? Quel secret peut bien cacher la compagne de François Baroin pour que des gros bras décident de s’emparer d’elle ? Pour faire pression sur qui ? Certes, l’homme de sa vie, maire de Troyes et ponte du parti Les Républicains a, de par sa carrière, eu l’occasion de se faire des ennemis aussi puissants que dangereux. Mais ce n’est pas dans l’Hexagone que Michèle a vécu cette expérience traumatisante. Car, comme son nom ne l’indique pas, elle a des origines roumaines du côté de sa mère. Et si c’est à Nice que cette dernière, une danseuse, prénommée Doïna, a eu le coup de foudre pour son père, son choix a eu de graves conséquences et lui a valu d’être condamnée à quinze ans de travaux forcés dans son pays, alors dirigé par le redoutable dictateur communiste Gheorghe Gheorghiu-Dej. Pas question donc pour sa maman de remettre les pieds sur sa terre natale sous peine de se retrouver en prison.

Seulement voilà : le grand-père de Michèle, atteint d’un cancer incurable, émit alors un dernier souhait : voir sa petite-fille avant de mourir. Un vœu que ses parents n’eurent pas le cœur de lui refuser. Ce fut bien sûr son papa français qui accompagna en Roumanie la petite fille, alors âgée de 6 ans.

Un soir, son père et un vieil ami discutent au rez-de-chaussée, les enfants s’endorment, paisibles, au premier étage. La suite, dramatique, c’est Doïna qui la raconte face aux caméras de M6 : « À un moment donné, ils entendent les petites filles crier, hurler, a-t-elle déclaré. Ils sont montés tout de suite et un type a voulu enlever Michèle, certainement pour faire un échange avec moi. » Une hypothèse très crédible quand on connaît les méthodes de la Securitate, les redoutables services secrets roumains.

Une histoire dont la comédienne a sans doute refoulé le souvenir pour mieux se protéger : « Je crois que c’était un tel traumatisme que je l’ai un peu occulté. »

Alain MORLAIX

À découvrir