France Dimanche > Actualités > Michèle Torr : Un cancer foudroyant !

Actualités

Michèle Torr : Un cancer foudroyant !

Publié le 5 février 2020

.photos:bestimage
© BESTIMAGE Michèle Torr

Le terrible diagnostic est tombé au début du mois de décembre, laissant envisager le pire pour Michèle Torr.

«Courage Michèle ! ». Combien de fois, à la fin d’un concert, Michèle Torr les a-t-elle entendus, ces deux petits mots simples, amicaux, chaleureux, de la part de fans venus la féliciter et la réconforter. Et du courage, il en faut encore aujourd’hui à celle qui a su cependant surmonter de nombreuses épreuves…

C’est au début du mois de décembre, qu’elle a appris la terrible nouvelle. Le diagnostic est tombé, implacable. Ce jour-là, les médecins n’y sont pas allés par quatre chemins. Le mot cancer a été lâché, un mot qui fait peur, un mot effroyable, un de ces maux qui touche aujourd’hui de plus en plus de monde en France, avec plus de 140 000 décès par an.

Face à un cancer foudroyant, détecté avec beaucoup de retard, la marge de manœuvre des oncologues s’avère limitée. La maladie, redoutable, s’est propagée si rapidement dans l’organisme qu’il ne leur reste plus qu’à établir dans l’urgence un protocole de soins très offensif. Mais cela suffira-t-il à faire reculer la progression de ce cancer extrêmement agressif ? Rien n’est moins sûr… Ce que vit actuellement la pauvre Michèle Torr s’apparente à un cauchemar.


Pourtant, cette femme forte, si souvent éprouvée par le destin, s’est toujours relevée fièrement. Mais cette fois-ci, à 72 ans, la voici de nouveau aux prises avec la maladie, un combat qui s’annonce difficile.

Il y a plus de dix ans déjà, elle s’en était sortie de justesse. Victime d’un accident vasculaire qui avait entraîné une perte subite de mémoire, elle avait cru sa dernière heure arrivée. « J’ai eu peur de mourir », avouera la miraculée après coup. Sa tension était montée à 20, mais avec un « traitement à vie », elle se pensait à l’abri.

Hélas, pas du tout ! En 2016, elle frôlait de nouveau la catastrophe. L’artiste était même contrainte d’annuler plusieurs concerts dans la précipitation. Victime d’arythmie cardiaque, ou plus précisément de fibrillation auriculaire, elle était hospitalisée en urgence afin de recevoir des électrochocs.

Un traitement particulièrement éprouvant, dont le but consistait à réguler le rythme cardiaque. À l’époque, ces troubles très sérieux avaient profondément affaibli l’interprète de J’en appelle à la tendresse. Son moral aussi en avait pris un coup, car ne pas pouvoir assurer ses concerts l’avait considérablement peinée.

Mais cette battante, à force de volonté, avait réussi à remonter sur scène, au grand soulagement de son public, qui s’était fait bien du souci. Mais peu de temps après, alors qu’elle croyait en avoir fini avec les séjours en clinique, son cardiologue lui annonce qu’elle doit subir une intervention très délicate consistant à geler « l’arrivée de certains vaisseaux », comme elle l’avait expliqué dans nos colonnes. « Je ne vous cache pas qu’au début, je n’en menais pas large car quand on parle du cœur, c’est toujours angoissant », nous avait-elle confié avec beaucoup d’émotion.

Bien que l’opération ait été un succès, Michèle ne pouvait s’empêcher de penser à la mort, jusqu’à ce maudit mois de décembre où elle a appris le pire. Comment en effet affronter ce fléau nommé cancer, sans envisager l’inéluctable ? Pour ne rien arranger, autour d’elle, c’est l’hécatombe. Les artistes de sa génération ne sont pas épargnés : France Gall, Michel Delpech, Johnny Hallyday… tous emportés par le cancer.

Parmi les chanteurs de la tournée âge tendre, le « crabe » a aussi frappé. En 2017, Gérard Palaprat, connu par son tube de 1971 Pour la fin du monde, que Michèle avait d’ailleurs repris avec succès, a succombé lui aussi à cette maudite maladie…

Depuis qu’il sait sa maman si fragile, son fils Romain, né de ses amours avec le chanteur Christophe, est dévasté. Souffrant d’un mal incurable – la sclérose en plaques –, ne se déplaçant plus qu’un fauteuil roulant, il n’ose imaginer ce que serait sa vie sans sa mère auprès de lui. Très combatif face à sa maladie, Romain, 53 ans, s’est toujours efforcé de tenir le coup jusqu’à ce qu’il apprenne la très mauvaise nouvelle…

Mais rassurez-vous. Fort heureusement, ce n’est pas Michèle Torr qui a dû batailler avec le cancer, mais Chantal, la mère du meilleur ami de son fils Romain, que le mal a emporté en trois semaines seulement le 28 décembre dernier à Lille, laissant son enfant anéanti… Un décès inattendu qui a plongé Romain dans un considérable effroi.

À travers ce drame, il ne peut s’empêcher de songer à ce que serait sa vie si Michèle, sa maman adorée, venait, elle aussi, à disparaître. Elle qui est son seul repère affectif depuis toujours. Dans un état de vulnérabilité extrême à cause de sa maladie, il a un besoin crucial de cette maman si investie.

Quant à Michèle, elle aussi a dû avoir bien du mal à encaisser le coup. La disparition subite de Chantal, sensiblement du même âge qu’elle, la renvoie à sa propre mort. Très affectée par son récent divorce d’avec Jean-Pierre, elle ne peut ainsi s’empêcher de penser à ce qui se passerait si elle venait à disparaître, abandonnant Romain au bord du chemin. Uni à Michèle par une relation fusionnelle, son fils serait, lui, incapable de surmonter une telle épreuve. 

Et si c’était Romain qui venait à disparaître avant elle ? Michèle peut, sans son « soleil » à ses côtés, redouter de sombrer.

Toujours est-il que les obsèques de Chantal, qui ont eu lieu les 3 et 4 janvier, ont bouleversé Romain. La disparue avait choisi la crémation, et son urne funéraire a été déposée dans le caveau de famille, au cimetière d’Ecquedecques, dans le Pas-de-Calais, le 4 janvier.

Pour dire combien elle s’associait à la douleur de Frédéric, l’ami de son fils, la chanteuse a tenu à faire parvenir une superbe gerbe de fleurs. Toutes nos condoléances à Frédéric mais aussi à Michèle et à Romain, qui ont encore tant d’amour à se donner…

Valérie EDMOND

À découvrir