France Dimanche > Actualités > Mika de The Voice : Son handicap a bouleversé sa vie !

Actualités

Mika de The Voice : Son handicap a bouleversé sa vie !

Publié le 3 février 2014

Le nouveau juré du télé-crochet The Voice de TF1, Mika irradie le plateau par son attitude déjantée. Mais sa bonne humeur cache une � blessure � d’enfance.Le nouveau juré du télé-crochet The Voice de TF1, Mika irradie le plateau par son attitude déjantée. Mais sa bonne humeur cache une � blessure � d’enfance.

Chaque samedi soir, sur le plateau de The Voice, par sa bonne humeur, son énergie et son humour, Mika crève l’écran. Qu’il chante, qu’il analyse, qu’il gesticule ou qu’il saute sur son siège, semaine après semaine, le chanteur fascine les téléspectateurs de l’émission de TF1.

Une facilité à capter l’attention que la star n’a cependant pas toujours eue. Du moins, pas ainsi… « Quand j’étais jeune, c’était déjà le cas, mais ce n’était pas très positif. Je ne vais pas mentir : c’était même carrément hostile », confie-t-il dans les colonnes de Télé Poche. Des souvenirs douloureux, terribles même… que le succès n’a hélas pu effacer.

Malgré ses millions de disques vendus et son immense popularité aux quatre coins du globe, Mika ne peut en effet oublier son enfance, ses différences, et ce mal qui l’a mis en marge des autres gosses de son âge… Né au Liban, passé par Paris puis finalement installé à Londres lorsqu’il est encore très jeune, Michael Holbrook Penniman, de son vrai nom, va y vivre un véritable enfer. «J’étais dyslexique et on déménageait souvent, ça m’a un peu foutu en l’air. J’ai été viré de l’école à 11 ans. Pendant un an, je n’avais rien à faire », détaille-t-il à nos confrères de Télé 7 Jours.

->Voir aussi - Mika : Sa sœur est une miraculée !

Mika 2 Voice
Isolement

À une époque de sa vie où, comme tous les jeunes garçons, Mika aurait dû s’épanouir dans la cour d’école avec sa bande de copains, il a été rejeté, comme un paria, devenant l’objet de toutes les moqueries ! Incapable de lire et d’écrire, le jeune garçon est resté cloîtré, presque en quarantaine ! Heureusement, grâce au soutien indéfectible de sa maman, il est peu à peu parvenu à sortir de son isolement… « Ma mère a trouvé une prof russe pour me donner des cours de chant. Ça a commencé doucement, une demi-heure par semaine, puis deux heures, puis six heures, enfin cinq heures par jour ! Pour moi c’était comme un métier », raconte-t-il.

Une exclusion qui se révélera finalement une révélation. Même s’il jouait déjà du violon, de la guitare et du piano, c’est probablement au cours de cette période délicate de sa vie que l’artiste a véritablement trouvé sa voie. « D’un côté, j’avais l’école, ce désastre où j’étais techniquement un idiot, car je ne pouvais ni lire ni écrire. Et de l’autre, cette vie où je travaillais, où j’avais enfin une valeur », souligne-t-il. Toujours en décalage, il a appris à écrire, à chanter, et à danser autrement que les autres.

Mika 3 VoiceMais, alors que ses différences le marginalisaient auparavant, c’est finalement cette identité si particulière qui lui a permis de plaire au plus grand nombre : « Grâce à elle [la musique, ndlr], j’ai pu dire des choses à des gens sans qu’ils viennent me casser la gueule. C’est la magie de la mélodie. »

Une magie qui sera, à n’en pas douter, présente dans son quatrième album… sur lequel Mika commencera à travailler juste après The Voice.

Edwin Foresthal

À découvrir

Sur le même thème