France Dimanche > Actualités > Mika : Le jour où son destin a basculé

Actualités

Mika : Le jour où son destin a basculé

Publié le 22 juin 2017

Si Mika n’avait pas renoncé à 
une prestigieuse école, 
son talent aurait été gâché.

Dyslexique, le petit garçon timide a vécu une scolarité compliquée. Michael Holbrook Penniman Jr., alias Mika, a seulement 1 an lorsque sa famille arrive à Paris, fuyant le Liban en guerre. Le « clan » s’installe un temps dans le XVIe arrondissement et, huit ans plus tard, décide de déménager à Londres.

->Voir aussi - Mika : Son fabuleux combat contre le cancer ! (interview version intégrale)

Quand il est admis à la prestigieuse London School of Economics, Mika vient de fêter ses 19 ans. Ce célèbre établissement forme l’élite de la finance mondiale et de nombreuses têtes pensantes dans le domaine des relations internationales. Delphine Arnault, héritière de l’empire du luxe LVMH, le milliardaire George Soros, et John Fitzgerald Kennedy sont passés par cette grande école.

Pugnace

Très motivé, l’étudiant a été marqué par l’ambiance de cette institution. « Il y avait beaucoup de bleu dans la pièce, a raconté Mika dans Télé 7 jours. J’ai regardé autour de moi : personne ne souriait. Je me suis dit qu’il fallait absolument que je sorte d’ici. » Celui qui a, dès l’enfance, « respiré la mode » grâce à une mère styliste, s’est senti très mal à l’aise dans cet univers. Réalisant que sa joie de vivre risquait de tourner à la déprime s’il restait entouré de jeunes gens vieux avant l’âge, il a pris du même coup conscience que sa place était ailleurs.

->Voir aussi - Mika : Il a trouvé l'âme sœur !

C’est à ce moment précis que son destin a basculé : le jour où le jeune homme s’est levé et a demandé à aller aux toilettes, abandonnant ses livres sur la table, il n’est jamais revenu. Quittant ce lieu hostile, il a pris le métro et a décidé de prendre son avenir en main, en rejoignant une autre école : le Royal College of Music. Hélas, lors de sa première audition, il n’a pas été retenu. Pugnace, il a alors supplié le directeur de lui accorder une seconde chance. Et cette fois, Mika, qui n’avait plus rien à perdre, a dû être très convaincant puisque, dès le lendemain, il intégrait cette illustre école.

Aujourd’hui, à 33 ans, le coach de The Voice ne regrette évidemment pas son choix. Et son public encore moins ! Alors qu’il dit avoir en horreur le snobisme et ceux qui en usent, que serait devenue sa créativité s’il était devenu banquier, trader ou politicien ?

Mika aurait sans doute réagi comme Mick Jagger, le chanteur des Rolling Stones qui a, lui aussi, quitté la London School of Economics en 1961, pour se consacrer à la musique, contre l’avis de son père, mais avec le succès que l’on sait.

Anita Buttez

À découvrir